Aller au contenu
titi59

Comatule, crinoïde

Messages recommandés

Re-bonsoir, comme j'ai lu partout que c'est animal était impossible à maintenir en aquarium, qu'elle mourrait très rapidement (j'ai juste vu sur un site une personne qui l'avait depuis un an sinon tous les autres la leur est morte). Alors est-ce vrai ou est-ce comme le dendronephthya et autre qui sont toujours là ? Est-elle maintenable en aquarium ? Si oui sous quelles conditions ? Merci !

 

post-2302-0-16010500-1453323612.jpg

post-2302-0-13676300-1453323615.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Houlà Titi, il  faut donner la source de ces photos (voir la charte).

 

Arrrrf ! Malheureuse Justine, qui a mis dans son bac cette belle Comatule...  qu'elle pensait cousine de la sabelle :tapechaise  Pauvre Comatule surtout.

 

Il s'agit d'animaux sauvages, réputés intenables. Plus que d'autres, ils nécessitent une belle dose de réflexion avant l'acquisition... ou pas.

 

Les Comatules m'ont toujours fasciné par leur élégance, exposées à l'extrémité des roches ou de coraux, bien positionnées perpendiculaires au courant laminaire, à capter le plancton. Ce sont des suspensivores microphages qui capteraient autant le plancton vivant (on évoque le phytoplancton, les larves d'invertébrés)  que des matières particulaires inertes (neige marine, déchets fin organiques). Il y a peu d'info sur leur exigence en terme de quantité. A les voir déployer continuellement leurs bras et d'après la nature des eaux qu'elles fréquentent, on peut imaginer que les besoins des espèces que l'on trouve dans le commerce, se rapprochent de beaucoup d'autres filtreurs qui exigent des eaux peu polluées mais régulièrement et plutôt bien fournies en plancton. Leurs besoins seraient variés puisque on trouve certaines espèces dans des fonds relativement vaseux, et parfois très profonds.

 

Echinodermes comme les mini ophiures planctonophages que l'on voit prospérer dans nos bac et qui déploient leurs bras dans le courant dès que l'eau se charge un peu, on pourrait supposer que leur maintenance doit être similaire. Je ne connais pratiquement pas de maintenance réussie, si j'exclue les quelques témoignages exhibant des photos (comme ci-dessus), finalement sans lendemain. Dans un  OPOTR dont je ne me souviens plus le numéro, un aquariophile breton en a maintenu une, au delà d'une année ; son bac était régulièrement alimenté en eau de mer naturelle. Je ne sais pas si elle vit encore, mais sa maintenance peut être un exemple, même s'il disait ne pas apporter de soins particuliers.

 

Personnellement, je pense que leur maintenance doit être possible sous réserve que de vraies dispositions soient prises pour les accueillir, c'est un minimum pour ces animaux que l'on sait très difficile. L'essentiel tourne bien entendu autour du mode d'alimentation et de l'alimentation elle-même. L'animal réagit à certains nourrissages manuels. C'est une réaction bien normale et tant mieux si l'on tient une nourriture à laquelle il réagit. Mais de mon point de vue, une alimentation manuelle, qui faillira tôt ou tard, est vouée à l'échec.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah oups désolé je savais pas, autant pour moi ! 

La première photo vient effectivement de Justine d'aqua planete

La deuxième de catasian d'aqua-planete également.

 

Merci beaucoup pour ce commentaire très détaillé à propos de ces animaux, penses tu donc que je suis capable d'en maintenir une ?

Peut être qu'en clochant au dessus d'elle et de mettre les oeufs de poissons et le plancton rouge ça pourrait le faire tu crois ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que tu sois capable d'en maintenir... ne sachant rien du niveau de ton implication pour mettre en œuvre ce que je crois indispensable et que j'ai résumé plus haut, je n'ai pas de jugement à porter.

 

Quelles matières nutritives nécessaires à ces animaux peuvent être mise en suspension par clochage ? Comment assurer un clochage régulier ?

Les comatule se nourrissent-elles d'œuf de poissons, et de quelle taille ?

De quel plancton rouge parles-tu, de quoi est-il composé ? Ses composants entrent-ils dans le régime des comatules ?

Pas mal de questions à se poser

 

La taille des particules ingérées semble couvrir un large spectre : il est dit qu'elles se nourrissent de zooplancton (Radiolaires, petits crustacés...), phytoplancton (Diatomées, Dinoflagellés...). Mais il y a vraiment peu d'informations sur leurs besoins réels.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'accord, en tout cas mon implication est réelle dans ce projet.

 

Lorsque tu dis comment assurer un clochage régulier, c'est à dire ?

C'est ce que l'on m'a conseillé, car comme la gorgonocéphale, astrophyon, il lui faut un apport en aliment de taille supérieur.

Le plancton rouge est constitué de calanus finmarchicus ;) Je pense qu'il fait parti du régime alimentaire des comatules, étant donné qu'il fait partie des remontées de plancton dont se nourrissent ces dernière dans le milieu naturel.

 

oui effectivement, mais allant faire un stage chez Nausicaa peut-être pourrais-je en apprendre d'avantage sur leur alimentation ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lorsque tu dis comment assurer un clochage régulier, c'est à dire ?

 

Je suppose que par clochage tu entendais mise en suspension  des particules contenues dans le sable. A condition de s'appeler Charles Delbeek et d'être suffisamment observateur et passionné pour agiter régulièrement le sable afin de maintenir plusieurs mois un Dendronephthya, je ne crois pas à cette méthode pour faire survivre durablement des filtreurs aussi exigeants. Un amateur, qui a d'autres priorités quotidiennes, n'est pas en mesure de réaliser des clochages réguliers au delà de quelques semaines.

 

C'est ce que l'on m'a conseillé, car comme la gorgonocéphale, astrophyton, il lui faut un apport en aliment de taille supérieur.

 

Je suis très intéressé par toute documentation traitant de la nutrition de ce type d'animaux et encore plus par les expériences réussies (ou pas) de leur maintenance. Qu'entends-tu par taille supérieure ? Concernant les comatules et gorgonocéphales, si tu peux donner des sources précisant la taille et la qualité de leur nourriture... je prends ;)

 

Plancton rouge... je posais la question parce que ce terme est utilisé à toutes les sauces, les plus opaques parfois. Calanus finmarchicus se trouve dans l'Atlantique nord, c'est un copépode de plutôt grosse taille , de 2-4 mm jusqu'à 10 mm semble-t-il, je doute que nos Comatules tropicales s'en nourrissent en milieu naturel ;) Je ne sais pas si les comatules sont zoo-planctophage. Si c'est le cas, il est fort probable qu'elles s'en régalent en captivité... à condition de le broyer jusqu'à une taille acceptable... mais laquelle ?

J'ai lu que  la Comatule tropicale Davidaster rubiginosus consomme essentiellement des diatomées, donc du phytoplancton, en moyenne de 2 à 20 µm. On est loin du Calanus.

 

Sûr que tu en sauras beaucoup plus chez Nausicaa et que tu pourras nous communiquer ce que tu aura appris ;).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par clochage j'entendais fabriquer une cloche, la mettre au dessus de l'animal et lui mettre beaucoup, beaucoup de nourriture ! 

 

Sur une video de nourrissage de comatule sur youtube, j'ai posé la question et apparemment ils apprécient du krill ou de l'artemia.

d'accord, je pensais, autant pour moi ;)

 

Oui, j'espère en tout cas !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Comatule fait partie d'une liste d'invertébrés dont je souhaite vérifier la maintenance dans mon bac test destiné aux filtreurs. Je ne pensais pas en posséder une de sitôt, tant on la trouve de manière très aléatoire en magasin. Ce n'est pas plus mal et pour cause, compte tenu de la difficulté de sa maintenance. C'est un peu le hasard qui a voulu qu'un spécimen arrive dans le dernier import chez Aquatitude. Je n'ai pas résisté et j'ai avalé les kilomètres pour la laisser le moins longtemps possible dans le bac de vente..

 

Le spécimen est sain, vigoureux. Il s'agit probablement de l'espèce Himerometra robustipinna. Cette dernière présente plusieurs variantes tant dans la coloration des branches, des sillons et des motifs qui les décorent. La couleur est rouge, d'un rouge profond que je n'arrive pas à faire ressortir en photos ou vidéos. 

 

Dès l'introduction en douceur et après une courte nage d'une incroyable élégance, la Comatule s'est accrochée avec ses cirres à la première roche venue, elle a plus ou moins orienté ses tentacules plumeux selon la configuration et n'a pas bougé depuis.  Elle adopte une position relativement statique dans laquelle ses bras sont régulièrement écartés mais dont les extrémités sont recourbées. Les pinnules sont alors rapprochées dans un réseau très serré qu'apparemment aucune particule ne peut franchir sans être capturée.

Après 24 heures, premières observations, notamment de nourrissage. Son comportement est assez atypique. Au moment de la distribution du plancton lyophilisé auquel j'ai rajouté un broyat très fin de Calanus, la Comatule ne réagit pas. Ce n'est qu'après une à deux minutes, quand les particules de plancton ont eu le temps de faire plusieurs fois le tour de la cuve, qu'elle commence à agiter ses bras de manière frénétique. L'agitation dure alors environ une minute avant de retrouver une position statique. Cette agitation reprend de temps à autre sans que j'en comprenne encore le sens.

 

Au milieu de la vidéo, on peut apercevoir une petite Galathée symbiotique Allogalathea elegans mais là encore, j'ai vu qu'elles pouvaient avoir des patterns variés et je n'ai donc pas de certitude quant à l'espèce. La Galathée n'est pas gênée par la gesticulation de la Comatule et s'offre même le plaisir de grignoter quelques algues au dessus d'elle.

 

A la fin de la vidéo qui suit, elle réagit de la même manière à une distribution de nauplii d'Artemia fraichement éclos et elle sait faire le tri avec les cystes non éclos.

 

La gymnastique des bras n'est pas encore très claire à mes yeux. Ces bras sont munis, du côté ventral, de sillons ambulacraires normalement destinés à véhiculer la nourriture jusqu'à la bouche. Mais, après une extension bien compréhensible pour mieux capter la nourriture, ils s'enroulent puis se replient vers l'extérieur sans que je puisse en comprendre la raison. Je ne vois pas comment cette gestuelle, à l'extérieur de l'animal, peut contribuer au transfert des particules vers la bouche. Cet animal conserve des mystères et l'observation n'est pas terminée, je m'en doute ;)

 

https://youtu.be/6ZiIjZfVNo0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ce compte-rendu détaillé et documenté de tes observations, Compère ;)

C'est un animal magnifique et je souhaite que ton approche réfléchie permette des avancées quant à sa maintenance pérenne (même si je sais bien que nous n'en sommes qu'au début).

Jusqu'à aujourd'hui, l'essentiel des informations dont nous disposons via les récifalistes qui s'y sont essayés se résume à : "chez moi, elles ne tiennent pas" ou alors, à de très rares fois, "j'en ai une qui tient depuis plusieurs mois mais je ne sais pas trop pourquoi"... Pas très instructif !

J'apprécie aussi ces retours réguliers sur la durée, animal par animal. A contrario, et c'est presque systématiquement le cas sur la plupart des sites (essentiellement US), nous n'obtenons que de belles photos d'un bac superbe à un instant "t", sans savoir si les divers azoox qu'on peut y voir ont été introduits la veille (et ne survivront que quelques semaines) ou bien sont élevés avec soin depuis longtemps (et combien de temps, d'ailleurs !).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup pour tous ces détails !

Je compte en commander une (ou deux ?) fin août. Je souhaiterai en commander 2 car l'on m'a dis que l'espèce verte (Comanthus suavia) était plus résistante que la rouge (Himerometra robustipinna), après ce ne sont que des suppositions faites à partir de différentes lectures... Qu'en pensez vous ? Deux comatules est-ce trop ? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors cette comatule Denis ?

Concernant Himerometra robustipinna : Mes observations me confirment que j'ai encore beaucoup à apprendre et je ne retrouve pas certains de ses comportements dans la littérature. Elle n'a pas bougé du premier endroit ou elle s'est installée à l'introduction. Tout juste bouge-t-elle dans un rayon de 3 cm. Par contre elle oriente bien ses bras selon le courant. Parfois très repliés vers l'intérieur, parfois plus ou moins écartés, mais sans vrai relation avec la distribution de nourriture. De ce fait, je n'arrive pas encore à déterminer ce qui lui convient. D'après les infos, ce serait plutôt du zooplancton et peut-être du bactérioplancton. Par contre, sa gesticulation devient frénétique dès lors qu'il y a quelques bulles en mouvement dans l'eau : gêne ou bien réactions au contact de particules grossières ?

 

J'ai eu peur un moment quand j'ai vu un bout de bras de 5 mm, avec ses pinnules, dériver sur le fond du bac. J'observe mais je ne vois rien de particulier. Toujours est-il qu'elle est toujours là, sans signe de mal-être, toujours en présence de la Galathée symbiotique Allogalathea elegans qui se positionne tantôt à sa base, entre les cirres de fixation ou sur les "plumes" à l'intérieur. 40 jours de maintenance, ce n'est encore pas assez pour me réjouir et je la surveille attentivement.

 

Entre temps, j'ai fait l'acquisition d'une autre Comatule noire, légèrement pointée couleur or (je n'ai pas de bonne photo), probablement Comaster schlegelii. De taille plus importante, elle s'est positionnée un temps à un endroit puis n'a pas arrêté de changer de place, même une fois à proximité de l'autre, les bras entremêlés, pour partir plus tard. Une autre fois encore, en plein courant devant la sortie d'une pompe, ce qui n'était surement pas l'idéal pour elle. Je n'ai pas pu analyser le pourquoi de ces transferts. J'ai pensé qu'elle était plus sensible à la lumière, mais elle n'est pas restée sous un dévers, l'endroit le plus à l'abri d'une lumière déjà très faible. Cette Comatule ne se sentait pas bien et effectivement, elle n'est déjà plus. Une semaine après son introduction, j'ai vu sur le fond du bac un bras sectionné, puis deux, puis trois. Le pauvre animal s'est trouvé désintégré en 2 à 3 jours pour se terminer en un triste amas de bouts de squelette que les amphipodes ont bien vite nettoyés. Cette acquisition a été un échec, elle aura vécu 10 jours. Je n'ai malheureusement pu apprendre d'elle, que les signes de dépérissement d'une Comatule. Heureusement que la première est restée en forme, ça me permet de relativiser ma mauvaise maintenance et de penser qu'elle n'a peut-être pas supporté le transport.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dommage pour la deuxième, espérons pour la première !

 

Tu les as prise par vpc ? De ce fait tu me conseilles quelle espèce entre Himerometra robustipinna et Comaster schlegelii ?

 

Je compte les commander par internet, j'ai aussi l'occasion d'en trouver de temps en temps en boutique, j'en prendrai une par vpc et une en boutique (sachant que celles en boutiques sont uniquement des rouges très foncées qui tires sur le noir, je ne sais pas quelle espèce du coup) pour voir le résultat...

 

Tu me conseillerais quoi comme nourriture ?

Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La première vient du magasin Aquatitude à Toulouse, cherchée le jour de son arrivée. La seconde suivant le même principe mais par un circuit différent.

Je ne peux rien conseiller puisque je n'ai aucune expérience sur la durée. Bien sûr, Himerometra robustipinna parait mieux partie, mais ne sachant pas la raison de la mort de Comaster schlegelii, je ne saurais dire si elle est plus fragile.

 

Actuellement je fournis une mixture de divers planctons puisque je nourris des filtreurs aux besoins variés. Pour la Comatule, je mets du zooplancton lyophilisé plus du congelé : œufs de homard, rotifères ou cyclops. De temps en temps je donne des nauplii d'artémies.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'accord, merci pour ces infos, il y a également la comatule verte, comanthus suavia, aussi difficile je suppose ?

 

Quand à la nourriture, étant donné que la bouche se trouve au centre, lui mettre directement sur la bouche ne faciliterai pas l'alimentation plutôt qu'en "nuage" autour d'elle ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Comatule n'est pas un carnassier mais un filtreur. Pas de dent pour prendre et déchiqueter. C'est à dire que son système de préhension n'est pas ce que l'on appelle la bouche mais les bras et leurs pinnules pourvues de podia* : des tubes creux chargés d'une substance collante. Les bras étant pourvus de canaux ambulacraires dans lesquels la nourriture circule via des cils vibratiles... jusqu'à la bouche au centre.
 
C'est un peu comme pour moi, j'ai du mal à manger ma soupe directement dans l'assiette ou attraper avec la bouche, au vol, les olives que l'on m'envoie. Pas assez souple, le Denisio... surtout en ce moment !

 

 

* Non, pas d'erreur ! chez de nombreux échinodermes comme les oursins, on évoque les podia qui servent au déplacement. En fait, il s'agit des mêmes tubes, sauf que chez les Comatules, ils ont conservé leur fonction première : la captation et le transport de nourriture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A ce sujet, si vous pouviez arrêter de lui jeter des olives, ce serait sympa dans la mesure où c'est toujours le reste de l'équipe qui doit nettoyer les nombreux ratés !

Non, si vous voulez vraiment lui faire plaisir, il suffit, comme avec vos comatules, de lui tartiner les bras de purée ou mieux, de brandade de morue. Il s'est bien entrainé et il arrive maintenant à faire remonter la nourriture jusqu'à sa bouche à l'aide de ses poils. C'est très impressionnant à voir et nous préparons justement une vidéo que nous n'allons pas tarder à mettre en ligne.

Bon, je vous laisse, j'ai la fringale et mes filaments mésentériques sont déployés (pas pratique pour taper sur un clavier)...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avec tous ces poils qui ressemblent à des pouces et sa silhouette rappelant celle d'une danseuse du Moulin Rouge, le plus rapide serait de la faire venir en stop.

 

Personnellement, je l'inviterai même à boire un dernier verre ( avec quelques olives).

 

:cheval

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas un grand spécialiste des comatules, mais elle semble effectivement bien réagir ( surtout vu la grosseur de la seringue ).

 

Non seulement elle chante, mais en plus elle danse.

 

 

Magnifique vidéo!

Modifié par LOIC63

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Récemment ici   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici