Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 01/21/2019 dans toutes les zones

  1. 2 points
    dunand

    Entacmea quadricolor et occelaris

    Denis, cesse de te battre avec Riton puisque vous ne parlez pas de mêmes espèces. Tu sais que les clowns vont dans les anémones, mais les clouns, hein, les clouns ils vont où? Et ben pas dans les anémones sauf les sauvages si j'ai bien compris.
  2. 2 points
    chris64

    Entacmea quadricolor et occelaris

    Il y a déjà 20 ans j'écrivais cela : http://www.recifs.org/modules.314.html L'Entacmea quadricolor n'est pas l'anémone de prédilection des Ocellaris mais pas plus que les Euphyllia le sont par exemple, et on ne compte plus le nombre d'Ocellaris qui logent dans une Euphyllia, un Sarcophyton ou autre corail dont l'association ne se ferait pas en milieu naturel. Le nombre de photos de cette association avec E.quadricolor dans les réponses au-dessus devrait inciter Riton87 à être moins affirmatif ! Et pourtant, j'ai longtemps rêvé d'avoir une paire d'Ocellaris noirs logés dans une quadri rouge. J'ai eu les clowns noirs (merci Olivier !) et 2 ans après l'anémone. Mes clowns n'ont jamais voulu quitter leur Euphyllia pour aller dans l'anémone. Mon conseil serait de prendre des clowns d'élevage qui ne sont pas déjà attribué un corail de substitution et de les introduire à l'abord de l'anémone. Ensuite : prières et patience ...
  3. 2 points
    Grég43

    Entacmea quadricolor et occelaris

    Salut, les miens ont mis environ deux mois pour aller dans les quadricolors, donc patience est maitre mot pour la manipulation, ça varie selon les personnes, je peux les toucher sans risque, ma femme par contre ça lui fait apparaître des petites plaques rouges, mais sans gravité cdlt
  4. 2 points
    olivier26

    Projet reefer 170

    Alors tu dois connaitre tout d'abord un petit secret que tu ne répéteras à personne : "je suis loin d'être un adepte du sable !! je trouve que le rapport entre les bénéfices et les désavantages sont en faveurs des désavantages sur le long terme." mais Chuuuuuuuuuut Sinon, il n'y a pas de risques de mettre moins, l'absence d'action anaérobie est la même entre 1 et 2 cm. Je pense que c'est juste pour qu'il en reste un peu partout sur le fond de la cuve à cause du /grâce au brassage. En effet, le brassage en milieu fermé induit l'accumulation à des endroits de tas de sable et offre des zones sans. J'entends trop souvent dire " j'ai réduits mon brassage parce que mon sable volait partout" Et pour moi, mais cela reste subjectif, le brassage est un poste compliqué à mettre en œuvre et extrêmement évolutif dans le temps, ne serais ce que par le nettoyage des pompes par exemple qui doit se faire hebdomadairement. De ce fait, se rajouter encore une contrainte avec l'absence de brassage du fond de l'aquarium (quid du brassage du fond des pierres vivantes où s'accumulent de nombreux sédiments !!!) est pour moi une hérésie. On adapte pas le brassage en fonction du sable (surtout lorsqu'on a des fiables hauteurs d'eau) mais ce sont les contraintes du décor (le maximum de flux d'eau doit traverser les pierres), la croissance des animaux, la construction du bac qui doivent dicter le type de brassage. Ce n'est que mon point de vue !!!! olivier
  5. 2 points
    olivier26

    Un peu de lecture sur les clowns

    Et pas de chercheurs... pas de résultats... olivier
  6. 2 points
    Dompail

    Projet reefer 170

    Je pense que Bubule faisait allusion aux différentes "mousses" de filtration mécanique. Les supports que tu cites (Siporax, etc) ont la particularité d'offrir de nombreuses zones où peuvent proliférer des souches de bactéries anaérobies. Donc des zones où peuvent s'enclencher des processus de dénitratation. Finalement, vous avez raison tous les deux et la bonne nouvelle reste que personne ne sera privé de dessert ce soir !
  7. 2 points
    olivier26

    Nouvelles de mon premier bac

    Il faut leur laisser le temps peut être 6 mois à 1 an. C'est un corail de substitution et ce n'est pas une question d'élevage ou non mais bien une relation spécifique entre deux espèces. Tu n'as qu'a essayé de mettre une Heteractis magnifica et il ne mettrons pas 5 minutes avant d'y aller. Pour avoir fait l'expérience et pour avoir élever beaucoup de poissons clowns, ils conservent cette relation mais avec la bonne espèce d'anémone. Ainsi pour avoir des Percula sauvage ils ont mis plus de deux avant d'aller dans une E. quadricolor. Par contre avec du A. frenatus d'élevage, je n'ai pas eu le temps de l'anémone dans le bas que tous les clowns étaient dans l'épuisette dans l'anémone. Avec des Black ocellaris sauvage même constat...plus de deux ans avant d'aller dans une E. quadricolor alors que j'aurais mis une Stichodacyla mertensii ils n'auraient pas mis 5 minutes. olivier
  8. 1 point
    STEPH 30

    Xénia Pumping

    Cela peut venir aussi d'un élément de trace qui vient à manquer comme par exemple l'iode...
  9. 1 point
    Grég43

    Entacmea quadricolor et occelaris

    Pour preuve: en alternance....
  10. 1 point
    Dompail

    Projet reefer 170

    Bon sang, on dirait une photo de moi à 20 ans avant que les corallines reprennent le pas sous mon béret !
  11. 1 point
    olivier26

    Projet reefer 170

    Salut, Pour le produit je dirais bof!!! , certainement des souches de bactéries mais conditionnées dans quel milieu ? et sous forme liquide j'ai toujours eu des doutes concernant leur conservation, je préfère nettement les oeufs enkystés sous forme de poudre qui présente l'avantage de pouvoir se conserver sur le long terme. Personnellement en phase de démarrage (sans poissons, sans coraux...) j'augmente la température et je ne nettoie pas les vitres pour visualiser et observer l'évolution de la meiofaune...et je suis très patient avant la première introduction de vivant... olivier
  12. 1 point
    Ludo76

    Le bac de Ludo76 - 550L

    Je suis trop nul pour les photos alors je poste une nouvelle vidéo. Modifier la qualité pour la mettre en 1080.https://www.dailymotion.com/video/x71c25bA+Ludo
  13. 1 point
    RECIFCHRISTOPHE

    Identification svp

    je penserai plus à du pavona
  14. 1 point
    Bubule

    Projet reefer 170

    Si tu n'as rien proche de l'aspiration de la pompe qui puisse finir dans celle-ci, il n'y a rien à craindre. Tu peux enlever.
  15. 1 point
    Denisio

    Un peu de lecture sur les clowns

    Super, je vais lire dans le détail. Mais je vois déjà que tu as fait partie de l'équipe de recherche Olivier
  16. 1 point
    olivier26

    Un peu de lecture sur les clowns

    Merci pour cette lecture je voulais en proposer un petit article, L'article en question : https://bmcbiol.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12915-018-0559-7 Un travail très intéressant du CRIOBE avec d'autres articles qui vont suivre notamment sur les différents stades de développement de A. ocellaris olivier
  17. 1 point
    riton87

    Nouvelles de mon premier bac

    Je vais se que je veux mon bac fonctionne bien comme cela et je me project sur un autre projet.
  18. 1 point
    dunand

    Nouvelles de mon premier bac

    Ton cerveau? Je plaisante mais écoute un peu les remarques des membres
  19. 1 point
    Denisio

    Nouvelles de mon premier bac

    En l'absence de Robert, et juste pour répondre à ton interrogation, je veux bien faire le p'tit Denisio. Désolé, comme Aurel, j'en vois aussi un peu des fautes, et je ne suis pas un expert.
  20. 1 point
    Denisio

    Projet reefer 170

    Super, l'odeur de marée, ! C'est le signe qu'il y a décomposition d'animaux morts (éponges, vers…) et donc qu'il y a quelque chose dont une partie vivra. C'est bien mieux que des PV hyper nettoyées, juste ensemencées de bactéries. Il y a fort à parier que ton démarrage n'a pas besoin bactéries supplémentaires. Suit les nitrites, laisse le pic dépasser, puis regarde comment évoluent les nitrates. Quelques jours plus tard tu pourras réaliser un changement d'eau pour démarrer sur de bonnes bases.
  21. 1 point
    fredeau

    Les tutos de fredeau

    Bonjour tuto sur le clarisea, mode d’emploi et mise en place
  22. 1 point
    Denisio

    Nouvelles de mon premier bac

    Un jour il faudra que l'on rédige un recueil de Ritonneries et autres affirmations gratuites sans aucune explication. Quand on parle de clown… Chacun sait que les clowns d'élevage peuvent, si l'envie leur vient, occuper un corail mou à long polypes. Plus sérieusement, sur la question du décor aéré. A l'origine on évoquait la nécessité de mettre 20% de PV, ce qui conduisait à des décors "biotope mur d'éboulis". Cette proportion a pu être réduite, d'une part en favorisant la circulation d'eau autour des PV, ceci améliorant leurs performances, bien plus que les vieux éboulis dont les pierres serrées en réduisaient l'efficacité. D'autre par avec l'amélioration des techniques de traitements de l'eau (écumeurs, filtres à algues et autres systèmes biologiques. Ceci dit, il semble que l'on ait poussé le bouchon un peu loin autour de 10%. A réduire la quantité de PV sans compenser par ailleurs, on voit de plus en plus de bacs à l'équilibre précaire, facilement envahis par les cyanobactéries et autres joyeusetés. Personnellement je fixerais la limite inférieure à 12-15%. Si souhaite un décor hyper aéré, on peut disposer le complément de PV dans la cuve technique.
  23. 1 point
    dunand

    Le récif du belon (Fredeau) -1100L -> 1900L

    Ce fameux polype que j'ai également repéré va toujours aussi mal. Que comptes tu faire Fredeau? En tant que président de la SPC "société protectrice des coraux" , je pourrais venir confisquer ces animaux maltraités. Magnifique ce bac !!!
  24. 1 point
    Logarithme

    Chaetodon ephippium en récifal

    Bonsoir, Petit témoignage du jour au sujet de Chaetodon ephippium, pour ceux qui sont intéressés par les espèces de papillons possibles à garder en récifal (dites pas non, ça existe, y en a ). Je précise d'emblée que ce témoignage concerne mon poisson, et que je ne rembourse pas les coraux si vous tentez le coup avec un autre spécimen . Je précise aussi que mon idée de base n'était pas d'acheter un poisson papillon juste pour en avoir un, mais de me débarrasser de mon élevage industriel d'Aiptasia sp. et d’Anemonia manjano qui étaient tellement nombreuses que mes coraux commençaient vraiment à péricliter à cause des anémones qui s’installaient à leur base et faisaient crever les tissus en contact avec elles. Je n’avais par le passé jamais eu vraiment de problème d’Aiptasia, quelques Lysmata wurdemanni empêchaient toute repousse dans le bac. Quant aux A. manjano, je ne les connaissais que par les livres ou les témoignages d’autres aquariophiles. Donc l’invasion par ces deux espèces, commencée début 2013 (sur des roches achetées à l’été 2012) a été pour moi un défi et j’ai mis du temps à régler le bazar. Etapes de la lutte : Etape 1 : pendant des mois, séances régulières de piqûre d’eau bouillante saturée en sel (d’aquarium, cela va sans dire) avec la bouilloire posée sur sa base devant l’aquarium, une seringue de 20mL, une aiguille, et deux heures à patauger dans le bac (et à se brûler le coude contre la vitre du spot HQI…). Déjà, ça stresse les poissons, parce qu’on doit retourner les roches pour essayer d’avoir celles qui sont en dessous, et puis à un certain stade, ça se multiplie plus vite qu'on ne peut les piquer, et très vite on manque de temps, on espace les « traitements », donc ça revient. Résultat nul et de toute façon pas viable à long terme (on n’arrive jamais à éradiquer la souche). Je précise que vu le volume réduit de mon bac actuel, l’écumeur relativement léger, l’absence de décantation, l’absence de pH-mètre pour contrôler l’opération, je n’ai jamais voulu utiliser d’acide chlorhydrique ou de vinaigre. C’est peut-être une erreur, mais je n’ai pas voulu prendre le risque de planter le bac et vu la quantité à exterminer, ça aurait pu se produire. Etape 2 : comme tout le monde, achat de quelques crevettes Lysmata wurdemanni (soi-disant). Résultat absolument nul, contrairement à un achat quelques années plus tôt. Soit le bac était trop envahi, soit je me suis fait avoir sur l'espèce (il y en a toute une ribambelle qui ressemblent beaucoup aux wurdemanni, et à moins d’avoir des photos sur soi pour comparer quand on les achète, on peut se planter. Elles ont les avantages de finir la nourriture qui tombe sous les roches et de fournir quelques larves vivantes de temps à autre aux poissons, mais ce sont bien les seuls. Etape 3 : réservation d’un Acreichthys tomentosus qui a malheureusement passé l’arme à gauche pendant les quelques jours de la réservation. Je suis tombé, en venant chercher mon poisson réservé (et mort), sur un beau Chelmon rostratus bien acclimaté sur lequel je me suis finalement rabattu, sans trop faire la fine bouche . Vu la difficulté de maintenance du Chelmon et surtout vu mon échec en janvier 2007 avec ce poisson (un jour et demi de vie dans le bac sans rien manger, sans doute un spécimen trop petit), j’avais une certaine appréhension et je n’avais jamais osé en reprendre (n’aimant pas envoyer des poissons au casse-pipe). Mais tout s’est bien passé, il a mangé du décongelé le jour même. Il a eu du mal à comprendre que les Aiptasia se mangent, et après que j’en aie piqué quelques une à l'eau bouillante, il s'est mis à dévorer les cadavres et a ensuite mangé tous les spécimens vivants en à peu près dix jours. Mais il a refusé obstinément les A. manjano, quelle que soit la manière de les lui présenter. Le temps passant, et peut-être débarrassées de la concurrence des Aiptasia, et aussi alimentées par davantage de nourriture distribuée depuis l’arrivée du Chelmon, les A. manjano se sont encore plus multipliées. Il devenait urgent d’agir efficacement. Etape 4 : après une recherche sur le net, je conclus qu’éventuellement Chaetodon xanthurus ou Chaetodon kleinii pourraient manger les A. manjano sans trop toucher aux coraux. Encore faut-il en trouver un, et je n’aime pas trop commander les poissons (si finalement le poisson commandé ne plait pas, ne fait pas la bonne taille, est un poil maigre ou abîmé, on se sent un peu obligé de le prendre quand même, bof). Sur ce, je passe dans une boutique fin juin de l'an dernier, je vois un petit Chaetodon ephippium pour même pas le prix de deux Lysmata wurdemanni et la certitude raisonnable que lui, par contre, il boufferait absolument toute forme d’anémone de verre sans se poser de questions. Je réfléchis, finalement je ne le réserve pas : la vendeuse me chuchote que comme c’est pas un poisson vendable à un récifaliste, il risque de rester là « au moins deux ou trois semaines » avant de trouver preneur, le temps pour moi de me renseigner plus sérieusement sur un poisson que je n’envisageais pas. Le poisson, que je n’avais jamais vu en vrai, me bote bien, je connaissais la bête de nom et d’apparence, mais juste comme ça, comme on connaît plein de poissons dont on pense qu’on ne les aura jamais (puisque réputés bouffeurs de coraux). Je fouille un peu sur le net, ce que je trouve n’est pas spécialement encourageant. Le poisson est décrit sur la plupart des sites (recopie de recopie de recopie d’article mal traduit écrit il y a trente ans par un gars qui n’en a jamais eu dans son bac) comme étant absolument incompatible avec les invertébrés, je décide donc de laisser tomber d’autant plus qu’ayant déjà eu un Chaetodon auriga qui avait rasé la moitié de mon bac précédent (et acheté dans la même boutique, cependant d'une taille plus importante à l'achat), j’avais une certaine expérience d’un vrai consommateur de polypes. Deux mois plus tard, le 30 août, je repasse dans la même boutique chercher une boîte de paillettes (je pensais le poisson vendu depuis longtemps). Bilan, il était toujours là, je demande quand même si c’est bien le même que la fois précédente, réponse affirmative (et en plus il est dans le même bac et fait à vue de nez la même taille, pas d’erreur possible, c’est bien le même). Bestiole parfaitement acclimatée, qui mange bien, nulle trace de maladie, hop ! Je suis reparti avec le poisson dans un sac, avec cette sensation bien connue de (certains ) aquariophiles d’avoir fait une grosse connerie, la culpabilité de n’avoir pas su résister et pensant devoir transformer mon bac en FO au bout d’une semaine, m’imaginant devoir construire des cages en grillage plastique autour des coraux, trouver vite fait un bac d’accueil pour sauver les polypes, etc. Eh bien pas du tout ! Cinq mois et demi plus tard, il n’y a aucun problème. Vous me direz, ça fait pas dix ans, mais quand même. Les Anemonia manjano ont disparu en deux grosses semaines. Vu leur quantité et la vitesse à laquelle elles ont été liquidées, et surtout vu la taille du poisson (6,3 cm queue comprise à l’achat) et son potentiel de croissance, il doit être capable d’en vider n’importe quel bac de dimensions « domestiques ». Il n’avait pas l’air de les manger en entier, mais avait une manière d’arracher un tentacule par ci, par là, ce qui les décollait du support. Je n’ai même pas eu le temps de le filmer à l’œuvre. J’en retrouvais collées partout aux vitres, jusque dans l’écumeur lors du nettoyage. Au final, à force de les harceler, il n’a rien laissé. Au bout de cinq mois et demi, il se révèle parfaitement compatible avec les coraux que j’ai. Pas d’Acropora, pas de collection de trente espèces, mais cinq espèces différentes de durs que je laisse pousser à leur guise et qui remplissent bien le bac : Turbinaria reniformis, Montipora plateau violet (en étages), Montipora danae (merci encore à ceux qui m’ont aidé à l’identifier), Montipora digitata vert et un LPS (Favia sp.). Le Turbinaria sort moins les polypes en journée qu’avant l’arrivée du poisson, mais il les sort la nuit, signe qu’ils ne sont pas goulûment avalés, et il pousse toujours aussi bien. Pour être honnête, les dix premiers jours, sans doute un peu carencé par son long séjour en bac de vente à bouffer des artémias bas de gamme (j’imagine), il a tapé dans le Montipora digitata et sous le Turbinaria (on voyait bien les toutes petites marques blanches laissées sur les tissus par le bec). Mais depuis, RAS. Vu le volume du bac, s’il tapait vraiment, en une semaine il aurait fait le tour. Les coraux qui étaient infestés et brûlés par les A. manjano revivent. En particulier le Montipora branchu, qui comportait une colonie d’anémones à la base et commençant à coloniser le dessous des branches du bas, a repris du tonus. Donc le bilan est pour moi plus que positif. J’en saurai plus d’ici trois ou quatre ans, c’est certain que pour le moment il est juvénile, mais ça se présente très bien. Je ne le vois pas changer de régime alimentaire du jour au lendemain. Je touche du panneau de bois aggloméré. En plus, ce qui ne gâche rien, le poisson est magnifique. Comme souvent, ça ne rend absolument pas en photo, mais alors en vrai, c’est autre chose. Même éclairé par un néon blafard en bac de vente, je ne m’y suis pas trompé. Il mange absolument de tout, et se jette sur les coques et moules que je donne au Chelmon (les mysis ou artémias en pleine eau, avec son bec, le pauvre Chelmon a du mal). Au bout de quatre mois j’ai même réussi à lui faire manger des paillettes. Petit défaut, il semble être assez sensible à la qualité d’eau, et fait assez systématiquement un ou deux points blancs ou légères taches blanches à chaque changement d’eau un peu important ou lors des grosses interventions dans le bac (nettoyage des autres vitres que la façade, ce que je ne fais pas régulièrement). Croissance lente pour le moment, il est passé de 63 à 78mm en cinq mois (mesure un peu approximative, en collant une bande de papier millimétré contre la vitre, et en prenant la photo d’assez loin (et en s’assurant que le poisson est près de la vitre). Il aura droit à un bac plus grand d’ici 18/24 mois, c’est prévu. Voici quelques photos, en compagnie des coraux (il lui manque un tout petit bout de caudale, c’est normal, petite altercation avec un A. ocellaris qui considère la totalité du bac comme son territoire…) :
  25. 1 point
    Flolos

    Projet reefer 170

    Je connais rien en hippo . J'ai demander une photo . C'est plutôt effrayant
×

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici