Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

blups

La bactérie, le copépode et le polype (musique d'E. Morricone)

Messages recommandés

Certains ont du mal à suivre les sujets de nos biologistes. Pourtant, s'aventurer à faire des ajouts ou installer un RAB ou autre chose nécessite un minimum de connaissances. Je ne peux qu'encourager chacun à suivre ces posts. Si on n'en pige que 5 à 10%, on n'en pige que ça, mais c'est un tremplin pour ensuite monter le score à 10 à 15%, etc.. Cela nécessite un effort, de la curiosité, mais nous avons bien appris le nom de nos poissons et de certains de nos coraux. Nous savons que le nom de famille de Nemo est Amphiprion ocellaris. C'est plus compliqué à dire qu'hétérotrophie ou scléractininiaire.

Si l'ascension de la montagne est trop raide d'un côté, elle l'est peut-être moins sur un autre versant.

C'est le but de ce post. On va se retrouver entre nuls et essayer d'en piger un peu plus. Les pros nous pardonneront de dire des bêtises et, nous l'espérons, nous corrigeront.

 

Je vais commencer avec ce qui a été pour moi la révélation de la semaine :idiot: . La bouffe de base du corail, c'est le COPEPODE !!

C'est Olivier26 qui le dit là :

http://www.cap-recifal.com/topic-1189-heterotrophie-chez-les-coraux-scleractiniaires?page=5

"Effectivement comme cela a été dit les coraux sont hétérotrophes car ils sont capables aussi de capturer du zooplancton. Certains auteurs ont suggéré que le zooplancton constituait la source d'énergie majoritaire. Des études ont montré l'impact direct de la nourriture sur la croissance du squelette. La sélection des proies capturées se fait très certainement en fonction de la taille des polypes. C'est très certainement pour cela qu'il est difficile de maintenir certaines gorgones ou d'autres coraux non photosynthétiques (Dendronephthya) car ils leur faut une proie adaptée à la taille des polypes avec très certainement un courant bien déterminé.

Les copépodes sont très certainement les proies préférentielles des coraux en plus d'autres nauplii de crustacés."

 

Je sais depuis longtemps que le corail se nourrit surtout de zooplancton. Mais ça fait du bien de mettre un nom là-dessus.

Alors, c'est quoi un copépode ? Une petite bestiole qui ressemble (un tout petit peu) à une puce, qui mesure entre 0.2 mm et 1 cm et constitue 60 à 80% de la masse du zooplancton.

http://www.obs-vlfr.fr/~gaspari/copepodes/cop_doc.htm

Punaise (encore un copépode !) ! Ca bouffe ça un corail ? Moi qui lui qui refilais des AA et mon eau phosphatée, je vais le mettre au régime cassoulet toulousain ! Les Espagnols préfèrent la paëlla, spéciale Papone.

 

On sait donc maintenant que le corail a de l'appétit et qu'il avale de gros morceaux. Gaffe quand même ! Il est avant tout autotrophe, et avec ses zooxanthelles, il peut se débrouiller tout seul comme un grand dans un bac berlinois correctement entretenu.

 

Si le corail est capable d'ingérer des êtres vivants aussi grands et complexes que des petits crustacés, c'est qu'il a les moyens de les assimiler en dégradant cette "viande" en protéines (et peptides et AA), en différents lipides, glucides, oligo-éléments, etc..

Comme chez l'être humain, il est donc plus logique de donner une nourriture complète, variée et équilibrée (sous réserve que ce soit possible, ce qui n'est pas encore le cas pour certains ahermatypiques), que de rajouter des éléments basiques (oligo-éléments, AA...), ces derniers ayant plutôt un intérêt dans les carences que dans une alimentation de routine. En tout cas, chez l'homme, les compléments alimentaires, aussi sophistiqués soient-ils, n'arrivent pas à faire aussi bien qu'une alimentation équilibrée. Les deux peuvent s'associer bénéfiquement parfois, mais le principal résultat est le plus souvent le portefeuille qui améliore sa ligne.

Comme dirait l'autre, "j'ai fait régime pendant un an et j'ai perdu 12 mois".

Je ne pars surtout pas en guerre contre les ajouts, mais il est important de savoir pourquoi on le fait.

Par ailleurs, cela donne un bon point (à mes yeux) aux méthodes du style Papone, mais qui sont idéales aussi pour planter un bac si on a la main trop lourde par rapport aux capacités d'épuration du bac.

 

Venons-en à la bactérie ! Les bactéries sont des êtres vivants, complexes, qui comme les coraux, sont capables de manger du gros. Elles peuvent vous "dépecer" un boeuf, mais ramenons leurs capacités à la nourriture qu'elle peuvent ingurgiter vivante : certaines bactéries sont capables "d'avaler" d'autres bactéries. Là encore, on est loin du C sous forme de sucre ou de vodka, ou des AA. Il faut savoir aussi qu'elles ne sont pas forcément capables d'assimiler ce qui est plus petit (matière inorganique...). Les bactéries aérobies par exemple n'utilisent pas (ou très peu) le NO3.

Les bactéries sont capables de se multiplier à des vitesses folles. Il suffit qu'elles aient à manger. Ce qui les limitent (entre-autres), c'est lorsqu'il manque un élément pour les nourrir. On parle de facteur limitant. Dans nos bacs, le premier facteur limitant est en général le carbone. Si on met du C (vodka, sucre...), c'est reparti pour la multiplication. Si le C est rajouté suffisamment et régulièrement, le facteur limitant suivant est l'azote (N). Pour les bactéries aérobies qui consomment mal le NO3, on rajoute des AA. Et on repart pour une multiplication exponentielle.

C'est le principe du RAB, pour faire baisser les phosphates, plaie de l'aquarium. Tant que les bactéries ont tout ce qu'il leur faut, elles consomment et se reproduisent, et vite, très vite. Et c'est ainsi qu'on crée un ou des facteurs limitants pour les autres animaux du bac, et... qu'on plante nos bacs. On peut aussi planter le bac avec un bloom bactérien, les bactéries sont en surnombre. C'est une notion que certains n'arrivent pas à se faire, mais on peut fabriquer des kg de bactéries en quelques heures. Chez l'humain en bonne santé, le poids total des bactéries dans l'intestin est déjà d'environ 1,5 kg.

Ce n'est pas forcément le RAB qui est dangereux, c'est sa mauvaise utilisation et la méconnaissance de son fonctionnement, fonctionnement suffisamment pointu pour ne pas être utilisé (à mon avis) dans le seul but de gérer ses phosphates.

 

Voilà, je n'ai rien dit de nouveau, j'ai juste essayé de le dire un peu différemment. Ce n'est pas forcément plus simple, mais parfois un simple mot ou une simple image peut nous faire avancer.

A vous de compléter, de corriger ou de parler d'autre chose.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup pour cette belle synthèse :clinoeil:

Blups a raison, preuve que son grand âge n'a pas complétement altéré son bon sens :D

Il ne faut surtout pas hésiter à participer à ce fil... Quelles que soient vos questions ou vos interrogations et vos hésitations à poster, sachez que vous n'arriverez jamais à écrire autant de bêtises que l'équipe de modération du site :D

En ce qui me concerne, ma révélation de la semaine est pourtant une évidence pour la plupart d'entre vous, à savoir que les coraux étant statiques, comme les plantes, et dans l'impossibilité de se cacher, de bouger, de fuir, il ont comme beaucoup de végétaux été contraints de sécréter des substances de nature à leur permettre de se défendre. Cette "agressivité" allant décroissante, pour un ensemble de raisons, plus la période de captivité dans nos bacs a été longue.

Bref, avec un minimum d'attention, tout le monde pourra trouver son content d'informations (et de questions) tant cet article et les interventions qu'il suscite nous plonge au cœur de la maintenance de nos coraux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi suivre discussion biologiques ! :langue:

 

Beaucoup des notions dont on parle depuis un certain temps (AA, photosynthèse, les histoires de pomes à ions, transporteurs membranaires, ...) sont très bien expliqué dans ce livre de référence (en tout cas, c'est celui que j'ai): "Biologie" de niel campbel (d'ailleurs, il y a un aquarium récifal sur la couverture!)

Maintenant, vu le prix, je ne sais pas si c'est forcément justifié ! :timide:

 

room

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai beaucoup apprécié le discours de Blups ... à part que la méthode "Papone" n'est pas originaire d'Espagne mais d'Italie !

Oui, et si je ne m'abuse il y a des hormones de croissance dans la préparation! :horreur:

Un bac célèbre qui a crashé avec cette méthode :http://www.acquaportal.it/articoli/madeinitaly/acquarimarino/alexalbe/default.asp

 

room :timide:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Récemment ici   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici