Aller au contenu

Messages recommandés

Bonjour à toutes et à Tous,

Le second volet de ce très (trop) long article va décortiquer des exemples concrets, des fonctionnements de matériels, ...

Peut-être que certaines approximations hérissent le poil des spécialistes : ils ont raison. Mais comment faire pour ne dire que ce qu'il faut et le dire juste ? 

Je le répète, je ne suis pas un scientifique mais un technicien, autodidacte et... vieillissant... touchez ma bosse mon Maître...

Vous serez étonnés, dans le second volet, des risques que vous encourrez quotidiennement ! Une première alerte : méfiez-vous de votre tondeuse à gazon à moteur thermique ! Vous pourriez mourir électrocuté à cause d'elle... et de votre voisin !?

Jean-Pierre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J’ai encore adoré dévorer cet article. :%%)

Bien qu’il soit assez long et décalé du milieu aquariophile, il m’a permis de me remémorer certaines bases parfois oubliées. Et puis j’en ai appris !

Comment çà ??? Claude François serait mort ? :horreur  Pourtant je l’ai encore entendu ce matin à la radio ! On ne me dit pas tout :tapechaise

 

Plaisanterie mise à part, pourtant de formation technique et d’expérience professionnelle assez proche, j’en ai appris de manière fort agréable. Pas trop détaillé ou trop théorique mais suffisamment explicite pour être compris, çà me semble une bonne base de départ pour présenter la suite que j’ai déjà hâte de lire.

Et puis maintenant je saurais comment faire lorsque par temps d’orage et que l’odeur d’ozone devenant trop présente il me faudra maintenant sauter à pied joint pour rejoindre ma voiture au lieu de courir tel un affolé. (Situation que j’ai vécu 15’’ avant que la foudre ne tombe à moins de 100m de moi en rase campagne…).

 

Franck

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a un passage que je ne parviens pas à comprendre au niveau de la tension de pas (Chapitre 3.5), pourquoi le fait de serrer les pieds en cas de foudre réduit cette tension de pas ?

Il arrive que des troupeaux de vaches soient foudroyés lors des orages. C'est rarement parce qu'un éclair leur est tombé dessus, mais à cause du phénomène de tension de pas. Lorsque la foudre frappe un champ, le courant se propage dans le sol à cause de l'humus. L'écartement entre les pattes des vaches (le pas) créé alors un arc électrique fatal dans le corps de l'animal.

 

Plus le pas est important (distance entre 2 pattes) et plus le risque est grand car la différence de tension entre deux points est d'autant plus importante que l'écart est grand. C'est pourquoi les vaches sont très exposées à ce danger.

 

Source : http://secouchermoinsbete.fr/14291-la-tension-de-pas-souvent-fatale-pour-les-vaches

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Car la Résistance induite par le terrain entre les deux pas augmente.

Plus la distance de terrain augmente, plus la résistance augmente (en fonction de la nature du sol, de son taux d'humidité etc...)

Le courant étant fainéant(dixit mon prof d’électrotechnique) :D , il passe par le passage le moins résistant... Donc si la résistance de ton corps est plus faible que celle du terrain, tu es électrisé...

 

orage110.jpg

 

Source: http://www.randonner-leger.org/forum/viewtopic.php?pid=250053

Modifié par magmainger

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

 

De l'eau et de l'électricité... Jean Pierre nous propose de suivre son parcours électro-aquatique avec la seconde partie de cette saga consacrée à l'électricité dans notre hobby.

 

Un aquarium : de l'eau, de l'électricité - Partie 2 : Qui vit innocent… vit content ! POURQUOI ?

 

 

Cet article est consacré au POURQUOI : POURQUOI certaines situations se présentent, POURQUOI respecter certaines règles dans le système électrique d'un aquarium. Jean-Pierre est de ceux qui ne conçoivent pas exposer les aboutissants sans en expliquer les tenants.  L'installation électrique d'un aquarium ne fait-elle pas partie intégrante de celle de l'habitation ? C'est donc tout naturellement que l'exposé développe et traite de l'installation de A à Z, de l'alimentation par le fournisseur ERDF jusqu'à la masse de la cuve.

 

Que certains aquariophiles se sentent un peu loin de leur hobby, pas de problème !  ils retrouveront toutes ces informations détaillées et claires, le moment venu de repenser leur installation électrique. Que les autres n'hésitent pas exposer leurs points de vues, à questionner Jean-Pierre ; ce forum n'attends que ça.

 

Merci à Jean-Pierre pour ce travail colossal et bonne lecture !

 

L'équipe Cap récifal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, le final sur la fin de Cloclo !  

 

En parlant de fils dénudés, j'aimais bien aussi les filles. Comme le souligne Jean-Pierre dans cette conclusion, le soulagement a été que les Claudettes soient épargnées, même si j'ai regretté de ne plus voir leurs trémoussements et leurs frimousses, après ce dramatique évènement.

 

Encore merci pour cet article !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Gros travail, encyclopédique, théorique, pratique et même énergétique  :D

Mais je suis désolé, je vous doit d'être franc, en ce qui me concerne .................. je décroche à la troisième ligne  :-[

Je suis peut être le seul mais en tant qu’allergique congénital à tout ce qui touche la fée électricité, je suis incapable de trouver (et je suis sur qu'elle y est) la réponse pratique, simple et littérale au .... comment sécuriser en deux mots mon installation avec le discours et le schéma adapté à mes deux neurones d’informaticien :chepo 

Je peux assurer Jean-Pierre de mon plus profond respect pour l'étendue de ses connaissance et le travail réalisé pour les coucher dans ces deux opus.

 

En exagérant et pour finir sur un trait d'humour, si je développe les base du binaire, puis principes du langage machine pour finir par la structure et les clés de la base de registre alors que mes interlocuteurs veulent simplement installer une imprimante .............. tu vois ce que je veux dire ?

 

Je tenterais ma chance au dernier opus .... qui sait  ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi aussi j'ai tendance à décrocher très vite quand un spécialiste me parle. C'est vrai avec l'électricité, encore plus dès que l'on aborde de l'électronique, c'est particulièrement vrai avec les informaticiens que j'ai pu côtoyer dans ma vie professionnelle : ils enrobaient toujours leurs explications d'une nébuleuse qui les rendaient forcément incompréhensibles, comme si, dans un instinct de survie, ils avaient avantage à ne pas être compris, peut-être pour tenter de conserver un statut d'employé indispensable. C'était très mal vu et malvenu dans une communauté ou l'efficacité nécessite, non pas seulement des exécutants binaires, mais des intervenants responsables, en mesure de savoir et d'expliquer pourquoi ils exécutent ou décident telle ou telle tâche.

 

C'est vrai Jaycee, une difficulté est de rester compréhensible sans larguer son auditoire. C'est pourquoi j'apprécie quand mon interlocuteur sait remonter en amont pour m'expliquer le contexte et s'assurer de mon niveau de (non)compréhension pour adapter son discours. Il faut reconnaître que c'est plus facile dans une discussion en petit comité (et pourtant pas une généralité), ça l'est beaucoup moins quand le propos s'adresse à un vaste comité de lecteurs. Forcément, il y aura des notions qui pourront paraître déplacées, trop complexes, hors sujet... De mon côté, entre des affirmations simplistes, péremptoires et des explications détaillées, mon choix est fait. J'imagine que les membres de Cap récifal,  récifalistes réfléchis, savent utiliser ces articles comme des sources de connaissance à tiroirs et ouvrir ceux qui leur correspond.

 

Je fais quand même une petite différence entre base du binaire, principes du langage machine, structure et clés de la base de registre..., autant de notions auxquelles le récifaliste ne sera jamais confronté et interconnexion des masses, défaut d'isolement, prise de terre, sélectivité du disjoncteur, particularités de la très basse tension..., autant de notions auxquelles tout récifaliste est confronté et particulièrement celui qui réalise son installation ;)

 

Je ne connais pas le contenu du prochain article que nous attendons tous avec impatience en souhaitant y trouver des clés bien pratiques. Mais les avis tenus par les différents électriciens sur CR étant très disparates, je ne m'attends pas à trouver une seule solution qui me permettrait en deux mots, de sécuriser mon installation et encore moins le schéma adapté universel, qui réponde à tous les cas de figures. Comme il n'existe pas d'installation électrique identique (à l'instar des systèmes d'aquariums) je suis persuadé qu'on ne peut pas proposer un seul cas de montage (comme un même type de maintenance récifale) et que nous serons livrés à nos propres réflexions... mais un peu moins seuls si on se prend à lire l'essentiel de cette saga électrique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à Toutes et à Tous,

Le dernier du triptyque est (enfin) terminé et sera publié dans les quelques jours à venir. S'il a été plus long que prévu pour paraître, c'est à cause du temps qu'il me fallait pour le rédiger et que je n'avais pas en quantité suffisante.

J'espère que vous ne serez pas déçus, ni par la forme (qui pour moi est importante), ni par le fond. J'espère surtout qu'il vous sera utile.

Cap Récifal (et les éminences qui le servent, mais je ne dirai rien de plus à leur sujet...) est un site remarquable... et remarqué : il suffit de taper AZOOX  sur GOOGLE pour s'apercevoir de la qualité de ce site.

Ecrire trois articles sur ce site n'était, n'est et ne sera jamais pour moi un objectif, une manière de justifier sa vie ou son rang dans ce microcosme. Ecrire ces trois articles était une occasion pour moi de faire passer un message qui m'obsède. Les responsables de Cap Récifal ont choisi une manière élégante de :

1) satisfaire l'objectif personnel qui n'a rien à voir avec le monde récifal ;

2) ne pas mélanger les genres et réserver ce site aux principes fondateurs qui ont tout à voir avec le monde récifal.

Alors je tiens à les remercier pour leur délicatesse et à m'excuser pour avoir tenté de coincer la porte avec le pied.

Quant à Vous, lectrices et lecteurs anonymes, bon courage pour décoder ma prose et surtout, sachez que tout cela est fait pour Vous servir.

Cordialement.

Jean-Pierre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à toutes et à tous,

 

Dernier volet d'une série de trois articles consacrés à l'électricité en aquariophilie, Jean-Pierre passe au concret et nous explique COMMENT. Comment déterminer, comment choisir, comment prévoir, comment sécuriser et même, comment automatiser... dans cette partie 3, dense et détaillée.

 

Partie 3 : Qui vit innocent… vit content ! COMMENT ?

 

Aguerri à la pratique de l'électricité tout autant qu'à son enseignement, Jean-Pierre nous fait part de son savoir et de son expérience après de longues années passées au service de l'industrie et de l'éducation. Cap récifal ne rémunère personne ;  Cap récifal ne fait appel qu'aux bonnes volontés pour enrichir la base de connaissances de ses fidèles lecteurs. Pourtant, c'est à Cap récifal, ou plutôt à ses membres qu'il a bien voulu offrir le fruit de cet exercice que nous savons long et difficile. Ce n'est jamais chose aisée que de se livrer et ainsi s'exposer à la critique populaire. Les idées évoluent, les pratiques changent, le matériel s'améliore... nul doute que cet article se complètera de l'expérience et des commentaires argumentés de notre communauté que l'on sait très avertie.

 

Pour tout ce travail, nous avons déjà exprimé nos remerciements à Jean-Pierre et nous les renouvelons au nom de tous les lecteurs de Cap récifal.

 

Bonne lecture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après ces 3 articles complets et étayés, il semble bien que des questions planent encore autour du raccordement ou non de l'eau à la terre. Bonne nouvelle, je crois savoir, de source non officielle mais sûre, que Jean-Pierre souhaite clarifier cet aspect et sa vison dans un prochain additif au dernier article.

 

Je ne pense pas m'électrocuter ni craindre picotements, gratouillements ou chatouillements en écrivant ça ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le dernier chapitre de la trilogie de Jean-Pierre, sur l'électricité en aquariophilie, a laissé quelques incompréhensions, notamment concernant la mise d'un aquarium à la terre. La réponse n'est pas simple ou du moins, face à ce sujet critique puisqu'il traite de la sécurité, il était impossible de répondre en quelques lignes sur le forum. Certes, les réponses étaient déjà dans les 3 articles, mais les nombreux  novices que nous sommes avaient du mal à démêler la vérité, malgré une vraie bonne volonté.

 

Jean-Pierre a donc repris son bâton de graphite et décortiqué la question. Pour être encore mieux compris, il est parti de cas concrets exposés sur le forum et a développé chaque point, méthodiquement. La tâche n'est pas facile et on peut le remercier pour cet investissement, gratuit, pour la communauté. Pour que l'électricité de nos aquarium ne gratouille pas, pour qu'elle ne chatouille pas et surtout pour qu'elle nous laisse le loisir de poursuivre ce cher, très cher hobby. Tout est là, l'additif est en fin d'article.

 

Un aquarium : de l'eau, de l'électricité - Partie 3

 

Bonne lecture et encore merci à Jean-Pierre !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Jean-Pierre,

 

Merci pour cet article qui est le fruit d'un énorme travail.

On sent tout au long de cette lecture, cette transpiration, cette onde, cette passion qui t'anime ( l'humour en plus, ce qui n'est pas pour me déplaire ;)).

En ce qui me concerne, je suis un non spécialiste en électricité; un non spécialiste en tout d'ailleurs.

 

Il faudra que je relise l'article plusieurs fois avant de le comprendre; non pas parce qu'il est """mal écrit""( bien expliqué, schémas clairs...) mais parce qu'il y a tout un vocabulaire à assimiler.

Le problème, ce sont les mots, derrière chacun se cache un sens qui, pour les non initiés, peut faire que l'on passe à côté, que l'on ne comprenne pas le message. Comme tu le précises: "Dans le doute, il vaut mieux faire appel à un professionnel." 

 

Pour te dire mon niveau, je ne savais même pas qu'il y avait un bouton pour tester le fonctionnement des différentiels.

Rien que pour ça: merci.

 

Je vais me permettre de te poser une question.

Tu l'auras deviné, mon bac est relié à la terre ( pas ma rampe, elle est en bois... comme ma jambe... et mon cerveau ).

 

 

                                 "Mais si je mets l’eau du bac à la terre je n’ai pas à m’embêter avec tout ça !"

 

 

 

"Plus retord ! Si j’habite non pas dans une maison individuelle mais dans un habitat collectif, je risque de récupérer une tension de défaut produite… par un voisin quelconque (fig. 118) ; imaginons qu’il possède également un aquarium et qu’il a un défaut d’isolement générant un courant de 100 mA ! Loi de Murphy oblige, ce voisin n’a pas de différentiel 30 mA…

L’exemple fonctionne pour tous défauts d’isolement du voisin (lave linge, lave vaisselle, …). Je risque ma peau sans jamais en savoir la cause et sans jamais avoir la possibilité d’agir ! Cet exemple n’est pas un cas d’école : combien de ménagères ont sursauté, dans les années 60 parce que le voisin du dessous avait raccordé le PE de sa machine à laver au tuyau d’eau froide (cas personnellement vécu) ! Et que dire pour nos hôtes ?"

 

Alors, là j'ai tout bon, le premier voisin est à 30 mètres. :chaleur

 

" Imaginons un défaut d’isolement qui laisse passer un courant de 20 mA (un isolant de câble de pompe par exemple) comme dans la figure 117.

En mettant l’eau de l’aquarium à la terre, ces 20 mA tournent. Rien d’autre ne se passe. Avez-vous la certitude que vos hôtes ne risquent rien ? Ne ressentent rien ? Que tout va très bien madame la marquise ?... Moi, je n’en sais rien ! Et cela m’embête qu’un courant circule dans mon bac sans que je ne le sache."

 

Alors, imaginons, je dis bien, imaginons que je laisse la décantation reliée à notre mère terre, et qu'un défunt, pardon, un défaut d'isolement laisse passer un courant de 20 mA. 

Est-ce que je peux mesurer ce courant? Si oui, comment?

 

"Voili voilou ! F… I… FI… N… I… NI ! C’est Fini ! Je vais pourvoir me consacrer à mes Amis du Burkina Faso définitivement… et à mon futur très proche d’Azoox !"

 

Attention Jean-Pierre, si tu copies sur Denisio, au coin pour 3 minutes... :) 

 

"Mais je ne vous embêterai pas avec toutes mes histoires".

 

Ce serait dommage, tu sais si bien les raconter. ;) 

 

 

Pour finir, je me permets de citer la signature de Florian, elle tient en deux phrases:

 

 

Il faut avoir beaucoup étudié pour savoir peu.

Montesquieu.

 

Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.
Michel Audiard.
 
 
Me situant dans la deuxième catégorie, toute lumière, PUR de préférence ( divine ou jouvencelle acceptée), sera la bienvenue.
 
Amicalement.
Modifié par LOIC63

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cher Loic,

Merci pour ces compliments qui me vont droit au cœur. L'étude attentive du schéma n°118 te montre qu'il n'est pas possible de mesurer l'intensité de défaut de ton voisin ; de plus, mesurer une intensité dans ce cas nécessite de prendre certaines précautions... c'est une affaire de spécialiste. Par contre, la mesure de la tension entre le Neutre de chez Toi et ton circuit d'interconnexion des masses (fil vert/jaune) peut t'informer. Normalement, si aucun défaut n'existe, tu dois avoir 0 Volt. Si cette tension dépasse les 30 Volt fatidiques... il y a gros soucis quelque part !

C'est pour cette raison qu'il TE FAUT suivre la feuille de route donnée en fin de cet additif (sans omettre les louanges...) ; ainsi, tu TE PROTEGE de TES PROPRES D2FAUTS d'isolement et tu ne récupère pas ceux de ton voisinage...

Bonnes fêtes de fin d'année... récifale.

Jean-Pierre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Ce qui est mesuré par notre Ami récifaliste, ce ne sont pas des tensions ! Ce sont des charges électrostatiques !"

 

OK, j'en prend bonne note.

 

"La bonne question est : comment se débarrasser des charges électrostatiques qui sont pour le moins très gênantes ?"

 

"Au risque de surprendre ou de passer pour un fou furieux, je conseille à tous les récifalistes embêtés par ces charges électrostatiques de relier le support de l’aquarium et l’eau avec… un simple fil de nylon, que ce support soit en acier ou en bois… Tout comme la règle en plastic qui attire les bouts de papier, ce fil de nylon (ou de laine, de coton, …) permettra aux charges électrostatiques de s’égaliser."

 

Bin, ça marche pas. J'ai essayé avec un fil de pêche (du très fin)... Du coup j'ai essayé avec du coton, mais n'ayant pas de fil de coton à ma disposition, j'ai utilisé un TeeShirt entier !!! Un bout du TeeShirt qui trempe dans l'eau, le reste du teeshirt en contact avec mon support en bois... dans les deux, cas (l'eau du bac n'étant pas relié à la terre), j'ai toujours mes 76 "unités qui picotent" (testé en V sur mon appareil, mais comme ce ne sont pas des volts et que mon appareil ne teste pas les champs électrostatiques...).

Je vais essayer avec de la laine...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bin, ça marche pas. J'ai essayé avec un fil de pêche (du très fin)...

Pffft !!! M'enfin chprieur, ici, c'est un site dédié à l'eau de mer... alors si tu utilises du 6/100 !!!

En mer, Môssieur, on descend rarement au-dessous du 22/100, et encore juste pour les dorades royales méditerranéennes qui sont des chipoteuses de première... Donc, tu prends par exemple du 25/100, tu l'eshes avec un bibi et surtout tu ne ferres pas à la touche parce que la dorade... Au fait, pourquoi utiliser un t-shirt comme bas de ligne plutôt que du fluorocarbone ?

J'espère que mes questions recentrent bien le débat sur le sujet du topique !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Parce que la dorade est habituée aux déchets, du coup, un tee-shirt pourri ne l'effraie pas, je dirais même que plus il est pourri, plus la dorade vient de loin pour voir ça. Et puis ça ne sélectionne que mes grosses. Je ne pêche pas l'petit moi môssieur !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

question bete : je souhaite de plus en plus travailler avec un tableau pour le bac.

Ne pouvant pas tirer un tableau divisionaire sur le general, puis je faire mon tableau de facon classiue et le cabler..... sur la prise de courant a coté du bac.

 

 

je sais c'est assez bizarre mais cela me permettrait d'avoir des rangées de diff.protegees par du 30mA en tete; le tout relié sur une prise qui serait alors l'arrivée de courant.

 

Qu'en dites vous ?

 

(j'en ai mar que si une pompe discjoncte, la rangée entiere sur laquelle se trouve le diff. du bac tombe !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

  • Récemment ici   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici