Aller au contenu

Messages recommandés

Juste une question... Au démarrage d'un bac, avant l'introduction de coraux et de poissons, beaucoup de récifalistes ne se soucient pas des taux de Ca et de Mg de l'eau et d'ailleurs ne s'en soucient pas beaucoup plus quand leur bac est orienté coraux mous, considérant que ces derniers "n'en ont pas besoin".

Quel est ton avis à ce sujet ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour moi, cela reste des éléments importants qui traduisent également la santé générale du bac. Par exemple ces éléments jouent un rôle sur le développement des corallines qui vont concurrencer les algues inférieures. Enfin, même les coraux mous ont besoin de ces éléments pour croitre. Du coup, même si je m'orientais que sur du mou avant tout introduction, je vérifierais que je suis pas déficitaire vis à vis de ces éléments.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 12 heures, olivier26 a dit :

Il faudrait je pense avoir un pH qui soit relativement bas pour que les sédiments puissent relarguer le PO4. On peut prendre l'exemple du magnésium. Si ce dernier précipite lors d'une mauvaise utilisation  du RAH je n'ai jamais entendu dire que par la suite qu'un récifaliste se trouvait avec des taux anormalement haut suite à un relargage.

Enfin l'absence de sable qui joue le rôle de "catalyseur" d'un ensemble de réaction me permet de gérer très facilement la sédimentation.

Mais en premier lieu il vaut mieux éviter d'en rajouter et le risque le plus important pour moi concernant les phosphates inorganiques c'est l'ajout au travers de l'eau osmosée.

Je me pose aussi des questions concernant le dissolution du substrat du RAC...Mais je vais devoir y passer au moins pour maintenir le KH.

olivier

Je ne peux pas en faire une généralité pour tout les bacs et je ne peux pas prouver ce que je vais avancer . Mais j'ai toujours eu un taux anormalement élevé de Magnésium sans jamais en avoir mis dans mon bac depuis 3 ans . J'ai un taux de plus 1500 voire 1600 de Mg . Il se trouve que toutes les pierres de mon bac viennent d'un bac qui a tourné pendant 15 ans avec un réacteur a hydroxyde et presque qu'avec lui ( Lio51 que tu as peut être connus ? ). Je n'ai jamais compris comment je pouvais avoir des taux aussi élévés  . Mais j'ai régulièrement un ph bas , du au fait que mon bac se trouve dans mon salon et qu'il y a parfois du "monde " . Mon taux élévé de Mg pourrais être expliqué par un relargage ,  justement comme tu l'explique sans vraiment y croire  . Je trouve enfin  peut etre la cause de mon taux de Mg  tres haut .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 10/30/2019 à 4:02 PM, olivier26 a dit :

Etape 5 : Vous avez dit un peu de calcium...

Un bac récifal ça consomme, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie...pas du tout !!!

Pour le calcium et les bicarbonates (Hydrogénocarbonate pour les puristes!) j’ai choisi d’utiliser plusieurs méthodes, les unes palliant les défauts des autres, mais ces méthodes doivent être correctement utilisé afin de ne pas créer des précipitations accrues. Je reste un adepte inconditionnel de la « méthode » de Peter Wilkens à savoir l’apport d’ion calcium par l’ajout d’hydroxyde de calcium. En effet, il y a plusieurs avantages. Cette méthode permet d’apporter du calcium mais mais aussi de disposer d’un pH stable et relativement haut. De façon plus anecdotique cela permet également de faire précipiter les phosphates.

Mais, tout n’est pas rose avec l’ajout d’hydroxyde de calcium. L’un des soucis de l’hydroxyde de calcium est sa mauvaise solubilité, en effet la concentration maximale du Ca(OH2) est d’environ 1500 mg/L. De plus, l’ajout d’eau de chaux (hydroxyde de calcium plus eau osmosée) est étroitement liée au taux d’évaporation. Souvent insuffisante, l’eau de chaux injecté n’est pas suffisante pour compenser la consommation des animaux.

Ainsi, l’une des solutions est d’ajouter du lait de chaux à certaine période c’est à dire à envoyer de l’eau de chaux sursaturé (je ne sais pas si cela dit!!!) en injectant de fines particules d’hydroxyde de calcium. Toutefois, on se heurte à un autre souci : si la concentration en dioxyde de carbone est trop faible on assiste à une précipitation de l’alcalinité. En effet, en l’absence de quantité suffisante de molécules de CO2 susceptibles d’être transformées en ions bicarbonates, l’eau de chaux se transforme en carbonate de calcium peu soluble qui précipite. Avec un pH élevé le phénomène s’accentue. Enfin, les sédiments calciques sont des catalyseurs de la précipitation.

Un dernier point et non des moindres… je n’ai pas de sable (ça y est j’ai lâché le mot : le gros mots qui provoque tant de maux). En effet, l’utilisation que je fais de l’hydroxyde peut entraîner une précipitation accrue en cas de sable corallien car ce dernier joue le rôle de catalyseur. C’est l’un des facteurs qui fait que je ne suis pas un adepte du sable.

La solution adoptée :En premier lieu, il faut répondre à la question : « quand injecter l’hydroxyde de calcium de façon efficace ?»

L’ajout est découplé de l’osmolation, en effet l’évaporation a lieu préférentiellement la journée alors que le pH est le plus haut. J’injecte de façon régulière pendant les 24 heures de la journée la même quantité d’eau chargée en hydroxyde. Toutefois pendant la phase nocturne cette eau est plus souvent chargée en hydroxyde de calcium sous forme de « lait de chaux » que pendant la journée. Ce lait de chaux est introduit lorsque le pH est bas suite à l’arrêt de la photosynthèse (compensation de la baisse du pH nocturne).

En deuxième lieu, « comment injecter le maximum d’hydroxyde calcium ? »

J’injecte à certaines heures du « lait de chaux ». Comme peu de réacteurs sont prévus pour injecter du « lait de chaux » et pas que de « l’eau de chaux » j’en ai fabriqué un. En effet, la pompe de brassage lié au réacteur délimite une zone franche entre le lait et l’eau de chaux. Deux solutions existent, soit on utilise un agitateur aimanté soit une pompe dédiée qui assure le mélange dans le réacteur. J’ai préféré utiliser la première solution car souvent les rotors des pompes de mélange ne vieillissent pas bien.

La fabrication du réacteur :

J’ai utilisé un tube de PVC transparent avec deux bouchons en diamètres 125 mm et de hauteur 780 mm. Le volume du RAH est d’environ 9,5 litres. Le mélange est assuré par un barreau aimanté. Ce dernier tourne grâce à la mise en place d’un aimant sur un ventilateur de PC en 12 volts en dessous du réacteur. Au fond du réacteur, j’ai disposé un morceau de plaque de verre de façon à ce que le barreau magnétique se positionne au-dessus afin que le fond du RAH en PVC soit préserver de toute usure. Sur le bouchon supérieur un deuxième bouchon en 40 mm est intégré dont l’ouverture est aisée permettant ainsi l’ajout d’hydroxyde sans déplacer le réacteur, ce dernier étant fixé par des « machoires » d’ouverture / fermeture au mur. Ce deuxième bouchon est intégré de façon à avoir une petite zone sans eau sur la partie supérieure afin de pouvoir accepter les cuillères d’hydroxyde sans que le réacteur déborde ou sans qu’il faille retirer de l’eau au préalable. Toutefois, il faut éviter que cette zone sans eau soit trop importante pour éviter toute mise en présence de gaz carbonique avec l’hydroxyde de calcium en solution aqueuse concentrée dans le réacteur à hydroxyde. En effet la conséquence serait une précipitation en carbonate de calcium dans le réacteur. C’est pourquoi, le réacteur est rempli toutes les 48 heures avec suffisamment de calcium pour être à saturation.

Le mélange de l’hydroxyde se fait pendant une demi-heure toutes les heures pendant la nuit et toutes les deux heures durant la journée et l’injection est de un peu plus de 1 litre / heure. Ces données sont complètement empiriques et peuvent (doivent ?) varier d’un bac à l’autre.

 

Heures

Brassage du RAH

Quantité cumulé en litre

Photopériode

1h

 

1,08

Nuit

2h

2h-2h30

2,17

3h

3h-3h30

3,25

4h

4h-4h30

4,33

5h

5h-5h30

5,42

6h

6h-6h30

6,5

7h

7h-7h30

7,58

8h

8h-8h30

8,67

10h

10h-10h30

10,83

12h

12h-12h30

13

Début d’éclairage

13h

 

14,08

Éclairage max

14h

14h-14h30

15,17

18h

16h-16h30

19,5

20h

20h-20h30

21,67

21h

 

22,75

22h

 

23,83

Extinction

24 h

24h-24h30

26

Nuit

Dans un troisième temps, il fallait répondre à la question : « comment limiter les précipitations ? »

L’injection se fait directement dans le bac principal et pas dans la zone technique. En effet, il fallait rechercher la situation où il y a le maximum de CO2 dissous c’est-à-dire le maximum d’échange avec l’atmosphère. Le CO2 dissous est en équilibre avec l’atmosphère donc le CO2 consommé sera vite remplacé au cours de cette réaction. Au niveau du bac communautaire, le CO2 n’est donc pas le facteur limitant ce qui n’est pas vrai dans la zone technique. Dans la zone technique, on recherche une décantation des particules avec un débit laminaire et donc avec des couches d’eau où le CO2 est consommé. Certains conseillent d’injecter l’eau de chaux chargée au niveau de l’écumeur mais cela implique le passage par les pompes de l’écumeur et par la pompe de remontée ce qui se traduit souvent par une usure prématurée des rotors. Les précipitations excessives sont normales autour des résistances chauffantes et dans les zones très peu brassées.

J’ai donc choisi d’injecter à l’endroit où la surface d’échange est la plus grande avec l’atmosphère à savoir le bac principal lui-même. De plus un brassage de surface bien localisé permet de s’affranchir des précipitations locales et permet d’augmenter les échanges gazeux. L’hydroxyde injecté permet donc de réduire la quantité de gaz carbonique dissous excédentaire et ainsi de contrôler le pH. Les ions bicarbonates réagissent ainsi avec l’ion hydroxyde pour donner un ion carbonate et une molécule d’eau. Le problème c’est que l’ion carbonate ajouté avec un ion calcium entraîne la fabrication de CaCo3 insoluble. C’est la teneur optimale en CO2 dissout et hydraté sous forme d’acide carbonique qui peut limiter la formation de carbonate car l’acide carbonique va réagir en priorité aux ions bicarbonates pour former d’autres ions bicarbonates. Ainsi, l’apport d’ions OH- par le RAH permet également d’augmenter les bicarbonates en présence de CO2 gazeux (OH- + CO2 <=> HCO3-) mais plus favorablement quand le pH est de l’ordre de 8,2 et donc dans une zone très brassée.

Enfin, une règle générale s’applique : plus l’ajout est lent et mieux c’est. En effet, il faut éviter que localement on est une augmentation du pH pour éviter le phénomène de précipitation. L’injection en trop grande quantité d’eau de chaux sur une courte période entraîne obligatoirement des précipitations (cas du passage par l’osmolation). Le lait de chaux doit être injecté en petite quantité de telle sorte que le pH n’augmente pas beaucoup même localement. J’utilise une pompe péristaltique réglable pour délivrer la solution d’hydroxyde au goutte-à-goutte (deux gouttes par seconde environ). Cette dernière doit pouvoir être utilisée tout le temps et elle doit donc être suffisamment robuste. C’est pourquoi j’utilise l’IKS vario blue II qui correspond à mes attentes. Son prix est élevé mais elle remplie cette fonction depuis des années. En fait, elle s’arrête quelques secondes entre deux injections qui dure une dizaine de secondes. Cette dernière se situe entre la réserve d’eau osmosée et le réacteur, l’eau osmosée est poussée au fond du réacteur par l’intermédiaire d’un tube verticale situé dans le réacteur.

L’objectif est d’injecter l’hydroxyde de calcium en permanence mais en toute petite quantité (1,08 litres par heure) et en le diluant rapidement dans un grand volume d’eau de façon à ce qu’il neutralise l’acide carbonique qui se renouvelle en permanence. L’injection se fait dans le bac au niveau de la remontée où j’ai placé une pompe de brassage puissante. Cette dernière est nettoyée au même titre que les autres pompes de brassage sans qu’il y ait de précipitations anormales au niveau de l’axe.

Ce qui faut retenir c’est que deux facteurs conditionnent préférentiellement le risque de précipitation lors de l’ajout du lait de chaux c’est la quantité ajoutée par unité de temps et le brassage de l’eau au niveau du lieu de l’ajout.

Par cette méthode je voulais m’affranchir de l’injection en fonction de la valeur du pH. Il est donc possible qu’à certaines périodes il soit supérieur à 8,3 le soir.

Enfin, le pH du bac est contrôlé visuellement par un pH mètre calibré ce dernier varie entre 8,1 et 8,3 le soir.

RAH_1.jpg

RAH_5.jpg

RAH3.jpg

remontée.jpg

C'est assez contraignant de remplir ton rah tous les deux jours . Combien met tu d'hydroxyde a chaque remplissage ? Pourrais tu pas envisager un rah beaucoup plus gros . Le problème pour l'avoir vécu , c'est qu'il faut trouver un aimant assez puissant pour mettre en suspenssion une grande quantités d'hydroxyde qui bloque parfois le barreau de tourner  .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand tu évoques la notion de catalyseur du sable, tu veux dire qu'il peut générer ça et là des zones de sédimentations localement plus acides, propres à redissoudre phosphates ou autres ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour 

 ...oui, qu'il est bon de s'incruster dans la discussion;

pour ma part, c'est l'utilisation de l'hydroxyde qui m'attire dans ces belles descriptions d'Olivier.

je compte bien remettre en fonction le gros réacteur et la gestion par robot IKS (sonde PH) que j'utilisais sur le Bac Pierre77; j'avais d'ailleurs fini par mettre une deuxième sonde en sécurité, avec une consigne haute pour bloquer la supplémentation d'hydroxyde...je pense avoir suivi simplement la méthode Régis Doutres si bien décrite et développée sur Cap.

Pour Olivier, je me demande si l'ajout du RAC n'est pas aussi une forme de sécurité (?)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hello,

Le 11/1/2019 à 2:15 AM, Denisio a dit :

Quand tu évoques la notion de catalyseur du sable, tu veux dire qu'il peut générer ça et là des zones de sédimentations localement plus acides, propres à redissoudre phosphates ou autres ?

J'ai peut-être tord (mes cours de chimie datent un peu...) mais je pense qu'il parle plutôt de l'effet de "germe de précipitation" que peut avoir le sable calcaire comme forme cristalline. Il peut y avoir précipitation même si la saturation n'est pas atteinte si une forme cristalline est présente. A même concentration, la précipitation sera plus rapide dans une cuve où elle a déjà commencé. Lorsque le pH est élevé, la concentration de saturation est moindre et donc, il y a un risque de germination. Lorsque cela a commencé, une germination secondaire peut être induite et donc "précipiter la précipitation". Le problème apparaîtrait donc lors d'une hausse de pH et d'une remise en solution des précipités.

En utilisant le RAC et le RAH en même temps, n'induit-on pas directement des précipitations? L'écume est-elle plus claire? Plus abondante?

Ju

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Ju a dit :

Hello,

J'ai peut-être tord (mes cours de chimie datent un peu...) mais je pense qu'il parle plutôt de l'effet de "germe de précipitation" que peut avoir le sable calcaire comme forme cristalline. Il peut y avoir précipitation même si la saturation n'est pas atteinte si une forme cristalline est présente. A même concentration, la précipitation sera plus rapide dans une cuve où elle a déjà commencé. Lorsque le pH est élevé, la concentration de saturation est moindre et donc, il y a un risque de germination. Lorsque cela a commencé, une germination secondaire peut être induite et donc "précipiter la précipitation". Le problème apparaîtrait donc lors d'une hausse de pH et d'une remise en solution des précipités.

En utilisant le RAC et le RAH en même temps, n'induit-on pas directement des précipitations? L'écume est-elle plus claire? Plus abondante?

Ju

 

 

Oui c'est bien ça, merci Ju c'est bien expliqué. En présence d'un catalyseur l'energie d'activation est moindre et une précipitation peut se faire plus facilement c'est à dire sans atteindre la saturation. Sur le sable se forme des liaisons avec le CaCO3 et ses liaisons sont parfois de faibles énergies (liaison H) et du coup selon les conditions il y a libération de certains éléments qui auparavant aurait précipité.

olivier 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 10/31/2019 à 8:30 PM, dan a dit :

C'est assez contraignant de remplir ton rah tous les deux jours . Combien met tu d'hydroxyde a chaque remplissage ? Pourrais tu pas envisager un rah beaucoup plus gros . Le problème pour l'avoir vécu , c'est qu'il faut trouver un aimant assez puissant pour mettre en suspenssion une grande quantités d'hydroxyde qui bloque parfois le barreau de tourner  .

Ben contraignant, je ne trouve pas personnellement car cela me prend 1 minute. Je mets 60 grammes pour 48 heures soit 8 à 9 cuillères à café bombés. Je voulais juste avoir un deuxième bouchon gros filetage étanche facile à débloquer. Il est à ma hauteur et me me baisse pas, la pompe péristaltique est facilement accessible avec un potar...Que du bonheur par rapport à l'ancien RAH.

Bref je préfère mettre moins mais plus souvent, je le fais quand je nourris et quand j'observe le bac à bouture.

olivier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 10/31/2019 à 8:24 PM, dan a dit :

Je ne peux pas en faire une généralité pour tout les bacs et je ne peux pas prouver ce que je vais avancer . Mais j'ai toujours eu un taux anormalement élevé de Magnésium sans jamais en avoir mis dans mon bac depuis 3 ans . J'ai un taux de plus 1500 voire 1600 de Mg . Il se trouve que toutes les pierres de mon bac viennent d'un bac qui a tourné pendant 15 ans avec un réacteur a hydroxyde et presque qu'avec lui ( Lio51 que tu as peut être connus ? ). Je n'ai jamais compris comment je pouvais avoir des taux aussi élévés  . Mais j'ai régulièrement un ph bas , du au fait que mon bac se trouve dans mon salon et qu'il y a parfois du "monde " . Mon taux élévé de Mg pourrais être expliqué par un relargage ,  justement comme tu l'explique sans vraiment y croire  . Je trouve enfin  peut etre la cause de mon taux de Mg  tres haut .

Salut

Difficile d'émettre une hypothèse, peut être que tu as du sable riche en Mg (as tu essayé de l'analyser ?) peut être un réacteur à calcaire avec un substrat riche en Mg (dolomite ?) ou peut être du balling avec l'ocean selective riche en Mg (as tu analysé). Enfin peut être que tu n'as pas de consomateur (coralline, bénitiers).

olivier

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Olivier ,

je n'ai du sable que depuis 6 mois , au démarage je n'en avais pas . Je n'ai jamais de réacteur a calcaire non plus . Je suis passé en Bailling il y a 2 mois ....avant j'etais avec un rah . Et j'ai une consommation de Mg ( alors je ne sais pas de combien )  , puisque j'ai de la coralline depuis le démarrage du bac et en quantité importante  . Ton hypothèse semble cohérente dans mon cas ....Et pour l'instant c'est la seule qui tienne la route ..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Au niveau de la filtration je suis partis sur deux écumeurs, donc un lio 51 toujours avec une laguna 7500, rotor à picot avec flasque modifiée et un en externe l'aquamedic Turboflotor 5000 bi twin avec deux ocean runner de 3500 litres/h chacune qui a l'avantage de bien oxygéner l'eau. ll est alimenté par une dérivation de la pompe de remontée et le rejet se fait avant le lio51. Je sors en rigide en 40 qui fusionne dans un diamètre 50. Je pense modifier l' alimentation pour éviter la pompe de remontée afin de ne pas réduire son débit car il me semble être un peu juste (turn over de 3). Ce ne sont pas des écumeurs de dernière génération mais les deux font bien leur job, à la fois du jus concentré et un jus ^plus clair pour le Lio. J'ai quand même tendance à avoir la main un peu lourde en terme de nourriture.

ecumeur_aquamedic-Bitwin.jpg

ecumeur_Lio51.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

salut olivier

c'est un vraie régale de te lire on en veut toujours plus :%%):%%):prosterne

si je peux me permettre j'aurais une questions :

pourquoi deux écumeurs sachant que tu tourne a l'eau de mer naturelle ?

je vois moi sur mon 1500L je pensé avec le mien  être pas mal mais au final je suis un petit joueur j'ai deux pompe tunze dessus 9430.040

avec comme débit d'eau 2x2000L et 2x 1600litre /d'air

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bravo sur ce projet d’envergure 

perso , je n’arrive pas à régler mon rah pour mon 1300 litre

le deltec km 500 fonctionne à débordement et je n’arrive qu’a un résultat d’avoir un KH chutant à 7 avec un calcium à 500...car alimenté depuis osmolation.

resultat , les sps  ne tiennent plus , les lps résistent et les mous vont bien 

j’ai arrêté mon osmoseur pour revenir à l’eau d’un robinet et mes paramètres deviennent plus stables

l’eau de la Drôme est pas mal et mon bac ne semble pas avoir besoin d’un rah finalement 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 17 heures, Domsylvia a dit :

Le deltec km 500 fonctionne à débordement et je n’arrive qu’a un résultat d’avoir un KH chutant à 7 avec un calcium à 500...car alimenté depuis osmolation.

Je suppose que tu parles des paramètres de ton eau de chaux et non de ceux de l'eau du bac ?!

Il y a 17 heures, Domsylvia a dit :

resultat , les sps  ne tiennent plus , les lps résistent et les mous vont bien

Question devenue usuelle lors de ce genre de constat : quelle est ta salinité et avec quoi et comment la mesures-tu ;)

Il y a 17 heures, Domsylvia a dit :

j’ai arrêté mon osmoseur pour revenir à l’eau d’un robinet et mes paramètres deviennent plus stables

l’eau de la Drôme est pas mal et mon bac ne semble pas avoir besoin d’un rah finalement 

Méfiance tout de même... L'eau de conduite, où que ce soit dans l'hexagone, est rarement "bonne pour le récifal" 365 jours par an !

Au fait, bienvenue sur Cap, Domsylvia ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Dompail a dit :

Je suppose que tu parles des paramètres de ton eau de chaux et non de ceux de l'eau du bac ?!

Question devenue usuelle lors de ce genre de constat : quelle est ta salinité et avec quoi et comment la mesures-tu ;)

Méfiance tout de même... L'eau de conduite, où que ce soit dans l'hexagone, est rarement "bonne pour le récifal" 365 jours par an !

Au fait, bienvenue sur Cap, Domsylvia ;)

Merci 

comme je fonctionnais déjà comme ça depuis 5 ans , j’ai voulu « améliorer les choses » avec le nouveau bac . Mise en place d’un osmoseur puis d’un rah.

le bac est vite tombé en carence de quelque chose car les mous et lps ont vite fait la tronche. Retour eau du robinet depuis 2 semaines et tous ont retrouvé la forme...

bien sur la méfiance est toujours là, mais forcé de constater.... que je n’y comprend rien à ce déséquilibre 😅

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Afin de ne pas "parasiter" le topique d'Olivier, accepterais-tu d'ouvrir un nouveau sujet, par exemple dans la rubrique "... Mon bac" ou "Techniques" ? ;)

(Bon sang, c'est la première fois que je m'autocensure pour un début de pourrissage de post :D)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Dompail a dit :

Afin de ne pas "parasiter" le topique d'Olivier, accepterais-tu d'ouvrir un nouveau sujet, par exemple dans la rubrique "... Mon bac" ou "Techniques" ? ;)

(Bon sang, c'est la première fois que je m'autocensure pour un début de pourrissage de post :D)

Oui bien sûr 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 11/9/2019 à 11:02 AM, xellou a dit :

salut olivier

c'est un vraie régale de te lire on en veut toujours plus :%%):%%):prosterne

si je peux me permettre j'aurais une questions :

pourquoi deux écumeurs sachant que tu tourne a l'eau de mer naturelle ?

je vois moi sur mon 1500L je pensé avec le mien  être pas mal mais au final je suis un petit joueur j'ai deux pompe tunze dessus 9430.040

avec comme débit d'eau 2x2000L et 2x 1600litre /d'air

Salut,

Merci pour la remarque, deux écumeurs 1- parce que le Lio ne fonctionne qu'avec une seule pompe la Laguna. Cette dernière est n'existe plus à ma connaissance et je pense que la flasque fabriquée par Lionel et Max ne va pas s'adapter à d'autres pompes. Je n'ai pas envie d'investir dans une pompe BBK à 700€ la pompe non plus. A termer il est possible que je passe le Lio sur deux Hydrofarmer.

Pour l'aquamedic, c'est un écumeur que j'ai eu vraiment pas cher, même pas le prix des pompes. L'inconvénient pour l'instant c'est qu'il fonctionne par une dérivation de la pompe de remontée, donc une partie de l'eau est traitée seulement. Si je varie le débit d'eau traitée le turn est over est moindre dans le bac principal. Pour cela je vais dédier une pompe à l'aquamedic. Deux écumeurs, qui font bien leur travaille car les deux écumes bien. J'ai également la main lourde au niveau de la nourriture car j'acclimate des anthias où la compétition est importante.

olivier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

  • Récemment ici   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici