Aller au contenu

Messages recommandés

les 2 seules solutions que je vois au problème :

- Ne pas utiliser de système de temporisation, avec le risque d'avoir de nombreux "micro -déclanchements" de quelques dixièmes de seconde avec une usure prématurée du moteur.

- utiliser une "micro-temporisation" : le timer active le moteur par coup de quelques secondes seulement (ex : 3-5 sec.) ce qui le fait s'allume souvent mais évite les nombreux "micro -déclanchements". 

room

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très jolie réalisation !!

Je ne pense pas que tu auras de micro-déclenchement, car les capteurs TOR ont par nature une hystérésis. Il y aura naturellement du délai entre la mise en route et l’arrêt.

Par contre, es-tu certain que l'endroit où sera installé ton filtre soit à niveau constant ? Même après coupure d'électricité ?
Si comme moi, tout le niveau de la cuve technique monte sur arrêt de la pompe principale, tu as intérêt à temporiser la remise en route des automatismes (filtre, écumeur, ...).

 

Le 11/4/2019 à 1:48 PM, Denisio a dit :

Ce ne serait pas possible "d'analyser" la différence de teinte du papier souillé avec un capteur optique ?

Pas certain qu'une mesure de luminosité soit plus pertinente qu'une mesure de niveau par contact direct. Si c'est dans un volume fermé, quid des ouvertures de portes ?
Une mesure de niveau par électrode ou ultrason serait plus envisageable, mais à mon avis plus fragile qu'un capteur TOR du type que celui utilisé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne crains pas moi non plus les micro déclenchements, pas plus que lors d'une osmolation. Par contre je trouve pertinent ta remarque au sujet du diamètre du rouleau qui varie notablement entre le début et la fin et, par conséquent, la longueur dévidée. Ta réalisation que je trouve très bien aussi, m'a conduit à m'intéresser plus à cet équipement. Les constructeurs ont il pris en compte ce problème ? Je n'en ai pas l'impression.

Pour la détection de l'encrassement, Bubule, je pensais mettre une LED à l'opposé de la cellule de détection, de l'autre côté du papier, justement pour ne pas être trop influencé par les lumières parasites. La tempo étant calculée pour dévider la longueur à renouveler. Je pense que c'est jouable simplement. Certes  un peu plus complexe qu'un simple flotteur, mais on n'a rien sans rien. 

Room, tu as sérieusement titillé mon intérêt pour ce bricolage. Je vais y réfléchir de plus près ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

Oui, effectivement Bubulle, j'ai déjà remarqué l'hystérésis de ces capteur en les actionnent manuellement lors de phases de test de précédents bricolages. (l'osmolateur actuel de mon bac)

Par contre, oui, la capteur sera bien au dessus du niveau d'eau max lors d'arrêt de la remontée, puisque le boitier sera partiellement émergé. (l'écumeur, un Deltec à un système anti-emballement en cas de montée de niveau d'eau)

A ma connaissance, il n'y a pas de temporisation sur les modèles du commerce, et donc pas de prise en compte du diamètre de l'enrouleur salle : puisque le moteur s'arrête dés que le niveau passe sous le seuil du capteur, il tourne simplement moins longtemps à chaque déclenchement en fin de rouleau. Le problème se pose à mon avis plus en ce qui concerne l'effort à fournir par le moteur puisque le bras de levier augmente avec le diamètre du rouleau sale, raison pour laquelle je ne serait pas partisan d'utiliser des rouleau de grande longueur.

 

Je ne suis pas convaincu de l'utilisation d'un capteur optique pour plusieurs raisons :

- Encrassement du capteur facile , fragilité du système et difficulté de mise en place (une partie du capteur devra nécessairement être régulièrement immergée)

- Un tel capteur mesure l'encrassement du papier filtre en un point ponctuel, or, la salissure d'un tel papier est probablement inhomogène : il peut suffire d'une artémia dans le champ du capteur (alors que le reste du papier est propre) pour déclencher le moteur. Inversement, le niveau d'eau dans la boite représente l'encrassement "global" du papier sur toute sa surface de filtration.

- La conséquence directe de l'encrassement du papier est une montée de niveau; A outrance, cette dernière conduit à un débordement de la boite et donc à un non fonctionnement du filtre par "by-pass". On peut donc considérer que le niveau d'eau dans la boite est une variable dont dépend le fonctionnement du filtre, et il est donc à mon sens intéressant de l'utiliser dans une boucle de régulation.

 

room

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous ! 

Voilà, finalement, concernant le filtre à rouleau, j'ai simplement soudé le capteur en série avec le moteur, en comptant sur son hystérésis.

Seule ombre au tableau lors des phases de test : même en redescendant à sa position d'origine le contacteur du capteur à tendence à resté fermé : le moteur reste bloqué en marche !

J'ignore si cela provient d'un courant trop élevé ou si c'est une dysfonction du capteur... 

Par ailleurs, j'ai commencé à fabriquer la partie électrique. Je compte y installer une batterie 12v de 45Ah pour alimenter la Nanostream en cas de coupure réseau. Pour cela j'ai fabriqué un petit circuit à relais ce week-end :

-Quand il y a du 220v, la Nanostream est alimentée en 24v par son transfo et la batterie est branchée sur le chargeur en maintient de charge

- quand il n'y a pas de 220v, la batterie est connecté à la Nanostream, et aucune des deux n'est plus connectée au transfo ni au chargeur. 

 

Je me pose pas mal de question concernant la future population du bac (c'est finalement l'essentiel, le matériel n'étant là que pour permettre son maintien en vie) :

 

À part un ctenochaetus strigosus et un couplé de clown (bon d'accord et peut-être un centropyge 😂) je n'ai pas d'idée... J'aimerais un banc de petit poisson. Qu'est ce qui est possible à ce niveau dans mon volume (pour rappel 504 L)? Chromis ? Anthias !?! 🤔

Room

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

il y a 47 minutes, room a dit :

j'ai simplement soudé le capteur en série avec le moteur, en comptant sur son hystérésis.

Seule ombre au tableau lors des phases de test : même en redescendant à sa position d'origine le contacteur du capteur à tendence à resté fermé : le moteur reste bloqué en marche !

J'ignore si cela provient d'un courant trop élevé ou si c'est une dysfonction du capteur... 

Ahhhhh pas bon çà !

Hors exception, les capteurs ne sont pas faits pour passer du courant. C'est la raison pour laquelle il se colle mais ne se décolle pas.
Il te faut impérativement le relayer. Soit un relais, soit une carte de commande (Arduino, Pic, ...). Et même avec une carte, qui permettrait d'adjoindre des tempos, il faudrait relayer.

Attention, si la tension qui alimente le relais (et passe par le capteur) est continue, il te faudra mettre aux bornes de la bobine du relais une diode de roue libre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ok, merci Bubulle c'est aussi ce que je me disait... Par chance j'ai une belle petite réserve de relais :p

Et pour la diode oui, je suis au courant. (c'est le cas de le dire) 

 

Room

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 51 minutes, room a dit :

la future population du bac

À part un ctenochaetus strigosus et un couplé de clown (bon d'accord et peut-être un centropyge 😂) je n'ai pas d'idée... J'aimerais un banc de petit poisson. Qu'est ce qui est possible à ce niveau dans mon volume (pour rappel 504 L)? Chromis ? Anthias !?! 🤔

Pas fan de ces bancs qui finissent à deux individus. Peut-être simplement commencer par des couples. Chromis et Anthias (j'ai les deux paires :D). Voir un couple de P. fridmani.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne peut qu'adhérer aux propos de Bubule.

Le maintien d'un groupe de poissons de la même espèce est en effet quelque chose qui tente beaucoup d'aquariophiles. En pratique la faisabilité et le maintien sur le long terme d'un groupe de poissons n'est jamais facile voire quasi impossible. Les traditionnelles Chromis Viridis (et les autres demoiselles) finissent toujours par devenir très territoriales en grandissant et le groupe se réduit inévitablement au fil du temps. C'est à peut près la même chose pour les Anthias qui en plus ont la particularité d'être plus difficile à nourrir et moins tolérants aux dérives de la qualité de l'eau que les demoiselles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

  • Récemment ici   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici