Aller au contenu

Alexiamoi

Membre
  • Compteur de contenus

    73
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Alexiamoi

  • Rang
    Membre

Converted

  • Date de mise en eau
    1/12/2012
  • Volume net en litres
    500
  • Traitement eau d'apport
    Osmoseur
  • Traitement eau du bac
    Écumeur Tunze.RAH
  • Brassage
    Brassage interne: 2x 6500 L/h et 1x 4400 L/h pour l'instant.
  • Eclairage
    Led: 72 de 3W.ix de bleu, blanches 6500 et 10000
  1. Yes!!! Contente de voir que tout va pour le mieux!!
  2. oscellaris Le genre de photo qui donne envie de se lancer! Bravo pour la repro, et surtout pour cette superbement photo, merci de partager! :zaime: :zaime:
  3. C'est quelle marque de bébés???
  4. Alexiamoi

    Rampe à LEDs by Geff

    Voici donc, résumées en quelques pages, les différentes étapes de la fabrication de notre rampe pour un bac récifal de surface 120 x 70 cm. C’est sûr, la plupart des aquariophiles avertis trouveront des choses à redire, mais j’ai voulu faire pour le mieux avec un budget minimum (donc pas de drivers dimmables, pas d’effets « nuages », « orages »,…), mais on a quelque chose qui fonctionne et qui offre un flux lumineux suffisant et de couleur adéquate. En espérant que mon expérience puisse profiter à quelqu’un… ATTENTION ! Un tel projet nécessite un minimum de compétences, car vous serez en présences de tensions électriques et d’outillages dangereux. Vous prendrez donc toutes les précautions nécessaires à leur utilisation. Je ne saurais être tenu pour responsable de tout dégât matériel ou corporel, durant tout le processus de réalisation de votre projet. Je préfère l’écrire, on ne sait jamais… Matériel utilisé Leds et drivers Les leds seront utilisées à 70% de leur puissance totale, soit 150 W pour 216 max. Cette puissance totale peut paraitre juste pour le volume total de notre aqua, le ratio blanc chaud/froid/bleu sera ajusté au besoin en rajoutant d'autres leds, en fonction du rendu. Je ne voulais pas spécialement faire de pub pour un marchand ou un autre, mais comme la question serait forcément apparue et que jouer au pictionnary fait perdre du temps, autant mettre des liens sur les composants que j’ai achetés. Libre à vous de comparer avec d’autres sites. Inventaire du matériel 72 LED de 3W, montées sur leurs étoiles dissipatrices, réparties comme suit : 36 x leds Satisled blanc froid : 3W Power LED Cool White Star Emitter 160LM 10000K 12 x leds Satisled blanc chaud : 3W Power LED Pure White Star Emitter 160LM 6000K 24 x leds Satisled bleu royal : 3W Royal Blue Power LED 455nm - 460nm 4 drivers Satisled (non-dimmables, hélas, mais si vous en avez les moyens, vous aurez plus de flexibilité…) pour 10 à 18 LED de 3W : Constant Current Driver for 18pcs 3W High Power LED 10-18x 3W Driver 72 optiques Satisled pour LED (IMPORTANT pour canaliser le flux lumineux VERS le bac…). J’ai pris du 60°, mais ça dépend de la hauteur à laquelle vous placerez votre rampe, par rapport à la surface de l’eau : 20x 60 Deg Matte LED Lens for 1W/3W/5W LED White Holder. 1 tube de COLLE thermique Fullk, et j’insiste bien sur le mot COLLE car sinon vous vous retrouverez avec de la PÂTE thermique (type micro-processeur) et de suite, ça COLLE beaucoup moins bien : CPU GPU Thermal Silicone Grease Compound Glue FUJLK. Quincaillerie 3 règles de maçon, longueur 1,50 m (magasin de bricolage); 1 profilé alu en L, longueur 2 m (ou 2 x 1 m), hauteur 50 mm (magasin de bricolage); Vis auto foreuses (magasin de bricolage) *6 ventilateurs de PC/boîtier diamètre 8 cm (magasin d’informatique) *1 Alimentation 12V pour les ventilateurs (magasin d’informatique); 4 planches en agglo mélaminé, avec champs (pour limiter l’absorption de la condensation…) : 2 planches en 1200x200x18 mm (200 mm de haut suffit pour « cacher » les entrailles de la rampe, lorsqu’elle est placée à « hauteur d’homme ») ,; 2 planches en 800x200x18 mm; 11 équerres de chaises, longueur 50 mm; 3 équerres de chaises, longueur 120 mm; 4 charnières anglaises, longueur 100 mm environ; Vis à bois de différentes longueurs / diamètres; 2 crochets ronds à visser, longueur 20 mm maxi que l’on ne vissera pas à fond (si épaisseur du bois 18 mm…) 2 chaînes pour lustrerie (généralement mieux finie) de longueur de 1 m minimum, si vous fixez vos charnières à 70-75 cm du plafond. N’hésitez pas à en prendre un peu plus, qui peu le plus, peut le moins; 4 « S » de taille raisonnable, pour accrocher les chaînes; Fixations adaptées à votre mur, dans mon cas 12 chevilles à expanser pour plaques de plâtre (type « Molly »); 2 crochets ronds pour remplacer les traditionnelles vis fournies avec les chevilles Molly, qui serviront à accrocher vos 2 chaînes au mur (+2 chevilles Molly). Chez RED HEAD, par exemple, on trouve même des lots déjà composés ; chez MOLLY, il faut prendre les crochets à part; 2 ou 4 prises mâles avec terre, et autant de programmateurs, pour lancer les 4 circuits de LED à intervalle programmé, pour un effet « allumage progressif », pour ne pas stresser la poiscaille; 1 multiprise (voire plus…); Étain, fil 0,75mm2, câble 3x1,5mm2; Silicone de salle de bain et pistolet; J'en aurai peut-être oublié… Outillage nécessaire Meuleuse avec disques à tronçonner et à poncer, visseuse, perceuse, scie cloche de diamètre 80-90 mm ( pour bois, mais qui ne coûte pas une fortune car elle risque d’y passer pour usiner de l’alu), forets, crayon et marqueur, règle, niveau à bulle, pistolet à colle thermofusible, fer à souder et étain, multimètre (recommandé, histoire de vérifier l’isolation entre les circuits et les support en alu – donc résistance infinie – avant de mettre sous tension), serre-joints ou pinces de bricoleurs, pour tenir les LED pendant la prise du collage. Créer les supports pour leds Avec les règles de maçon… Faites vos repères de coupe à longueur désirée, en fonction de la PROFONDEUR de votre bac (70 cm dans mon cas). Enlevez les bouts en plastique et jetez-les.Coupez (avec la meuleuse et un disque à tronçonner). RESULTAT : vous obtenez 6 lattes de longueur IDENTIQUE. Les choses sérieuses commencent... découpes de ventilation Nous allons maintenant faire des gros trous dans la face supérieure de chaque morceau de règle. Trous qui serviront aux ventilateurs. On trace un repère légèrement excentré par rapport à la médiane, car nous avons la séparation au milieu, dans la règle. On perce un avant-trou avec un petit foret;On attaque avec la scie cloche montée sur une perceuse, jusqu’à ce que la première paroi soit entamée.Le rond ne tombe pas, c’est normal, il est retenu par la fameuse paroi intérieure. Décidément ! Qu’à cela ne tienne, on attaque donc le rond, de part et d’autre de la paroi intérieure, de manière à faire tomber les 2 demi-ronds. Voyez sur la photo, comme on peut mascagner parfois ! Toujours au rayon mascagne… On fait sauter les demi-ronds, s’ils ne sont pas tombés tout seuls. On rabote un peu la paroi intérieure, avec la meuleuse.Et on ébavure les découpes, pour ne pas y laisser un doigt à la moindre occasion, et on obtient ça. Je vous l’avoue, celui sur la photo est peut-être le plus beau des six, mais ce n'est pas grave. Et pour en finir avec nos supports… On fait sauter 3-4 cm aux 2 extrémités de chaque support, de manière à faire des extractions pour la ventilation. Donc on trace,...... on coupe (avec la meuleuse), en pensant à la paroi intérieure que nous garderons au mieux pour conserver une certaine rigidité à la flexion...... on ébavure avec le disque à poncer et on s’extasie ! Tant que le disque à poncer est monté sur la meuleuse… ...profitez-en pour poncer la face opposée, qui accueillera les LED, vous l’aurez compris. Le collage n’en sera que meilleur.Puis faites en premier nettoyage avec un chiffon et du dégraissant à métaux.Vous répétez ces opérations sur les 6 morceaux de règle et vous aurez 6 supports pour LEDS qui ressembleront à ça (ou mieux…). Avant de passer au collage... le traçage Pour créer un vrai tapis de lumière, j'ai opté pour une répartition en quinconce (voir collage). Gardez 6 à 8 cm aux extrémités, pour la fixation de votre profilé en L, qui solidarisera les supports entre eux. Si vous optez pour un système à 72 LEDs, chaque support comportera 2 rangées de 6 LEDs.Astuce personnelle : une fois que j'ai tracé mon quadrillage au crayon, j'ai repassé les emplacements de chaque LED avec un marqueur, puis j'ai organisé ma répartition avec des lettre : F (blanc « Froid »), C (blanc « Chaud »), B (euh… « Bleu » !). J'en ai même profité pour organisé mes polarités futures (+/-). Et maintenant, collons ! C'est tout simple, mais voici quelques petites astuces… Faites un petit pâté au milieu. Disposez à l'emplacement choisi et "massouillez" en tenant la LED et en faisant un petit rond, de manière à étaler un peu la colle Comme il s'agit d'une colle thermique, plus la surface de collage sera grande, meilleur le transfert de chaleur sera. La colle devrait apparaître entre les bras de l'étoile.ATTENTION ! Faites attention aux polarités. Rappelez-vous des +/- que nous avions dessinés au marqueur. Orientez donc vos LED vers les marquages correspondants (- vers – et + vers +). Par la suite, nous ferons un circuit série, donc le – d'une LED sera connecté au + de la suivante.Astuce du chef ! Clipsez une optique sur la LED, avant de maintenir le tout avec un serre-joint (ou une pince de bricoleur).L'optique permettra à la pression de s'exercer sur l'étoile et non sur la LED… Sinon, la LED explose !ATTENTION !!! Le serre-joint sert uniquement à maintenir la LED en place, donc ne serrez pas comme des brutes, sinon vous allez chasser la colle et ça collera moins bien. AVIS également à ceux qui ont la main lourde sur la colle : point trop n’en faut ! Car s’il s’agit d’une colle « pour transfert thermique », une couche trop épaisse provoque l’inverse (à savoir isolant thermique), ce que nous ne voulons pas. Petite parenthèse : c’est la même chose avec les microprocesseurs et la pâte thermique que l’on met avant le ventirad… Laissez prendre plusieurs heures (c’est pour ça, que généralement, que je rassemblais tout ce que j’avais qui ressemblait à une pince ou à un serre-joint, et que je faisais mes collages avant d’aller me coucher… Opération étalée sur plusieurs nuits, à moins que vous n’ayez une collection de 72 pinces…). Quelques jours (ou nuits) plus tard, soudons !! Cela se passe avec un fer à souder, de l’étain, du fil et un peu de dextérité. Pour ma part, j’ai fait un peu de récup’, j’ai donc employé un fil sur dimensionné. Une section de 0,75mm2 suffit largement… Conseil (qui vaut pour toutes les soudures) : une fois que vous avez dénudé l’extrémité de votre fil (dans ce cas 5mm suffisent), vous étamez (c’est à dire vous faites chauffer l’extrémité dénudée et vous y faites fondre de l’étain uniformément). Vous étamez également la pastille désirée de votre étoile (et pas le fil de la LED, d’où l’intérêt de prendre des LED montées sur étoile…). Et seulement une fois que les 2 composants sont étamés, vous les présentez l’un à l’autre et vous chauffez. La soudure se fera alors en un clin d’œil. Ce qu’il faut retenir, c’est que l’on soude jamais sans étamer au préalable les 2 composants à marier, sinon on mascagne ! Concernant le câblage… Le driver que je vous ai présenté supporte 10 à 18 LEDs de 3W en série, et je les ai exploités au maximum de leur capacité, donc 18 LEDs par driver. De l’autre côté, nous avons 6 supports capables d’accueillir 12 LEDs chacun. DONC, j’ai réparti de la façon suivante : 4 supports câblés en « zigzag », donc 1 circuit par support.2 supports câblés « en ligne », soit 2 demi-circuits par support. Chaque « circuit complet » sera donc réparti sur un support et demi (je ne sais pas si je suis très clair…). Prenez un des drivers, connectez lui une prise mâle (côté fils bleu, en respectant la polarité Phase/Neutre ; sur la prise mâle le neutre est souvent repéré « N »). Connectez fil rouge sur le + de votre circuit / le fil noir sur le – (pour ma part, j'ai rallongé les fils…). Avant de brancher, testez l'isolation de votre circuit par rapport au support alu : multimètre en position ohmmètre ou biiiip et testez entre un pôle et le support. Si résistance infinie ou bip silencieux, c'est bon / si ça bipe ou que vous avez une résistance « finie », c'est que vous avez une liaison, donc contrôlez vos soudures et voyez si vous n'avez pas un surplus d'étain qui déborde des pastilles sur les étoiles. Alors branchez, et si ça s'allume (c'est tout le mal que je vous souhaite) bombez le torse et prenez un air satisfait. Sinon, vérifiez votre travail… Testez votre travail ! Let there be light ! … and there was light ! Vos 6 modules sont maintenant câblés et fonctionnels, on peut maintenant s’attaquer à la ventilation. Donc primo, on place un ventilateur et on le centre au mieux, par rapport au trou. Si le trou dépasse des côtés du ventilateur, ce n'est pas grave, car nous comblerons avec du mastic silicone. L'important, c'est que les 4 coins reposent sur de l'alu.Marquez alors l'emplacement du ventilateur avec un crayon. Réservez votre ventilateur… ...et mettez un bon pâté de silicone dans l'emplacement fraîchement délimité, en évitant d'en mettre dans le trou (pour éviter de faire un barrage dans le flux d'air). Reposez alors votre ventilateur sur le silicone DELICATEMENT, et SANS APPUYER, pour conserver un matelas de silicone suffisant. C'est lui qui absorbera les vibrations et limitera le bruit. ATTENTION à respecter le « sens de soufflage » qui est normalement symbolisé par des flèches sur un côté du ventilo. Vous ferez souffler vers l'INTÉRIEUR du support.Si votre trou dépasse des côtés du ventilateur, faites des petits pâtés en essayant de les maintenir hors de la règle (je n'ai pas fait de photo, mais si ça vous arrive, vous comprendrez…). Le tout, sans appuyer, bien sûr (ou alors faites en plusieurs « couches »). Le but étant d'avoir une liaison souple mais hermétique, entre le support et la carcasse du ventilateur. Les ventilos, c’est fait ! Passons aux optiques Et là, ça se corse ! Parce que (en tous cas sur ceux vendus par SatisLED), ils ont prévu les encoches pour laisser la place aux connecteurs de la LED. Mais une fois que vous avez soudé vos connections sur les pastilles, eh ben là, vous ne pouvez plus rien emboîter… Alors, ma solution ? Eh beh, tout simplement attaquer la base de l'optique avec une panne pointue de fer à souder. Vous découpez alors toute une moitié de la base. Et vous répétez l'opération 72 fois, bien sûr ! Attention, ça pue !... Bah oui, mais comment ça va tenir ? Et bien, c’est là qu’intervient le pistolet à colle thermofusible. Vous enduisez le pourtour de la LED (l'étoile, quoi !), en essayant de ne pas enduire la LED, au milieu… Même s'il n'y a que la moitié qui sera utile au collage, l'autre moitié servira à protéger les connections de l'oxydation (rapport à l'évaporation d'eau salée). Bien sûr, vous vous dépêcherez d'appliquer l'optique, tant que la colle est chaude. Vous positionnerez la partie intacte de la base de l'optique à l'opposé des connections sur l'étoile. Vous tiendrez quelques secondes, le temps que la colle refroidisse. ATTENTION ! Pour l’instant, vous ne collerez pas les optiques des LEDS situées aux extrémités des modules, car normalement, à ce stade, elles ne sont pas encore raccordées aux drivers. Il est temps de faire… une rampe ! Les LEDs sont collées et raccordées, les ventilateurs collés, les optiques presque toutes collées, passons à la solidarisation des modules. C’est à cela que va servir votre profilé alu en L. Pour ma part, je voulais une rampe d’un mètre de large. J’ai donc coupé un profilé de 2 m en 2 parts égales (Logique ! Me direz-vous.). Pour faciliter les choses, j'ai disposé mes modules - LEDs vers le haut – sur des tasseaux en bois (à cause des ventilos derrière). J'ai positionné les profilés aux extrémités (en butée), j'ai fait mes repères (pour un espacement régulier) et j'ai fixé chaque module avec 2 vis auto foreuses à chaque extrémité. ATTENTION : deux petites précautions avant de fixer. 1 - Observez l'alternance des câblages «en zigzag» et «linéaires». 2 - La disposition de la polarité. J’entends par là que, question pratique et sachant qu’un circuit est réparti sur un support et demi, il vaut mieux que le + d’un module soit au niveau du – du module suivant. Sinon, quand vous câblerez, vous serez obligés de tirer un fil sur toute la profondeur de votre rampe. Ça doit commencer à ressembler à quelque chose… On peut alors retourner la rampe et coller les drivers à la colle thermofusible (je l’adore celle-là !).On termine alors les connections « inter modules », les connections des drivers, les fiches mâles et on en profite pour mettre tout la barouf à la terre avec une vis auto perforeuse. Avec une cosse sertie, ça fait plus pro…). En utilisant une fiche par driver, autant de programmateurs et une multiprise (que l'on peut coller à la colle thermofusible), on peut se faire un « pseudo » allumage progressif. Enfin, on colle les optiques manquantes. Et avant d’aller plus loin, on peut déjà tester que tous les modules s’allument. Ça s’allume ! Alors passons à la ventilation Pour ma part, j’ai récupéré une alimentation qui délivre 5/12V sur une fiche Molex (norme que l’on trouve dans les ordinateurs et qui servent à alimenter disques durs et lecteurs optiques divers…). Initialement, elle faisait partie d’un kit de récupération de donnée (convertisseur SATA/USB pour récupérer des données sur un disque dur que l’on a sorti de sa tour…). Enfin bref, il vous faut trouver une alim 12V (continu, de mémoire…) suffisamment puissante pour faire tourner vos 6 ventilos (voir puissance – en Watt - d’un ventilo au milieu de celui-ci…). Si vous avez opté, comme moi, pour des ventilos de PC, vous vous retrouverez avec 3 fils par ventilo (noir, rouge et jaune) et une fiche…Dans notre cas (à moins que vous ne vouliez faire un asservissement sur la vitesse de rotation, mais là, je ne vous suis plus…), le fil jaune ne nous servira pas. Donc pince coupante, et on taille (fiches + fils jaunes) x 6… On raccorde le tout EN PARALLELE sur notre alim 12V (ce qui veut dire tous les fils rouges sur le + et tous les fils noir sur -, pour faire simple…). Un peu de soudure, de gaine thermorétractable, puis on peut brancher et vérifier que ça tourne. Vous vérifierez le sens de rotation ET le sens de soufflage (qui sont normalement symbolisés par des flèches sur le côté de chaque ventilo…). On approche du but. Maintenant que la lumière s'allume et que le vent souffle, reste plus qu'à faire un peu de ménage. Quelques colsons ou colliers de serrage pour regrouper les fils,...un peu de colle thermofusible pour coller ce qui pendouille,...bref, faire quelque chose de propre. On aurait pu s’arrêter là… Bien oui, ça brille, ça souffle... Tout pour rendre notre poiscaille heureuse. Mais que nenni, parce que niveau « déco », c’est pas très sexy ! Alors... On va ceinturer ! Cela dit, profitez-en pour visualiser le rendu lumineux et profiter des quelques moments de fierté ! Et faites tourner des heures et des heures durant, pour déceler d’éventuels problèmes. On appelle ça un crash-test. Ce que j’ai fait ? Un cadre en bois tout simple avec mes planches en agglo et mes équerres de 50 mm.J'utilise 3 équerres de 50 mm de plus et 3 de 120 mm pour supporter la rampe, à 3-4 cm du fond inférieur et surtout pour excentrer la rampe et ainsi créer le vide technique qui me permettra de décoller mon bac du mur. Vous l'aurez constaté, ma rampe fait 70 cm, alors que mon cadre fait 80 cm. Petits détails… A l'arrière, le fameux vide technique. Le petit truc sympa… On ajoute les 4 charnières anglaises du côté des équerres de 120 mm.ATTENTION ! Posez-les « à l’envers », c’est à dire le pivot côté rampe, sinon il y’aura comme un bug quand vous fixerez au mur. Fixez ! Placez des tasseaux en diagonale sur votre bac (d’épaisseur égale à la hauteur voulue de la rampe…), placez délicatement l’édifice sur les tasseaux et fixez au mur avec des chevilles adaptées…et ne retirez pas encore les tasseaux… A l'arrière, le fameux vide technique. C’est pas fini ! Tant que vous tenez la perceuse, fixez 2 crochets au mur. L’idéal, c’est de reproduire la distance « charnière / face avant du cadre » = « distance charnière / crochet », à peu près, histoire de faire un angle d’environ 45°.Puis, les crochets à visser, sur la face intérieure de la paroi frontale du cadre. Compris ? Ensuite, vous reliez les crochets avec les 2 chaînes (par l’intermédiaire des 4 S). L’intérêt de tout ça ? Je vous le donne en mille ! Et bien, vous pouvez relever facilement l’édifice et le maintenir relevé à la hauteur que vous souhaitez (grâce aux S), pour accéder à votre bac.It’s a kind of magic ! Petits fignolages Maintenant que tout roule et que tout le patacaisse est fixé, Enlevez les tasseaux et vérifiez la solidité de la fixation. Placez les S inférieurs de manière à ce que le cadre soit rigoureusement à l’horizontale au niveau à bulle et que les chaînes soient en tension de manière à soulager les charnières.Enlevez les tasseaux et vérifiez la solidité de la fixation. Vous pouvez maintenant régler vos programmateurs et rallumer le tout. Prenez un peu de recul et admirez le travail. Une ‘Ola’ devrait même se former dans l’assistance et vos poissons frétiller de bonheur. Vous pouvez être fier du travail accompli. FELICITATIONS ! Vous pouvez maintenant l’exhiber fièrement et dire « C’est MOI qui l’ai fait ! ». Reste à faire Bah oui, vous ne pensiez pas vous en tirer comme ça, quand même ! Dans les trucs à faire, mais que je n’ai pas encore fait, au moment où j’ai écrit tout ça : Rajouter un plexiglas sous les LEDs, à 1 cm du fond du cadre, fixé par l’intermédiaire de 6 à 8 équerres de 50 mm, histoire d’isoler nos circuits d’éventuelles projections d’eau, mais surtout de la condensation corrosive provoquée par l’évaporation d’eau salée. Peindre le cadre pour le fondre dans votre intérieur. Précédé d’une couche d’apprêt, car nous sommes sur du mélaminé ; donc adhérence pas top Ajouter 1 ou 2 multiprises au fond du cadre, pour brancher vos pompes de brassage, vos kits d’apprentis chimistes,…Vous les brancherez sur la multiprise principale (que vous aurez correctement dimensionné – en terme de nombre de prises, mais aussi de puissance/courant admissible) et comme ça, vous n’aurez qu’un seul câble qui redescendra de votre rampe… Astucieux, non ? Et voilou… C’est peut-être pas le top. On peut faire beaucoup mieux, c’est sûr ! Et on peut certainement en dire beaucoup de choses, mais c’est simplement un petit retour d’expérience personnelle, tel que j’aurais aimé en trouver sur le Web lorsque je me suis lancé dans l’aventure. Je l’ai voulu le plus exhaustif possible, de manière à partager les questions que je me suis posé durant ce long processus et donner quelques petites astuces à ceux qui ne sont pas vraiment bricoleurs... Les réponses ne sont pas forcément à prendre pour argent comptant car je n’ai pas la science infuse, ni la parole divine, mais au moins, j’aurais mis le doigts sur des points qui me semblent essentiels sur un tel projet. J’espère que ce document donnera des idées à ceux qui veulent se lancer. Dans tous les cas, j’espère avoir apporté ma petite contribution au débat… Bon courage, si vous vous lancez dans un projet de rampe LED et merci de partager vos expériences sur les forums. SEE YOU SOON ! Geff. © Geff 2012/2013 Article publié par Cap Récifal le 12 janvier 2013 avec l'aimable autorisation de l'auteur. Sujet de discussion sur le forum.
  5. Un grand merci pour ce post! :zaime: Je vais démarrer mon premier bac, et un peu stressée :timide: à l'idée de mal faire, je suis en pleine re-recherche des principes de base (en cours de lecture des "aquarium recifal" Delbeek et Sprung), histoire d'être sûre que mes connaissances théoriques sont les bonnes. Je connais les principes de bases, mais à (trop) lire, tous ces sujets sur les nouveaux équipements à la mode me perdent et m'embrouillent... Je veux réussir un bac sans prétentions aucunes, avec le moins de matos (et surtout de superflus) possible, ce qui a mon avis, limite grandement les risques de crash... (et aussi, faut avouer, parceque je n'ai pas encore un compte en banque illimité! ) Lire ce sujet est vraiment enrichissant, un petit up -pour le coup- ne me paraît pas de trop :dance: Et pour le coup, le sujet du refuge (très en vogue) n'as pas été développé
×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici