Aller au contenu

goayzer

Membre
  • Compteur de contenus

    116
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

goayzer a gagné pour la dernière fois le 13 février 2019

goayzer a eu le contenu le plus aimé !

À propos de goayzer

  • Rang
    Membre

Profile Information

  • Localisation :
    Saint Maurice la Clouère (86)

Visiteurs récents du profil

649 visualisations du profil
  1. j'utilise l'AF Protect DIP d'aqua forest. J'aurais aimer utiliser le corail RX mais probablement victime de son succès je n'ai jamais pu l'avoir quand j'en avais besoin...
  2. Il existe des tout petits planaires riquiqui minuscule tout petit, beige qui ne se mettent pas sur les coraux. J'en ai eu, ils sont, pour mon cas, allongés. Mais étrangement je ne les vois plus et maintenant j'ai des planaire de discosoma un peut plus rond et faisant environ 2 à 3 mm. Je n'ai constater aucune prédation sur les SPS. Coté LPS seul mon turbinaria et Duncanopsammia en ont, mais le plus touché est de Turbinaria. Je les siphonne de temps en temps sur le turbinaria. Coté prédation je sèche, aucun poisson n'y a touché. Que ce soit pour les mandarins ou les labres. Du coup je suis contraint de vivre avec. J'ai malheureusement acquis ces indésirables à l'occasion d'une virée avec le club auquel j'adhère, chez un grand récifaliste breton. Que certains pourront peut-être reconnaitre au photo du bac... Au passage c'est probablement l'un des plus beau bac qui m'ai été possible de voir avec des pièces ayant au moins 15 ans. A l'époque j'étais inexpérimenté et ne savait même pas ce que c'était qu'un planaire. Maintenant même si le risque 0 n'existe pas je traite touts mais coraux avant de les mettre dans mon bac. Et je n'hésite pas à couper le corail de sont support (lorsqu'il s'agit de SPS) pour ne pas ramener des oeuf d'indésirable sur de dit support... Bref c'est un peut la psychose version COVID...😷
  3. Bonjour Caliméro, de ma petite expérience, le poisson m'ayant apporté le plus de satisfaction pour maitriser les planaires fut le Macropharyngodon bipartitus. Tous les synchiropus (splendidus et picturatus) que j'au eu n'ont eu aucun effet. N'ayant pas un grand volume je n'ai pas pu tenter plus d'expérience. Récifalement
  4. Bonjour Denis, J'ai pu lire un article relatent ceci dans le zebrosO'mag 33. Il est en effet montré qu'un écosystème clos est dépendant de l'environnement et des nutriments qui lui sont apporté de l'extérieur. Il est donc tout a fait possible de sélectionner un biotope plus qu'un autre par cet aspect. J'en veux pour preuve l'orientation des bac de certains récifalistes ayant plus de facilité a maintenir des mous, LPS ou SPS... Lorsqu'on pense aux microorganismes, les nutriments apportés sont là aussi une conséquence de sélection et en effet comme l'a fait redsea la diversification des sources de carbone n'est pas un mal. C'est également ce que recherche la méthode VSV. Mais dans cette dernière il n'y a pas d'apport de cofacteur enzymatique. Les enzyme sont des protéine ayant besoin pour la plus part de cofacteur pour fonctionner. Ce cofacteur permet de catalyser une réaction ou de l'améliorer une affinité, comme dans l'hémoglobine (cette comparaison est à prendre avec de la distance) qui à pour fonction de transporter de d'oxygène s'il n'y a pas de fer l'hémoglobine ne pourra pas réaliser ce transport. Il est donc tout aussi important que les êtres vivants disposent de ces cofacteurs enzymatique pour que les enzymes en question puissent faire leur travail. Dans la même ligné quid des oligo pour les coraux, mais bon on s'éloigne du sujet.... Ainsi avec un apport régulier et équilibrer on peut entretenir les souches bactériennes qui permettrons d'extraire l'azote jusqu'a l'état gazeux. De mémoire chez redsea le NO3PO4-X permet d'apporter les sources de carbone et cofacteur enzymatique nécéssaire aux voies métabolique hétérotrophe et autotrophe. Ce produit n'est pas donner mais la recherche et le développement se paie. Par contre j'aurais bien aimer avoir le nom des bactéries favoriser par ce produit. Donc en ce qui concerne l'azote, tout ce passe bien bien jusqu'a l'élimination par voie gazeuse. L'écumeur, pour en revenir au sujet, aide à la prise en charge des protéines avant qu'il y ai la dénitrification. Mais quand est-il du phosphore... Je n'ose imaginer la quantité de biomasse morte nécéssaire pour participer à son extraction par l'écumer. Pour ma part afin de soulager le système, j'utilise une résine ferrique anti PO4. La couleur de mon jus d'écumeur correspond à un thé de cylan mais n'est pas café ni coca. Ainsi au niveau des concentrations de PO4, en utilisant un Photomètre ayant pour marge d'incertitude de la mesure + ou - 0,04 je ne les détecte pas. Je concidère être dans cette fourchette de mesure. Et en ayant écumer plus ou moins clair je n'ai pas remarquer de différence sur les PO4. Pour en revenir à l'ajout de sucre à café qui est du saccarose lorsqu'il s'hydrolyse il en résulte deux oses (sucre simple) du glucose et du fructose. Ces sucres facilement assimilables par le monde bactérien permettent de favoriser le développement des bonne bactéries comme des mauvaises voire des pathogènes. C'est pour cela que les doses doivent être mesurées dans le sens ou elle ne doivent pas être trop forte afin de ne pas privilégié une flore bactérienne plus qu'une autres. Car en effet avec une concentration trop forte en sucre on peut avoir une prolifération néfaste en bactérie. Qui peut également porter une atteinte à la concentration en oxygène. Car si certaines bactérien pour respirer utilise les NO3 d'autre pour un grand nombre utiliserons le d'oxygène dissout dans l'eau. Ce qui peut être un réel problème la nuit lorsque tout les animaux respirent. D'ou l'intérêt d'apporter cette source de carbone en journée lorsque le bac produira le plus de d'oxygène par la photosynthèse. Je suis désolé de m'être éloigné du sujet mais finalement on parle plus de la maitrises des nutriments... Je suis comme toit. Etant technicien en laboratoire de recherche biologique mes compétences sur la physique ne vont pas plus loin. Il fut un temps je savait calculer les échanges gazeux entre et pression partielle gazeuses dans un réacteur a bactérie industriel. Mais ce temps est révolu.... Merci pour ces articles qui apporte déjà quelques éléments de réponse. Pour finir et donc pour moi la couleur de l'écume ou du jus d'écume ne sélectionne en rien l'extraction plus ou moins sélective des PO4 ou NO3 Bien récifalement J'espère avoir été compréhensible
  5. Bonjour, merci Denis pour ces précisions, Quel est le genre et l'espèce bactérienne qui permettent une tel extraction / exportation de PO4 de façon conséquente? Ce qui en résulte est bien ce que je disait il n'y a pas d'extraction sélective ou spécifique d'un écumeur sur les PO4 ou même le Phosphore vis à vis des substances azotées. Si je comprends bien pour tester la vitesse d'écumage, tu as vidé le jus d'écumeur dans la cuve technique afin de voir si ton écumeur s'emballe et produit une écume plus rapidement? Si c'est bien le cas, et le but de ton expérience, je ne vois pas comment cela peut prouver l'efficacité temporelle d'un écumeur. Mise a part vérifier que le mélange eau / air aide à l'extraction des protéines... A propos des bulle d'air... En effet les tensions de surface participes à obtenir une bulle bien ronde mais initialement les substances amphiphiles n'ont probablement pas le temps de venir se loger à la surface des bulles. C'est pour cela que le fractionnement mécanique dans un premier temps est nécessaire. Par la suite les tensions de surfaces crées vont stabiliser la forme des bulles. En suite avec le temps, les protéines polarisée viennent à la surface des bulles et participe à sa stabilité. certes, mais la surface de contact n'est pas augmenter initialement grâce aux tensions de surface mais par l'action mécanique du dispergateur. C'est ensuite que les tensions de surface entre en jeux permettant aux substances amphiphiles de se liée aux bulles. (ce que disait tout à l'heure) La stabilité des tensions de surface est également garantie par la densité de l'eau. Plus une eau est dense plus elle offre un contexte ionique important et donc électrostatique, ce qui favorisera l'attraction des substances amphiphiles polarisées. Cet ensemble stabilise la bulle. A ce stade encore aucune sélectivités à eu lieu. Sauf si on prends en compte le pH de l'eau et le point isoélectrique des protéines. Une protéine à un point isoélectrique en fonctions du pH dans le quel elle se trouve. Une protéine peut donc avoir une charge électrique plus ou moins importante (positive et négative, c'est une histoire d'acide aminé, acide ou basique) en fonction du pH et du coup en fonction de cette charge électrique la protéine peut être plus ou moins attitrée par les tensions de surface régnant à la surface des bulles. Mais la encore aucune sélectivité sur les PO4 ou le phosphore organique vis à vis des NO3. J'en conclue à ce stade que la seule différence entre un "jus foncé" ou "un jus clair" et la concentration protéique du jus en question. Peut-être qu'un jus clair étant plus humide aura plus tendance à extraire de substance minérale... Mais il faudrait analyser cela... Désolé Denis je n'ai pas cette pub sous la main. j'ai obtenu la référence bibliographique dans le vol3 de Sprung et Delbeek page 666 mais il sera compliqué de la lire car elle est mentionnée comme étant rédigée en Japonais... Récifalement Damien
  6. Je suis bien d'accord surtout que les principales molécules extraites sont des protéine et non les PO4 il me semble. On peut dire qu'il y a du phosphore dans les protéines certes mais de la à dire que ça extrait plus les PO4 j'en doute... C'est de la que vient mon interrogation! Denis, je ne comprends pas cette notion de pression d'interface, tu veux peut être parler de tension de surface entre l'eau et l'air? Et si tel est le cas je ne vois pas comment un pression interfaciale joue sur la taille des bulles. Pour moi seul l'action mécanique de fractionnement des bulles joue sur leur tailles. Après plus les bulles sont petites plus ont augmente la surface de contact entre l'eau et l'air (là-dessus je te rejoint), de plus leur flottabilité deviennent moins importantes et ces bulles ont plus le temps de former des micelles. Ces micelles sont forcément amphiphiles avec une tête polarisée et une queue non polaire. Tout comme l'arrangement des phospholipides d'une membrane cellulaire. Or pour en revenir sur notre écume elle n'extrait pas essentiellement des phospholipides donc pas de lipide ni de phosphate mais l'extraction exporte principalement les protéine du bac. Et là aussi je ne suis pas sur que la tailles des bulles joue un rôle sur l'extraction sélective de tel ou tel éléments. Par contre le rendement et bien dépendant de la taille de l'écume. Pour en revenir à ma question de début nous n'avons donc pas plus d'intérêt à écumer foncé ou clair? Pour tant lorsque j'écume foncé mes LPS sont plus gonflés et de la cyano apparaît plus facilement dans mon refuge.... Peut-être du à une moins bonne extraction des substances azotées... Peut-être du à l'encrassement plus facile de la cheminée de l'écumeur comme le dit Colimero. S'agit-il de l'etude des Japonais" Mizuno, Y et al Wath the proteine skimmer's dirt contains Marin Aquarist de 2000" ?
  7. Bonjour, Je me pose une question à la quelle intuitivement j'ai du mal a conceptualiser. L'écume formée par nos écumeur est une méthode d'extraction de différents éléments. Cette extraction est possible grâce à la présence d'élément amphiphiles qui se lient à la surface des bulles d'air. Avec coté eau la partie polaire (hydrophile) de la molécule et coté air la partie apolaire (hydrophobe). Ce principe mène à l'extraction de la plus part des molécules dont une grande partie sont des protéines. Il en résulte un "jus" d'écumage plus ou moins clair. Concernant ce "jus" je souhaite savoir si un jus foncé (couleur coca) extrait plus ou moins de substance organique azoté. Et dans quelle mesure un "jus" clair extrait lui aussi mieux ou moins bien ces dites substance. Par ailleurs un recifaliste du club aquariophiles auquel j'appartiens me disait que si l'on écume foncé nous extrayons plus de PO4 et si l'on écume clair nous extrayons plus de NO3. Ainsi d'après mes connaissances sur la formation de l'écume je ne vois pas pourquoi un jus d'écume plus ou moins clair arriverait a extraire prioritairement plus ou moins de PO4 ou de NO3. mais je me trompe peut-être... Pourriez vous me dire si la couleur du "jus" influence l'extraction prioritaire de tel ou tel élément? Récifalement
  8. Bonjour Antoine, Nul besoin d'introduire de la cyno. Car en effet cette bactérie est présente dans touts les bacs de tout le monde. Cela fait partie du bactérioplancton. Seulement lorsque les conditions sont favorable au développement des cyano elles prennent le dessus sur les reste, car ce qui favorise le développement des cyano défavorise le développement du reste... Récifalement
  9. goayzer

    Spirographe

    Bonjour, les porites avec les vers spirographes sont toujours dans le bac. Soit presque 4 ans de maintenances. La boule de porites ne grossie pas vraiment j'ai eu des phases de légère nécroses et de reconquête. Coté spirographes ça pousse tout doux aussi. De temps en temps je donne du Min's pour les filtreurs et coraux. Récifalement.
  10. goayzer

    ZebrasO'mag n° 48

    J'y suis abonné depuis au moins 4 ans et à chaque numéro j'éprouve toujours autant de plaisir à le lire. J'aime bien la veille technologique qui est relatée. Même s'il ne faut pas toujours succomber à la mode... Et surtout la partie vie marine! Je conseille moi aussi ce magazine au débutant comme au confirmé. Pour s'abonner il faut se rendre ici https://www.animalia-editions.com/32-zebraso-mag
  11. C'est un peut mon cheval de bataille, et pour toutes les raisons que j'ai argumenté précédemment. L'eau ne résout pas tout mais n'oublions pas que l'eau est à la base du vivant. Des fois revenir aux fondamentaux ça fait du bien
  12. Faut pas être déçu on est pas des vilains canards mais on essaye de te donner des conseils pour augmenter la longévité de ton écosystème. La cristalline.... Mouuuaiiiiis.... C'est une eau de source, donc la minéralisation de ces eaux varient en fonction de la source utilisée premier point. Ensuite second point une eau propre à la consommation humaine ne l'est peut-être pas pour la maintenance d'un récif. Par exemple l'eau de l'adduction de ma commune affiche 10mg/L de NO3. Sans compté tout ce que l'on ne peut pas mesurer qui peut être délétère par accumulation dans le bac au court du temps. Troisième point utiliser une eau de source déjà charger en minéraux et y ajouter un sel synthétique, là on additionne encore des élément. Sachant que même un sel dit pauvre est loin de l'être. On peut être surpris de la concentration de certains élément dans les sel synthétique par rapport à leur disponibilité en milieu naturel. C'est pour toutes ces raisons qu'il vaut mieux partir avec une eau la plus pure possible. Certain ancien du récifal est pas des moindre utilisaient même des appareils de qualité labo je pense à Bachir par exemple...
  13. Parfaitement d'accord avec toi ghrec! L'eau c'est la base de tout, peut-être même le plus important pour une maintenance à longterme. Certains se creusent la tête avec avec la qualité ou la reproductibilité des test oubien comment faire pour avoir des concentrations de nutriment acceptable, mais à quoi bon si nous amenons les nourrirents ou pire des éléments nuisible avec notre eau d'osmolation ou l'eau des changement d'eau. On oublie souvent que nous sommes dans un système clos!
  14. goayzer

    Acropora echinata

    Mais avec l'expérience de chacun on peut tenter de trouver le cap
×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici