Aller au contenu

Pierrot91

Membre
  • Compteur de contenus

    177
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    10

Pierrot91 a gagné pour la dernière fois le 16 novembre

Pierrot91 a eu le contenu le plus aimé !

À propos de Pierrot91

  • Rang
    Membre
  • Date de naissance 09/07/1976

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Localisation :
    91

Converted

  • Volume net en litres
    1000
  • Type
    Récifal
  • Maintenance
    Berlinois

Visiteurs récents du profil

450 visualisations du profil
  1. Il y a effectivement des écarts notables de performance entre les pâtes thermiques, et il y a plusieurs type de formulation derrière, par exemple les pâtes contenant des particules métalliques, donc très conductive thermiquement parlant, mais généralement aussi conductives d'un point de vue électrique (ce qui est rédhibitoire dans certains cas de figure). Effectivement il faut regarder les caractéristiques annoncées, en restant critique, et sinon une source d'information probablement assez valable est le milieu de l'overclocking (pas mal de gens font des tests relativement indépendants la dessus, les CPU de PC étant équipés de capteur de température, il est assez simple de faire des comparatifs de pâtes thermiques)
  2. justement non pas complétement (c'est comme sur les Proco de PC, la couche doit être la plus fine possible), selon la doc, l'épaisseur de la pâte thermique compte et intervient de façon linéaire dans la conduction de la chaleur : 10µm de pâte thermique vs 20µm de la même pâte = 2 fois plus de résistance thermique. En fait, c'est à ce niveau que se fait le goulet d'étranglement de la dissipation thermique. La surface de transfert est très faible, on ne peut pas jouer dessus et une quantité importante de chaleur doit transiter par là. Pour simplifier, 10 ou 20% d'épaisseur en "plus" avec un ordre de grandeur de 50W à dissiper, ça peut vite représenter quelques watts qu'on évacue pas, et à l'échelle de la quantité de matière très faible de la LED, ça va au fil du temps représenter un échauffement notable. Pour rappel les caractéristiques de fonctionnement des LED sont données pour une T°C de jonction de 85°C, c'est une température qui est données par les constructeurs, et donc comme toujours dans ces cas là, c'est de la condition de laboratoire (en exagérant un peu, on fait tourner la led dans un congélo avec un radiateur de 2KG et 2M² de surface spécifique collé au c...). Pour résumer, globalement les 85°C sont difficiles à respecter. Et au delà de 100 ou 110 °C, on commence à dégrader la LED et a réduire sa durée de vie. Sur une rampe led, tout se joue sur la dissipation thermique, et on a une plage de manœuvre de 15 à 20°C max. Accessoirement ce point explique pourquoi de très nombreux éclairages led ne tiennent pas leur promesses en terme de durée de vie. Même si la rampe semble dissiper beaucoup de chaleur et parait efficace (ou au contraire, le radiateur chauffe peu... peut être parce que la chaleur reste au niveau de la LED), il suffit qu'un ou plusieurs éléments de la chaine de conduction thermique ne soient pas à la hauteur, et ça suffit à ce que 1 ou 2W ne soient pas dissipés alors qu'il le faudrait et que cette puissance suffise à faire chauffer la jonction de 10 ou 20°C de trop au bout de quelques heures...
  3. oui, celui là, il faut le repasser à la meule Ils recommandent 10 micron max de rugosité (faudra vérifier la def technique mais ça doit être l"'écart max entre les creux et les bosses. D’après leur tableau, j'imagine qu'il faut tabler sur un abrasif avec un grain de 2000 ou plus pour avoir ce résultat. Rien d'insurmontable, mais si tu n'as pas potassé un peu les docs et recommandations et que tu te lances bille en tête, tu te fait une super rampe.... qui va durer 1 an avant de commencer à perdre des chips, et tu va te demander pourquoi...
  4. Bon, j'ai rapidement finit de survoler la doc CREE, et je pense que le point problématique sera l'état de surface du dissipateur. Selon leur doc, s'il n'y a pas eu polissage fin, l'état de surface ne permettra pas d'avoir une conductivité thermique suffisante. Tu as du papier de verre de carrossier ?
  5. au passage, ma conclusion : Effectivement la résistance thermique est très bonne, mais il faut un peu de ventilo (sinon on se prend facilement x2 ou x3), mais aussi bonne soit elle, le problème risque de venir des autres composants (si on était sur les montages que je connaissai avec PCB etc, on se prenait facilement 10 ou 20°C/W, et c'était ca qui était très problématique). normalement avec une seule interface entre le dissipateur et le chip comme expliqué dans le doc précédent, ca va aider, mais il ne faudra pas faire de compromis dessus ! Le souci pour calculer la dissipation effective du bousin, enfin l'estimer, çà sera plutôt de calculer la surface de contact avec l'air, et là, bof... ça me gonfle de devoir compter les pin et estimer leur diamètre car à priori pas souvent indiqué !
  6. Bon je suis allé voir ça, et je me suis rendu compte que je ne suis plus bon à rien dans le domaine, il va falloir se remettre dedans ! J'avais fait une rampe DIY à base de CREE qui a très bien marché des années jusqu'à ce que je l’arrête suite à déménagement, donc j'ai su faire, mais la sur le coup, c'était dur, j'avais surtout l'impression qu'il me manquait plein d'info pour voir si c'était viable. A vu de nez les design classique que je connaissait avec LED sur PCB, puis PCB sur radiateur, même avec un PCB métal avait pour résultat de cramer la multichip assez vite (trop de couche, trop de résistances thermiques...) Et donc j'ai trouvé ce doc qui explique comment doivent être utilisées les leds.... https://www.cree.com/led-components/media/documents/CXA_design_guide.pdf et qui confirment mon intuition, ici, on limite sérieusement les couches ! Je n'ai pas tout lu, mais la doc parait intéressante, entre autre elle indique qu'on peut mesurer la T°C de jonction assez facilement car il y a un connecteur thermocouple, ce qui est extrêmement intéressante pour prototyper le truc !!! Je n'avais pas prévu de me lancer la dedans maintenant, mais je vais quand même me pencher un peu sur le sujet je pense !
  7. Tu as trouvé des infos détaillées sur la capacité de dissipation (résistance thermique etc...) ? parce que à part une taille et un poids d'alu, je ne trouve rien de très significatif. c'est annoncé 50W, mais c'est un peu vague ! (je fait toujours très confiance aux infos sur les sites chinois ;)) J'aimerai bien pouvoir estimer les T°C de jonction des leds en fonction de la puissance à laquelle on les alimente etc...
  8. Bonjour Denisio, Tu as avancé dans ta reflexion avec ce type de dissipateur ? Ayant déménagé il y a bientôt deux ans et commencant à sortir la tête de l'eau niveau travaux (c'est le prix du caf, je refait la baraque et aprés, je peux faire ce que je veux comme bac enfin, non pas complétement, mais, j'ai quand même droit à une belle baignoire !) Donc pour faire bref, mon bac actuel n'a pas la forme qui convient au nouvel emplacement, donc changement de cuve à prévoir à un moment (en grattant 500L au passage ;)). Projet pour l'an prochain probablement, mais je commence à réfléchir un peu niveau matos et projet. Actuellement j’éclaire un 1000L de 210x70x70 avec 6 evergrow (elles doivent avoir 3 ans environ, marchent toujours toute très bien, mais n'ont jamais été poussée à plus de 50 ou 60%). La nouvelle cuve fera surement 180*130*70 (tout ça à cause de 2 portes pas assez éloignées...). donc dans les 1600L brut. Enfin bref, tout ca pour dire que j'hésite entre des rampes commerciales que je trouve toujours autant hors de prix et du DIY... Et une solution à base de multichip de 50W qui auraient une durée de vie correcte car bien refroidis me parait inintéressante (souder de la led single chip pour ma taille de bac serait un boulot de titan qui ne me motive pas trop...)
  9. Je recommence car visiblement personne n'a lu : - la réaction n'est pas instantanée, même si dans certains cas ça peut en avoir l'air - la cinétique dépend du polluant et de la résine (pour certains polluants, en fonction des résines, ça peut nécessiter des temps de contact de plusieurs minutes voir heures pour atteindre des taux adsorption de plus de 90%...) - d'autres paramètres influent aussi (T°C, pH, etc...) Si vous avez des doutes vous faites une recherche sur ion exchange resin et vous trouverez des tonnes de publications qui parlent du sujet et où on étudie la cinétique (si on se donne la peine de l'étudier, c'est bien parce que c'est un peu plus compliqué que "c'est instantané")
  10. J'ai eu exactement le même type de souci, et oui une seconde cartouche en série peut régler le problème (enfin dans ton cas ça sera limite, si tu passe de 4 à 2 avec une cartouche, ça sera juste avec 2 cartouches). Dans mon cas à l'époque j'avais une membrane de 100 ou 150 GPD. Quand à calibrer de façon précise des cartouches, ça me parait compliqué, ça dépend : - De la résine, il y en a plusieurs sur le marché : caractéristiques et cinétique de réaction différente - des polluants à fixer : les cinetiques sont surement différente en fonction des molécules polluantes (encombrement stérique, charge etc...) - Température de l'eau qui doit jouer : en chimie, la T°C joue tout le temps sur les réactions... En terme d'étalonnage donc, je dirais que simplement savoir que la fixation des polluants n'est pas instantanée et nécessite un certain temps de contact permettra de savoir quoi faire si l'eau ne sort pas à zéro d'une résine propre
  11. je dirais que : - ton plus gros problème est la salinité trop basse (un vieux serpent de mer, c'est bien le cas de le dire) - ton test de nitrate est HS ou pas fiable (tu indiquais 10mg de mémoire, là c'est 0,5), ceci dit, que ce soit une valeur ou l'autre, ça ne généra pas spécialement dans le bac. - pas mal de baryum, mais je ne sais pas à quelle dose ça devient gênant pour les coraux... de la silice aussi, pas très gênant en soit, mais ça favorise l'apparition de diatomée et autre. - iode à surveiller (surtout si crevettes) Donc un peu de changement d'eau pour aider ce qui dérive un peu, mais surtout, remonter la salinité (voir les posts sur le sujet, comment la mesurer et les problèmes que ça entraine) Typiquement, mesure la salinité de ton eau maintenant, avec l'outil que tu utilises, et tu verras ce que tu ne dois pas avoir comme mesure Par contre, remonter la salinité en douceur sinon ça peut faire des dégâts.
  12. problème, il n'y a aucun moyen simple de vérifier rapidement que la composition de l'eau est ok au final, et comme c'est pour un changement d'eau important, ça veut dire prendre un certain risque. Honnêtement, évite toi des ennuis et va racheter un seau en urgence. Ca serait dommage de remplacer un problème de nitrate par un autre qui serait indétectable hors analyse de labo... Et pour la suite, stocke ton sel dans un endroit frais et sec ;)
  13. S'il est encore friable à la main (il s'est surtout compacté), c'est peut être bon, si c'est vraiment du bloc bien solide, je pense que c'est bon à jeter, les composants ont réagi entre eux et ça ne se dissoudra plus et/ou certains ions ne seront plus présents dans les bonnes proportions.
  14. Marrant, ce n'est pas du tout la compo que j'ai trouvé en ligne. Ça veut donc dire qu'il doit y avoir plusieurs sources à cette eau et que les compositions sont différentes. Par contre, un bloom bactérien qui dure 6 mois, ça, ce n'est pas bon et c'est franchement bizarre ! j'aurai tendance à dire, ne touche plus à rien, investi dans un osmoseur, fait un changement de toute l'eau (reset ?), et ajoute quelque kilo de PV fraiches, et ensuite tu ne touche plus à rien (pas de bactos ou poudre de perlinpinpin) et tu te contente de surveiller.
  15. Je viens d'aller voir l'étiquette de la thonon, et avec plus de 500mg/L de minéraux, dont 340mg de bicarbonate, je te confirme que ça ne parait pas top comme eau pour faire du récifal... De mémoire, de la simple cristalline est moins chargée en particulier en nitrates, et sinon de la mont roucous qui est très peu mineralisée (mais il me semble qu'elle contient des silicates qui ne sont pas top en accumulation à moyen terme). Ceci dit, les 340 mg de bicarbonate doivent assez bien expliquer ton Kh à 10 suite à un effet d'accumulation. De même les 8 mg/L de nitrates sont franchement déconseillés. Une question, tu dis que suite à ton changement d'eau, ton eau est trouble. Tu peux nous expliquer comment tu procèdes pour tes changements d'eau ? Indique nous chaque manip, les délais, couleur et apparence des troubles, à quel moment ça apparait etc...
×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici