Aller au contenu

Poisson chat

Membre
  • Compteur de contenus

    49
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    6

Poisson chat a gagné pour la dernière fois le 28 mars

Poisson chat a eu le contenu le plus aimé !

À propos de Poisson chat

  • Rang
    Membre
  • Date de naissance 01/10/1984

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Localisation :
    Lyon

Converted

  • Volume net en litres
    450
  • Type
    Récifal
  • Maintenance
    Berlinois
  • Traitement eau d'apport
    Osmoseur Vertex Puratek 100gpd
  • Traitement eau du bac
    Deltec 1000i
  • Brassage
    Gyre 350
  • Eclairage
    Alpheus, contrôleur DIY Arduino

Visiteurs récents du profil

304 visualisations du profil
  1. Bonjour, J'avais un peu étudié le sujet onduleur il y a quelque temps. Globalement, un onduleur reste un matériel cher, et plus approprié pour délivrer des puissances assez élevées sur un temps assez court qu'une puissance faible dans la durée. Sans compter une vraie composante "nettoyage de la tension", qui est importante pour du matériel informatique mais peut-être moins pour une pompe de brassage (composante qui fait partie de l'équipement donc de son prix, alors que l'on en n'a pas nécessairement besoin) Une meilleure approche me semble être un ensemble chargeur de batterie + batterie de voiture. Pour 40€, on trouve des batteries 50AH (neuves), donc capable d'alimenter nos pompes 12V pendant une dizaine d'heures. Doubler l'autonomie se fait très simplement, simplement en rajoutant une seconde batterie identique en parallèle de la première. De plus, ça se trouve partout, et en cas de grosse galère (panne de courant de plusieurs jours) on peut toujours les recharger en faisant tourner la voiture. Compter un bon 100€ pour un chargeur de batterie "pur sinus" ("pur sinus" indispensable car il y a quand même un peu d'électronique derrière, un simple "sinus" renvoie une tension vraiment très sale), et pour 200€ on sait assurer 24h de back-up.
  2. OK, donc c'était peut-être inutile d'introduire ces rotifères et copépodes du coup... Cela vaut-il la peine de continuer à ajouter du phytoplancton tous les jours si de toute manière les rotifères et copépodes ne vont pas vivre très longtemps dans le bac? Cela ne fait-il pas qu'introduire de la pollution organique pour rien? J'ai peut-être plutôt intérêt à arrêter tout ajout, attendre un peu que ça se stabilise, et commencer à introduire détritivores et poissons dans quelques semaines.
  3. Bonsoir à tous, Quelques nouvelles du front. Tout d'abord j'ai arrêté le protocole Daphbio, qui se résume après 3 semaines à un bloom bactérien qui dure depuis 2 semaines et sans aucune microfaune. J'ai également investi dans un pH mètre numérique Hanna en remplacement des tests colorimétriques. Bilan: pH le matin de 7.9. Comme dirait l'autre, c'est un peu peu. Je brasse avec une gyre qui était un peu loin de la surface, je l'ai donc nettement rapprochée. 24h après (ce matin) je suis à 8.0 à la même heure. J'ai également connecté aujourd'hui l'aspiration de l'écumeur à l'extérieur du meuble (auparavant, cela aspirait dans le meuble qui n'est pas ventilé). Je me dis que cela ne peut qu'aider. Mes paramètres sont bien améliorés: - Ca 380, j'ai encore rajouté un peu de CaCl2 aujourd'hui. Pas encore fait les tests ce soir, mais je devrais atterrir vers 400-410. - Mg: 1320 - KH: 10.0 - Salinité un peu haute par contre (35.6 gr/l), mais je pense que ça reste encore acceptable. Le bloom qui dure depuis 2 semaines commence légèrement à se dissiper depuis que j'ai arrêter les apports de produits Daphbio. Comme je crains qu'il n'y ait pas grand chose de vivant dans les bouteilles, cela devait surtout apporter de la matière organique inerte, source de pollution. D'où bloom continuel et pH un peu bas je pense (je vais me recycler dans le "récifal amazonien"). L'écumeur tourne mais surtout pour oxygéner l'eau et "le roder", j'ai du mal à le régler comme expliqué dans mon précédent post. Je suis donc le conseil de Gamblle, je vais attendre un peu (en clair, je n'écume pas pour le moment). J'ai introduit un peu de microfaune (rotifères et copépodes) en achetant chez Marine Home un peu de nourriture vivante, j'attends de voir si "cela prend" (introduction hier soir seulement). Je les nourris avec du phytoplancton recommandé par Guillaume de Marine Home. Le produit a une consistance d'huile de vidange et sent bien fort, je me dis que c'est bon signe. Sur le plan biologique, NO2 0.0 et des traces de nitrates (légère coloration violette du test Salifert en regardant sur la tranche, donc <1 mg/L). Je me dis que c'est bon signe, c'est le moteur biologique qui commence à retraiter les déchets organiques. Pas d'algues vertes pour le moment, mais un léger développement d'algues marrons. Next steps: je me suis tâté de jouer avec la kalkwasser pour remonter Ca et pH, mais j'en ai un peu assez de jouer au petit chimiste (Ca+, Mg+, KH buffer). Je vais donc tout laisser tranquille pendant 2 semaines, voir comment tout ça se stabilise la situation n'étant pas parfaite mais à mon sens rien de trop grave non plus pour le moment. Questions: - Pour le moment, je n'ai pas mis les micronbags (cad que je ne filtre pas). Les mettre aiderait clairement à améliorer mon eau qui est bien trouble et à retirer un peu de matière organique, mais je crains que cela ne piège le peu de microfaune en cours de développement. Comme je suis parti sur un décor 100% aquaroche, je me dis que les seuls sédiments que je peux avoir actuellement sont des particules de sable et d'aquaroche, dont le bac contient de toute manière plusieurs dizaines de Kg... Donc pas de risque de créer une "bombe biologique" à les laisser dans le bac. Mais je suis preneur d'un conseil de vieux barbus, sur l'intérêt ou pas du micronbag à ce stade. - En parlant de micronbags: * Quelle finesse recommandez-vous? J'ai vu qu'il existe du 225u et du 100u: avant d'en racheter un lot, autant partir sur la bonne taille de maille. * J'ai bien galéré pour laver mes 2 micronbags actuels (je les avais utilisés quelques jours au tout début, à la mise en eau). Avez-vous une astuce "qui va bien"? Certains les lavent à la machine et ne constatent aucun souci, d'autres expliquent que les résidus de lessive vont tuer le bac... Une expérience sur le sujet?
  4. Je vais donc suivre l'avis général et attendre un peu avant de mettre du vivant. J'en profiterai pour établir une liste de la population que je vous soumettrai pour avis. Pour le pH j'avais fait une analyse il y a quelques jours et j'étais à 8.2 en journée (mais éclairage off à l'époque, donc représentatif d'un matin?). Pas chez moi actuellement, je referai une analyse ce weekend. Etant donné qu'il n'y a aucun vivant dans le bac pour le moment, faut-il s'attendre à une variation du pH matin / soir? Pour mon truc blanc gluant, il y a comme un fil un peu résistant au centre, enrobé de blanc gluant. Je ferai des photos ce weekend également. En tout cas, c'est parfaitement blanc, ni brunâtre ni verdâtre.
  5. Effectivement! Mise en eau vers le 20 avril, et immédiatement fuite dans un bricolage que j'avais fait (bricolage d'un dispositif type "shadow overflow" pour réduire l'emprise de la surverse dans le bac). Je pensais avoir acheté sous l'appellation "verre synthétique" du plexiglass, il s'est avéré que c'était en réalité du styroglass, qui n'a rien à voir chimiquement (polystyrène). Merci Brico-Truc. De plus j'avais, un peu naïvement je l'avoue, collé le tout à la silicone pour aquarium, qui se révèle ne pas tenir du tout sur ce type de matériaux. Séchage, recharge en silicone, attente de 48h, remontée du niveau, nouvelle fuite quasi immédiate à côté, re-séchage etc. Brèf, après avoir perdu une bonne semaine ainsi j'ai décidé de repartir sur une base saine, et de refaire tout le dispositif avec du PMMA et collage à l'Acrifix. Bizarrement, lorsque l'on respecte les specs, cela fonctionne tout de suite mieux! Le "vrai" démarrage a donc eu lieu le 08/05, après avoir passé presque 15 jours en eau (salée) mais sans chauffage, ni écumage ni éclairage (mais brassé), et avec un peu de bactéries Tunze. Eau à 27°C et démarrage le 10/05 du protocole Daphbio, ayant eu un peu de mal à trouver de la PV "bien fraiche et de qualité". Aujourd'hui je suis en plein bloom bactérien (Daphbio me confirme que c'est normal et même recommandé pour colonisation rapide des aquaroches). Bloom de chez bloom: eau trouble et filaments de plusieurs centimètres "blanc gluant" sur les pierres (que j'interprete comme étant des colonies de bactéries). J'ai du coup un peu réduit les doses de zoo + phyto plancton, et mis en marche l'éclairage ce weekend. Le sable a également été ajouté. Je remonte également la chimie de l'eau à l'aide des composants Aquaforest: le Ca était bien bas (320ppm, je suis déjà remonté à 370ppm), Mg 1200ppm (je suis déjà remonté à 1280) et KH un peu bas (un petit 8, je vais le remonter vers 9). Pas de nitrites ni de nitrates détectables. PO4 non testées. Prochaine étape selon Daphbio: introduction d'un premier kit de détritivores + un premier poisson "à la fin de la 3eme semaine", c'est à dire ce weekend. Pour les détritivores, je vais partir sur une vingtaine d'escargots pour commencer. Pour le poisson, je pensais partir sur un flav, mais pas certain d'en avoir au magasin (Marine home, je suis sur Lyon). Je vais probablement me rabattre sur un couple d'ocelaris. Les points d'inquiétude actuels: - Hâte de voir la fin de ce bloom bactérien, qui dure depuis une bonne semaine maintenant. L'éclairage + réduction des apports Zoo + phyto plancton + bon nettoyage des micron-bags devrait aider je pense. - Aucune microfaune de visible... je me dis que cela fait encore un peu tôt peut-être (introduction du kit "microfaune et oeufs de meiefaune" il y a tout juste 2 semaines, éclairage du bac depuis juste 48h), mais je suis un peu déçu... - Pas d'algues pour le moment. Normal je pense car éclairage en fonctionnement depuis 2 jours seulement, mais du coup je ne sais pas s'il n'est pas un peu tôt pour introduire détritivores et poissons. - Je galère un peu pour régler l'écumeur. La mousse n'atteint pas le godet, je ferme un peu plus le robinet et pouf, elle atteint enfin le godet mais celui-ci se rempli très rapidement (environ 1h). Une sombre histoire d'écume "humide" ou "sèche" je suppose, il va falloir que je regarde ça calmement ce weekend. Du coup pas d'écumage pour le moment (ce qui ne doit pas aider à réduire le bloom je suppose). Je profiterai du long weekend qui vient pour faire des photos. La bonne nouvelle est par contre que le bac est parfaitement silencieux. On n'entend vraiment rien de rien, et ça c'est une bonne nouvelle.
  6. Merci Olivier pour ce retour. Par contre calcul rapide: pour passer mes 450 litres de 320ppm à 420ppm, et avec une eau de chaux à 800ppm de Ca, cela fait quand même 56 litres à préparer et à injecter! Sûr que cela n'irait pas plus vite en utilisant du chlorure de Calcium?
  7. Bonjour à tous, ça y est, le bac est en eau! Ayant un peu de difficulté à trouver actuellement de la PV bien fraîche (je suis sur un décor 100% aquaroche), je suis parti sur un protocole Daphbio pour l’ensemencement + bactérie Tunze comme recommandé par Olivier. Après une semaine, l'eau est légèrement trouble et il y a des petits filaments sur certaines roches: je soupçonne un petit bloom bactérien. Un peu de coloration marron sur certaines roches également. Par contre, aucune macrofaune, mais je me dis que c'est encore un peu tôt (j'ai ajouté la bouteille de "microfaune et oeufs de meiofaune" dimanche dernier seulement, il y a 6 jours). J'ai cependant une question quant à la chimie de l'eau. J'ai fait la mise en eau avec du sel Instant Ocean, et j'ai les paramètres suivants (tests salifert): - Température 27°C - Salinité 1022,2°C à 26°C, mesurée au densimètre JBL gros modèle -> 35gr de salinité correspond à une densité de 1023.0 à 26°C sur ce modèle, donc je suis un peu bas. - pH 8.2 - KH 8.4 - Magnesium 1200 - Ca 310 - NO2 = NO3 = 0.0 Je suis assez surpris par ce Ca très bas, alors que le reste est plutôt OK. J'ai pourtant versé le sel doucement, dans le bac avec pompe de brassage en fonctionnement, et n'est pas observé de dépôts particulier de précipita... Je vais augmenter doucement la salinité sur les prochains jours pour atteindre 1023.0 à 26°C, mais il va falloir que je fasse quelque chose pour le Ca: auriez-vous une technique à me recommander? J'ai en tête d'utiliser des produits pour balling, mais étant débutant je n'ai aucune expérience du sujet. Comme Mg et KH sont plutôt OK, est-il possible d'augmenter le Ca (310 -> 420) sans trop augmenter Mg et KH? Un produit en particulier à conseiller? Il y a t'il urgence à traiter le problème (risque pour le développement de la micro/macrofaune), ou bien puis-je m'occuper tranquillement du problème sur les prochaines semaines?
  8. Il s'agit-là de la bien connue "anémone enrhumée" (je laisse les biolos nous indiquer le nom latin)
  9. On ne cherche à se débarrasser de personne, on cherche juste à t'orienter vers le bon interlocuteur pour répondre au mieux à ta question. Si je vais chez un garagiste pour demander des conseils pour réparer mon vélo, il ne se débarrasse pas de moi s'il me conseille d'aller plutôt voir un vendeur de vélo. Il reconnaît juste qu'il possède une expertise, mais dans un domaine autre que celui nécessaire à la bonne résolution de mon souci, que d'autres sauront résoudre mieux que lui. Même si dans les deux cas ça reste "de la mécanique". Donc si tu souhaites partir sur de l'eau de mer, alors tu es effectivement au bon endroit. Si tu souhaites faire de l'eau douce (qui même si c'est également "un aquarium" est un sujet très différent de l'eau de mer: la différence de salinité de l'eau n'est que la partie émergée de l'iceberg), il vaut mieux aller sur un forum dédié eau douce, où s'y trouveront les vrais experts du sujet.
  10. Ce qui me pose un peu souci personnellement c'est de voir que ce bac de 650L (donc >1000Kg au final) n'est soutenu in fine que par les 4 montants latéraux des caissons, à savoir de l'agglo hydrofuge de 18mm type meuble de cuisine... Intuitivement, je trouve que cela fait bien peu. De plus, même hydrofuge, l'agglo n'aime pas l'eau. Une petite fuite ou aspersion qui n'est pas rapidement essuyée et le montant va se déformer. En général, des bacs comme cela sont supportés par des châssis acier en 40x40, ou des colonnes en moellon / syporex...
  11. Merci à tous pour vos réponses. Je vais donc partir comme Gamblle: décor réalisé au sec, préparation de 150-200l d'eau dans une cuve annexe, puis siphonnage vers le bac une fois à température / salinité "pas finale mais pas trop débile" / bactéries ajoutées au dernier moment. Et ajout des 200l manquants durant la journée via l'osmoseur (en rajoutant de temps à autre une poignée de sel pour ne pas trop faire chuter la salinité. Ajustement fin une fois le niveau complété). Je partirai donc sur du tunze care Bacter (qui est sous forme de poudre) plutôt que le biodigest (liquide). Si les Aquaroche BlueRing Aqua ne comprennent pas de meiofaunes mais que des bactéries, ça ne vaut pas le coup. Le but du récifal, c'est quand même de voir se développer plein de petites bêtes sympathiques type Eunice, planaires, squille etc! :-) Je vais donc partir à la place sur une ou deux "PV bien fraîche" pour reprendre l'expression consacrée, que j'introduirai quelques jours après la mise en eau. Question subsidiaire: je souhaiterai installer sur le dessus du bac un bandeau (environ 30cm de hauteur), pour cacher la rampe led et la ligne d'eau. L'objectif est d'éviter toute vision directe de la rampe led (j'ai un enfant de 1an, ça a les yeux sensibles ces petites bêtes la) et d'ajouter un peu d'esthétique (pour le CAF). Plutôt que de ré-inventer la roue, des suggestions quant à une manière de faire qui va bien? Peut-on partir sur du bois (medium/agglo marine) vernis / laqué, ou bien étant donnée l'exposition inévitable aux embruns à cet endroit, faut-il mieux partir sur une base plexiglass? Des bricolages réussis à partager, qui reste pratiques à utiliser (retrait nécessaire avant chaque intervention dans le bac, il faut donc quelque chose de retirable/installable facilement et seul)?
  12. Comme le dit Aklas, il faut dans un tel cas faire un montage en série, pas en parallèle. Chaque LED génère une tension de 3V environ, donc pour ton alimentation cela fait une dizaine de LED en série par branche (avec un régulateur de courant par branche comme expliqué ci-dessus). Etudier combien de LED sont nécessaires, et les répartir par groupe d'une dizaine en autant de branches indépendantes. Le point clé est de définir l'intensité de fonctionnement. Les LED sont données avec une intensité nominale, mais qui ne doit pas être l'intensité de fonctionnement. En effet, à l'intensité nominale, la LED chauffe beaucoup ce qui est OK pour un allumage de courte durée mais pas dans le cas d'un fonctionnement en continu comme c'est le cas sur nos bacs. En général, on pilote les LED entre 50%- 70% de l'intensité max. Il y a donc un arbitrage à faire: - Plus l'intensité est faible, plus on a besoin de LED (et généralement de régulateurs de courant), pour avoir la luminosité souhaitée, donc plus la rampe est complexe et chère. - Mais plus l'intensité est faible, moins les LED chaufferont ce qui aura un impact direct sur leur durée de vie (les LED détestent la chaleur). De plus, plus l'intensité est faible meilleur est le rendement lumineux de la LED, donc plus la consommation électrique sera basse pour une luminosité donnée. De plus, meilleur rendement = moins de déperdition de chaleur, ce qui permet même de construire une rampe LED "fan-less" (sans ventilateur pour la refroidir): confort sonore assuré! Les rampes LED haut de gamme choisissent ainsi de piloter beaucoup de LED à faible intensité. Les entrées de gammes mettent peu de LED mais qui sont pilotées à une intensité beaucoup plus proche de l'intensité nominale: le coût d'achat est clairement plus faible, mais la durée de vie aussi (et la rampe peut consommer 20% de plus). C'est un arbitrage personnel à faire.
  13. Bonjour à tous, Sauf accident de parcours, la mise en eau est prévue pour fin avril! Il ne me reste plus qu'à recevoir la rampe led Alpheus, vérifier que tout fonctionne bien étant donné que j'utilise un contrôleur DYI, et il n'y a plus qu'a... Du coup, je voulais valider le protocole de démarrage avec vous. Rappel: je suis sur un décor 100% aquaroches (90% sec, 10% vivant commandées chez BlueRing Aqua). J'ai finalement laissé tomber le protocole Daphbio, trop de retours négatifs (même s'il y en a des positifs aussi, soyons justes). 1- Finalisation du décor dans le bac sec 2- Mise en eau, mise en fonctionnement de la circulation avec la décante, chauffage, réglage du débit de remontée, ajout du sel, réglage fin salinité et température (sel Instant Ocean). Ecumeur coupé. 3- Une fois salinité et température OK, 1 ampoule de biodigest et 1 moule fraîche broyée dans l'eau du bac 4- 2-3 jours plus tard (plus pour des raisons de logistique perso que de biologie du bac), réception des Aquaroches vivantes et mise directement dans le bac (afin d'apporter d'autres souches bactériennes et micro-faune) Le bac reste lumière éteinte la première semaine, puis allumage progressif sur la seconde semaine. Mise en marche de l'écumeur seulement quelques jours après l'ajout des aquaroches vivantes (qui vont apporter de la matière organique). 5- Ajout des premiers détritivores après un gros mois, en fonction des paramètres, sans se presser. Avez-vous des remarques par rapport à ce protocole? Quelques questions de mon côté, pour être sûr de bien démarrer: - Aquaroche recommande de tremper les roches sèches dans une eau riche en bactéries avant de les mettre dans le bac, pour faire pénétrer dans la roche de l'eau déjà riche en bactérie et pas uniquement de l'eau osmosée. Cela implique de faire le décor dans l'eau du bac (car je ne pense pas que les aquaroches une fois mouillées apprécient de rester 48h au sec le temps que le bac se remplisse). Sauf que je crains que cela soit assez pénible à faire. Du coup, je préfère faire tranquillement mon décor aquarium sec, puis mettre en eau. Si je dois payer cela par une période de démarrage plus longue de 2-3 semaines le temps que les bactéries colonisent le cœur des roches, ce n'est pas un problème. Si cela rallonge l'opération de 3 mois, il faut que je réfléchisse. Pour ceux qui ont démarré en aquaroches sèches, comment avez-vous procédé? - Je prévois de mettre 2-3cm de sable. On conseille traditionnellement d'attendre quelques semaines pour mettre le sable afin que les PV aient fini de sédimenter, mais comme je pars sur du 100% aquaroche (qui ne doivent pas sédimenter) est-il possible de mettre directement le sable dès le début? Je me dis que c'est 1) plus pratique de le faire avec le niveau d'eau bas et sans que le bac soit déjà plein pour ne pas gâcher eau+sel et ii) permet d'offrir immédiatement un substrat pour la microfaune (donc avantages > inconvénients) - Je pensais chauffer sur les premières semaines à 28-29 afin de doper le développement bactérien, puis revenir vers 26°C avant ajout des détritivores. Qu'en pensez-vous? Cela peut-il être nuisible pour la microfaune apportée par les aquaroches vivantes?
  14. Peut-être que la multichip intègre déjà un limiteur de courant, je ne connais pas le modèle. Mais en tout cas, il faut impérativement un limiteur de courant par branche. Soit une LED ayant une tension de seuil de par exemple 3.0V. Si on applique 2.99V à ses bornes, rien ne se passe (LED éteinte, intensité nulle). A 3.0V, la LED devient conductrice et s'allume. Mais en fonctionnant elle va chauffer, ce qui va abaisser sa tension de seuil (mettons à 2.98V). On se retrouve donc 0,02V au-delà du seuil (on alimente toujours en 3.0V). Comme l'intensité traversant la LED augmente exponentiellement avec la tension au-delà du seuil, cette toute petite augmentation de tension vs le seuil va entraîner une très forte augmentation de l'intensité traversant la LED. Qui va donc encore plus chauffer, ce qui va encore abaisser sa tension de seuil, augmenter l'écart entre la tension que l'on cherche à appliquer (3.0V) et le seuil, et donc augmenter encore l'intensité etc. Une autre manière de voir cela est que la LED génère une chute de tension de 2.98V alors que le générateur à ses bornes cherche à appliquer 3.0V. Où sont les 0.02V d'écart? Et bien c'est le générateur qui va envoyer du courant pour essayer de faire remonter la tension à la consigne (3.0V). Sur une résistance cela fonctionne (U = RI. On augmente I, cela augmente U) mais pas pour une LED qui va laisser passer tout le courant que va désespérément envoyer le générateur, jusqu'à griller. Si l'on branche des LED en parallèle, il y en aura toujours une pour devenir passante un peu avant les autres. Bilan: la LED qui s'allume en premier diverge et grille, et les autres ne s'allument jamais. Lorsque l'on utilise des petites LED basse puissance que l'on monte en parallèle, il faut systématiquement ajouter une résistance avant chaque LED (et pas une commune), chaque résistance limitant naturellement le courant appelé par "sa" LED. Dans le cas de LED de puissance, on utilise un driver de LED (la résistance dissipe en effet de la chaleur: pas de souci pour une petite LED type "voyant lumineux" mais pas viable pour une LED de puissance).
  15. Piloter en courant des semi-conducteurs montés en parallèle, en général on évite. En effet, il n'y a pas de raison que le courant se répartisse "tout seul" de manière uniforme entre chacune des branches, et donc risque de surintensité dans certaines branches. Pas de risque particulier pour une simple ampoule par exemple (qui se régule toute seule en courant via la loi d'Ohm), mais pour une LED je ne conseille pas. Une ampoule est un composant linéaire: on applique une tension et elle choisit elle-même son intensité (I = U/R). Mais la LED est un composant non linéaire, dont le ratio I/U est exponentiel au-delà du seuil. En clair, une chouille de tension en plus et le courant traversant la LED est multiplié par 2 (et la LED grille). Sachant qu'en plus la valeur du seuil varie avec la température.... D'où la nécessité de piloter en courant chaque LED individuellement. Dans un tel schéma, je mettrais personnellement un driver 700mA par branche (qui s'assurera que l'intensité dans la branche ne dépasse pas cette valeur), que l'on peut ensuite alimenter via une unique alimentation (qui se contentera de fournir la somme des intensités demandées par les régulateurs 700mA sans régulation autre que la tension). On pourrait aussi mettre les LED en série (on est alors sûr de l'intensité traversant chaque LED, c'est la même), mais cela va faire augmenter la tension de fonctionnement. Pour des raisons de sécurité, il faut éviter de dépasser les 48V pour de l'équipement électrique ainsi à proximité d'eau (salée). Avec une tension par LED de déjà 34V, cette solution est donc selon moi à exclure.
×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici