Aller au contenu

Poisson chat

Membre
  • Compteur de contenus

    71
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    7

Poisson chat a gagné pour la dernière fois le 11 août

Poisson chat a eu le contenu le plus aimé !

À propos de Poisson chat

  • Rang
    Membre
  • Date de naissance 01/10/1984

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Localisation :
    Lyon

Converted

  • Volume net en litres
    450
  • Type
    Récifal
  • Maintenance
    Berlinois
  • Traitement eau d'apport
    Osmoseur Vertex Puratek 100gpd
  • Traitement eau du bac
    Deltec 1000i
  • Brassage
    Gyre 350
  • Eclairage
    Alpheus, contrôleur DIY Arduino

Visiteurs récents du profil

421 visualisations du profil
  1. Bonjour, Je dispose également d'une xf350 dans mon 450L. Pour ma part, léger sifflement durant les premiers 7-10 jours (j'avoue avoir été un peu inquiet), mais qui a ensuite totalement disparu. Je l'utilise à 40% en continue, elle est parfaitement silencieuse. On entend un très léger sifflement lorsqu'elle est à 100% (tempête).
  2. Ah oui, alors là respect. J'ai pu récupérer le schématic de mn pH metre, et effectivement il ne possède que les 2 étages d'amplification, mais aucun découplage vs alimentation et eau. Ce qui explique que tout fonctionne bien en mesurant de l'eau dans un verre, mais pas l'eau de la décante. Plus qu'à faire chauffer le fer à souder... c'est Madame, qui croyait enfin avoir vu le bout "de ces bricolages", qui va être contente! 🙂
  3. Bonjour à tous, J'ai fait l'acquisition d'une sonde pH reliée à mon Arduino. Après quelques jours à tremper après réception, et sans l'avoir déjà calibrée, la sonde indique 7.3 dans un verre d'eau du robinet (valeur donc pas débile), mais tombe à 6.5 lorsque je la place dans la décante. Un pH metre Hanna m'indique lui 8.1 dans la décante, ce qui est plutôt rassurant et logique. J'explique cette valeur nettement trop basse dans la décante comme une perturbation via des petits courants de fuite de la pompe de remontée et de l'écumeur, physiquement à moins de 20cm de la sonde (et je peux difficilement faire mieux). Comme je ne dois pas être le seul à avoir une sonde pH dans ma décante, elle même intégrant diverses objets électriques, comment faites-vous pour que cela n'impacte pas vos mesures?
  4. J'ai fait pareil la semaine dernière, et n'observe rien de spécial non plus pour le moment. Les divers forums remontent cependant qu'il faut 3 semaines pleines pour constater quelque chose (le temps que les divers organismes au stade larvaire à réception se développent).
  5. Ceci explique cela. Les sels enrichis sont bien pour remonter un peu les niveaux lors d'un changement d'eau dans un bac qui consomme déjà KH et Ca, mais ne conviennent pas à une première mise en eau. Étant enrichis, on se retrouve en conséquence avec des concentrations de minéraux supérieures à la normal si sels utilisés à 100% pour la première mise en eau. Il vaut mieux utiliser des sels non enrichis, et typiquement Instant Océan.
  6. J'ai mis en eau il y a 3 mois à présent mon bac 100% aquaroche, en utilisant la procédure recommandée. Ce qu'il s'est passé et que j'ai pu constaté également sur divers forums m'amène à penser que le technique recommandée n'est peut-être pas la meilleure: ce sujet pour échange et réflexion (les PV devenant rares, ce genre de démarrage 100% pierres mortes risque de ne pas être anecdotique dans l'avenir). Mon protocole de démarrage: 1) Eau osmosée, sel, température etc 2) Protocole Daphbio, qui en résumé apporte bactéries, microfaune, et phyto/zoo plancton. Attente de quelques semaines pour cycle de l'azote. 3) Introduction premiers détritivores 4) Premier poisson 5) Coraux Ce qui n'a pas marché: - Aucune microfaune n'est apparue. Après avoir écumé les forums, j'en retire que i) le protocole Daphbio n'a pas marché chez grand monde sur une phase de démarrage, mais ii) apporte un vrai plus sur un bac mature => la faute aux produits ou au protocole? - Très peu / aucune algue dans les premières semaines. On attend, on attend et rien ne se passe. Du coup, les premiers détritivores n'ont pas grand chose à se mettre sous la dent - Explosion d'algue concomitante à l'introduction des premiers poissons. Mon analyse, que je vous encourage à challenger: - Nous effectuons des démarrages "100% pierres mortes" en nous calquant sur un démarrage avec PV (détritivores, puis poissons). - Sauf que lors d'un démarrage avec PV, une grande quantité de matière organique est apportée au bac. D'où poussée algale, et nécessité d'y remédier avec détritivores puis poissons alguivores. Rien de tel dans un démarrage 100% pierres mortes, où aucune matière organique n'est présente. - Ce qui explique à mon sens l'échec du protocole Daphbio (les pauvres bêtes meurent de faim), et au contraire sa réussite dans les aquariums déjà mûrs. Du coup, si c'était à refaire, je partirais ainsi: 1) Eau osmosée, sel, température etc 2) Démarrage comme un bon vieux bac à guppy: quelques bactéries, un bout de moule pour apporter un peu de matière organique, et on attend 3-4 semaines (et le pic de nitrite). On ne se prend pas la tête avec les problématiques de microfaune, plancton etc. 3) Une fois le cycle de l'azote en place, introduction des premiers poissons. Et contrairement à un démarrage avec PV, on ne partira pas sur des alguivores, qui n'auront rien à manger 4) Une fois la population piscicole ayant atteint le stade de quelques individus (introduits sur plusieurs semaines pour que l'aquarium monte en charge), on devrait observer un développement algale, suite à l'apport de matière organique lors du nourrissage des poissons. 5) A ce stade là uniquement, on passe en "mode récifal": détritivores et microfaune, puis coraux. Qu'en pensez-vous?
  7. Très surpris par certaines valeur, c'est très déséquilibré! - KH de 14: normalement on tourne à 8-9, et on évite de dépasser les 10-11. 14, c'est très haut. - Ca à 400 est limite, même si un peu bas (on vise davantage 420) - Le Mg est super haut! On vise normalement entre 1200 et 1300. Amoniac laisse tomber, ne sert à rien. Tu as utilisé quel sel pour la mise en eau? A ta place je referais calmement les tests (utilise bien les tests salifert, ce sont les plus précis), en s'assurant de ne pas se planter dans le nombre de gouttes etc (ça arrive). Si les saliferts confirment ces valeurs, alors je commencerais par un changement d'eau partiel pour abaisser KH et Mg, puis jouer avec chlorure de calcium, mangnésium, et bicaronate si nécessaire pour être dans les bons paramètres, et puis attendre gentiment sans apport de matière organique.
  8. Bonjour, J'ai également fait récemment un démarrage 100% aquaroche (donc roches inertes) avec les produits Daphbio, et j'ai également constaté un important bloom bactérien, avec eau trouble (blanche et sans odeur) et filaments bactériens sur les pierres. Malgré un arrêt des apports en phyto/zoo plancton, cela a duré plusieurs semaines (sans atteindre quand même un tel "obscurcissement" du bac comme tu le décris). En ligne avec Hemix: vérifier en priorité salinité, KH, Ca et surtout Mg pour s'assurer que l'on n'assiste pas à un précipité de Carbonate de Calcium, et si tout OK alors il s'agit très probablement d'un gros bloom bactérien. Je recommanderais alors de ne rien faire, de réduire les apports de matière organique, et d'attendre que ça passe avant d'introduire quoi que ce soit. Chez moi, cela avait bien pris 3 semaines.
  9. Attention quand même, les batteries de voiture ne supportent pas trop les décharges importantes (ce qui arrive en cas de panne de courant lorsque la batterie doit alimenter la/les pompes durant plusieurs heures). Elle sont surtout conçues pour délivrer un courant important sur une durée brève (démarrage de la voiture typiquement). On préférera utiliser des batteries dites "à décharge lente", voire des batteries gel, qui sont elles conçues pour alimenter durant des heures un petit consommateur "en mode back-up".
  10. ça tombe bien, venant justement de m'équiper je couche ci-dessous le résultat de ce que j'ai appris sur ce sujet: - Chargeur/Convertisseur: * L'idéal est de prendre un "combiné chargeur/convertisseur", appareil qui, comme son nom l'indique, permet à la fois i) la charge de la batterie et ii) la bascule automatique sur celle-ci en cas de coupure de courant pour générer via la partie convertisseur un 230V AC. Le souci est que ces équipements sont surtout taillés pour les installations solaires, et donc disponibles pour des puissances assez élevées (plusieurs kW, alors que notre besoin se limite à une centaine de W). Qui peut le plus peut le moins, mais cela signifie que l'on se retrouve en pratique avec des équipements valant à minima 400-500€ et sur-dimensionnés. On trouve en fouillant un peu des combinés à des puissances plus intéressantes pour nous (300W , 500W) et donc moins chers, mais il s'agit essentiellement i) de matériel chinois, ii) très peu de modèles disponibles et iii) souvent en rupture de stock. * L'autre solution est d'acheter séparément i) un chargeur de batterie, ii) un convertisseur, et iii) un relais. On a alors largement le choix, toutes les puissances et les gammes sont disponibles. Le montage est alors 230V AC => chargeur => batterie => convertisseur => relais => pompe Le relais est un simple relais monostable 2 RT (type Finder 55, que j'achète chez gotronic), avec bobine alimentée directement par le 230V du réseau. En fonctionnement normal le relais est activé et la pompe alimentée directement par le réseau. En cas de panne de courant le relais tombe et la pompe est reliée à la sortie du convertisseur, qui débite depuis la batterie. Le grand avantage de cette solution est la liberté de choisir chaque composant, et l'offre très large existante. Les inconvénients sont un peu de câblage à faire (même si ça reste basique) et que ça prend un peu plus de place. 2 remarques importantes: - Chargeur de batterie: les modèles entrée de gamme (30€-40€) ne gèrent pas le maintien en charge de la batterie, élément clé pour nous (sauf panne de courant, la batterie est en charge en permanence). Il faut bien prendre un modèle assurant cette fonction (70€-80€ typiquement) sinon la durée de vie de la batterie sera très fortement réduite. - Prendre un convertisseur "pur sinus" et pas uniquement "sinus", autrement cela risque d'impacter l'électronique des pompes. La batterie: 3 technologies sont généralement envisagées: - Batterie de voiture (premier réflexe): ne convient pas à notre besoin. Ces batteries sont faites pour produire un courant important durant un temps court (démarrage du véhicule typiquement) et ne supportent pas une décharge significative. A éviter. - Batterie gel: la Rolls Royce des batteries. Supporte sans broncher des centaines de cycle jusqu'à 70%-80% de décharge, voire même (au prix d'une réduction de la durée de vie) des décharges totales. Inconvénient: très cher (compter 250€ pour une batterie 90Ah). - Batterie "décharge lente": intermédiaire entre la batterie de voiture et une batterie gel. Supporte des centaines de cycles à 50%-60% de décharge, et même des décharges jusqu'à 70%-80% au prix d'une réduction de la durée de vie. Nettement moins cher que la batterie gel (100€-120€ pour une 90Ah). Je suis personnellement parti sur une batterie "décharge lente", car dans notre utilisation le nombre de cycle charge/décharge est normalement assez limité (les quelques coupures ponctuelles de courant). Si on a le budget, une gel est encore mieux. Dans mon cas, pour alimenter ma gyre (conso estimée 20W) en intégrant une décharge max de 60% et un coefficient du convertisseur de 85%, cela me donne une autonomie (batterie 90 Ah) de (90 * 0,6) / (20/12) * 0.85 = 27h. Donc j'ai 27h pour remettre le courant avant d'endommager la batterie: cela me semble suffisant pour acheter une "décharge lente" et pas une "gel" (quand nous nous absentons plus de 24h, il y a de toute manière une personne qui doit passer pour nourrir les chats, donc je n'ai besoin d'assurer que 24h de back-up. En acceptant d'endommager la batterie - 80% de décharge - alors l'autonomie atteint même les 36h). A noter pour être exhaustif qu'il est recommandé dans tous les cas de couper l'alimentation de la pompe de brassage quelques heures par mois afin de l'alimenter durant cette période par la batterie, afin de solliciter cette dernière. Effectuer ainsi des décharges / charges partielles régulières impacte positivement la durée de vie de la batterie.
  11. Le bac mûrit lentement. pH assez bas en juillet (7.7 le matin, 7.9 le soir), je l'ai remonté tout doucement à l'eau de chaux (un verre le matin, un verre le soir, dans la décante en amont de l'écumeur). J'ai tout arrêté depuis une semaine et je suis stable (sur 7 jours, à voir dans la durée) à 7.9-8.0 le matin. On ne touche plus à rien. J'ai refait 2 fois le test PO4 au checker Hanna, je trouve les 2 fois 0.00ppm... Ma mesure précédente qui indiquait 0.23ppm devait être erronée. Assez forte poussée d'algues filamenteuses ces dernières semaines suite à l'introduction des premiers poissons. J'ai renforcé l'équipe de détritivores avec 20 escargots + 1 ophiure + 1 globulus, et j'attends que le bac prenne son équilibre. C'est encore pas mal duveteux, mais les filamenteuses ont clairement régressé par rapport à il y a 15 jours. J'ai suspendu toute introduction de SPS/LPS le temps que les filamenteuses disparaissent. Mais l'impatience est là! Les écailles sont actuellement constituées d'un flav, d'un gramma loreto, d'un couple d'ocellaris et d'un hexaetenia. Je commence à réfléchir à la suite de la population, auriez-vous un conseil? Seul le flav occupe un peu de volume pour le moment (les autres sont des "petits poissons", qui n'occupent pas trop le volume du bac). Exit le chelmon qui demande pas mal d'attention, alors que je passe une partie de ma vie en déplacement. Un banc de demoiselles reste une option, mais c'est plus un plan B (l'aspect banc est joli, mais une demoiselle reste un poisson un peu quelconque en soi). Des suggestions?
  12. Je comprends bien! L'idée (mais c'est peut-être une fausse bonne idée) est que l'eau de l'aquarium (chargée en PO4) soit en contact avec l'eluat basique dans le micronbag. Et ce afin que le précipité de PO4 qui en résultera soit piégé par le micronbag. Après si le précipité est plus fin que la maille du micron bag, évidemment...
  13. Oui, j'ai introduits du Care Bacter de Tunze. Mais comme il s'agit de bactéries "en poudre", je ne pense pas que cela vienne de là. J'utilise le tds d'origine du Puratek (qui mesure en sortie de résine). Je ne sais pas quel est le type de résine, mais il s'agit de la cartouche d'origine fournie avec l'osmoseur. Concernant le sel (pour la question d'Olivier), il s'agit d'Instant Ocean. En sus des produits Daphbio, j'avais également versé quelques poches de copépodes et misis vivants pour tenter d'introduire de la microfaune, cf quelques postes plus haut (spoiler: ça n'a rien donné). C'est mon autre piste pour ce taux de PO4. Pour le moment l'Euphylia est bien ouverte donc cela ne la gêne pas. Dès que j'aurais le RAH je le ferai un peu fonctionner, en recrachant l'eluat dans un micronbag pour tenter d'y piéger les précipitats de PO4. Et au pire, ce sera une chaussette de résine dans la décante.
  14. C'est une bonne question, je sais pas trop. L'eau osmosée est produite par un Puratek Deluxe dont le TDS metre sort 0.00ppm, donc je pense être OK de ce côté là. Je commence tout juste à nourrir, donc même si la nourriture contient des PO4 je ne pense pas que cela puisse être responsable d'un tel taux. Mon suspect principal (mais sans preuve) sont les différents produits Daphbio introduit durant la phase de démarrage.
  15. J'en suis arrivé à la même conclusion. J'anticipe un peu la chute de KH/Ca et doit de toute manière régler mon problème de PO4 un peu élevé (et je n'ai pas envie de partir dans un délire technologique à base de résine etc). D'où RAH. Donc mise en place dans les prochaines semaines d'un RAH tout simple, avec simplement une pompe doseuse en amont pour régler le débit (afin d'accompagner la montée en charge du bac, car au début faire passer 100% du débit d'osmolation à travers le RAC sera clairement trop). Et pour le reste, on verra effectivement à l'usage.
×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici