Aller au contenu

Florian

Membre
  • Compteur de contenus

    1,005
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    11

Florian a gagné pour la dernière fois le 7 février 2017

Florian a eu le contenu le plus aimé !

2 abonnés

À propos de Florian

  • Rang
    Membre avancé
  • Date de naissance 07/17/1966

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Localisation :
    Alpes Maritimes

Converted

  • Site web
    www.recifs.org
  • Date de mise en eau
    01/06/2007
  • Volume net en litres
    1200
  • Type
    Récifal
  • Maintenance
    Berlinois
  • Traitement eau d'apport
    eau du robinet
  • Traitement eau du bac
    ATI BBM 250
  • Eclairage
    DIY à base de LED multichips
  • Supplémentation
    RAC

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. http://www.normandiekoi.com/materiel/filtration-pour-les-bassins/filtre-centrifuge/
  2. C'est pour cela que je disais qu'il était inutile d'utiliser le terme latin darwini pour les désigner, ça ne serait d'ailleurs pas le bon terme à utiliser si c'était une sous-espèce d'ocellaris... C'est une forme mélanique naturelle d'ocellaris comme il en existe pour d'autres espèces (panthère, chevreuil, papillons...)
  3. Bonjour, Si je peux me permettre ce hors sujet sur le post de Darwin (encore que...). Il ne faut pas utiliser ce nom pour ces ocellaris. darwini signifierait "de Darwin", du nom du naturaliste. Mais on les appelle clowns de Darwin parce qu'il proviennent du nord de l'Australie, à proximité de la capitale du territoire nord nommée Darwin. Pour se référer à ce lieu cela donnerait darwinensis en latin (comme pour le corail Paracyathus darwinensis). En fait c'est juste une variation de coloration donc pas de nom latin.
  4. Fakarava passe sud et lieu dit les sables rose à proximité. Sublime sous et sur l'eau. Beaucoup de requins, un bonheur de nager avec. Quelques très gros napoléons, des marteaux en saison. Toau est très différent mais c'est un atoll où il n'y a qu'une poignées de personnes qui vivent. Encore plus de poissons, de tortues, d'oiseaux, de tout. Surtout dans la fausse passe de l'ouest. Si tu peux te déplacer en voilier il y a des atolls encore plus paumés, encore plus sauvages. Cela dit, même sur les atolls connus que sont Fakarava et Rangiroa c'est déjà pas mal, il n'y a pas de tourisme de masse. Les clubs de plongée rassemblent quand même pas mal de taches qui ne songent qu'à faire tamponner leurs carnets de plongées pour montrer qu'ils ont tout fait et tout vu (mal vu)... et les moniteurs ne valent pas beaucoup mieux. Les Tuamotu devraient être réservés aux amoureux de la mer et du vent. Kersauson en parle très bien.
  5. Pour copier régis, quelques clichés de Toau:
  6. Et un bac en béton fibré et hydrofuge? Plus besoin de fibre de verre ou de gel coat.
  7. D'ailleurs monsieur Ecouille était très copain avec dame Oclès. Les pets de dame Oclès ça valait pas l'appeau d'Ecouille....
  8.   Et ça peut aussi coûter l'appeau d'Ephèse (et pas la peau des fesses)... 
  9. Tu n'a pas tord. Mais la "société" réclame des experts pas des rêveurs. Malgré ma timidité et moi emploi du temps, je n'ai jamais refusé de participer à un plateau télé ou donner une conférence grand public. Les auditeurs adorent en général, parce que la science actuelle est foisonnante et passionnante. PUB PUB PUB: ma prochaine présentation ouverte à tous aura lieu à Biot (06) en novembre et s'intitule "Les canaux ioniques, de la raie électrique aux médicaments de demain". Comme sur ce fil, il y est beaucoup question d'électricité, mais plutôt de celle produite par les systèmes biologiques, indispensable à la vie. PS: désolé JP pour le hors sujet et bravo pour l'article. Des gens qui écrivent et synthétisent pour les autres c'est toujours un beau geste et une bénédiction.
  10. Plus simple que ça, entre la recherche de fonds pour pouvoir travailler et les multiples évaluations à faire et à rendre, les chercheurs n'ont plus assez de temps pour la recherche elle-même, alors pour la vulgarisation... cela dit il existe de très beaux évènements: la nuit des étoiles, la semaine du cerveau, sciences en fête... Les chercheurs (et même les retraités !) fuient les plateaux de TV: aucune possibilité de donner de la profondeur à des sujets qui ne sont évoqués que pour la polémique (OGM, vaccins, rayonnements électromagnétiques, climat, etc..). Pour JP: Dans un encadré sur l'électrisation, il est suggéré que le cerveau "bloquerait" les reins pour sauver le coeur. C'est assez loin de la réalité. L'électrisation provoque des brulures internes et la nécrose de tissus. Cela libère un excès de substances dont la myoglobine qui bloquent les reins qui ne peuvent plus assurer leur rôle de filtration.
  11. Oui je comprends, c'est de cela que je parle quand j'évoque des conditions inappropriées. Mais les bactéries marines normales se divisent et meurent très lentement, en milieu naturel le carbone est limitant pour ces bactéries. Elles savent attendre de meilleures conditions. Je ne parle pas des ajouts de bactéries qui ne sont pas marines. La dynamique des populations bactériennes est un phénomène compliqué. Comme tu le dis il a été observé que la population bactérienne commence par exploser puis redescend même quand on poursuit l'ajout de source de carbone. Sur de longues périodes d'ajout il semble y avoir des variations cycliques avec des périodes où il n' y a pas plus de bactéries qu'avant ajout, voire moins (http://www.advancedaquarist.com/2011/3/aafeature Fig.16). Cela pourrait traduire le fait que d'autres nutriments deviennent limitants et/ou que des bactériophages régulent la population. En fait il ne faudrait pas seulement connaitre le nombre de bactéries mais aussi leurs types et leurs populations respectives pour comprendre quelque chose à ce qui se passe.
  12. Le temps de vie d'une bactérie est très variable selon le milieu et l'espèce. Pour des bactéries qui ont besoin d'un hôte ou d'un milieu très particulier ça peut être moins de quelques heures lorsqu'elles sont exposées à des conditions inappropriées. Pour d'autres très robustes ce sont plusieurs milliers d'années. Les bactéries de nos bacs sont robustes car elles proviennent des roches vivantes et sont adaptées au milieu marin. Par contre les bactéries qu'on ajoute ne sont pas souvent originaires du milieu marin et peuvent dépérir rapidement. Quand on ajoute des bactéries il vaut mieux utiliser un mélange pour l'eau de mer plutôt que le mélange standard eau douce/épuration (voir le travail de Tim Hovanec).
  13. Peut-être que c'est pas dû au sucre mais au fait que le produit red sea est peu concentré. Il y a la composition sur le produit ?
  14. Non je ne le sais pas. Le ratio C/N/P dans les différentes sources (végétales, animales, terrestres, marines,...) est variable et la conversion en NO3 et PO4 elle-même va dépendre de cet apport et du type de métabolisme des consommateurs. Par contre on peut choisir ses apports de manière à diminuer la part du phosphore: les espèces terrestres ont proportionnellement plus de C que les espèces aquatiques, les jeunes poissons ou les poissons herbivores ont un ration N/P plus favorable que les autres, pour les granulés il faut en choisir qui ne soient pas faits de farines de poissons riches en arêtes, etc.
  15. Les bactéries captent ces composés grâce à des transporteurs présents à leur surface. Toutes les bactéries n'ont pas les mêmes transporteurs et ne captent donc pas les mêmes molécules. On sait que pour maintenir la plus grande diversité possible de bactéries dans un prélèvement de sol il faut varier les sources de carbone (http://aem.asm.org/content/71/11/6776.full). Le problème de nos bacs c'est qu'on ne connait pas les espèces qu'on veut favoriser et qu'on ne sait pas ce qu'elles transportent et assimilent. Donc VSV, ok mais pourquoi pas du pyruvate, des corps cétoniques, des composés aromatiques, des hydrocarbures ? Glucose (ou sucre) et acétate sont facilement assimilables par une très grand variété de bactéries car elles rencontrent régulièrement ces molécules issues de la lyse d'autres cellules vivantes. L'origine du VSV, AMHA est juste dû aux faits que les trois composants se retrouvent dans tous les foyers et que les gens aiment bien bidouiller. Pour ce qui concerne les non pathogènes et les pathogènes, AMHA on serait bien en peine pour mettre au point un régime qui favorise les unes et pas les autres.
×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici