Aller au contenu

endlersman

Membre
  • Compteur de contenus

    8
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de endlersman

  • Rang
    Petit nouveau

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Merci pour ton témoignage. Une idée plus précise du nombre d'heures d'interruption ?
  2. Bonjour Denis, oui je parle bien des RAB à biopellet, et comme tu m'as mis le doute, j'ai cherché un peu sur le web et on trouve en effet tout un tas de pages qui mentionnent ce risque pour les biopellet. Du point de vue biochimique je ne me l'explique pas, contrairement au dénitrateur au souffre, tu as raison. Par contre j'ai expérimenté sans le vouloir avec le petit réacteur biopellet de chez Aquamedic. Je l'ai arrêté chez mon client vers midi, il est resté dans un seau avec un fond d'eau, bouchant ses deux orifices, jusqu'au soir ou au lendemain matin, je ne sais plus. Je pense que les biopellet étaient les NP-minus de chez Grotech. Et ça piquait le nez à l'ouverture du réacteur resté noyé pendant quelques heures à température ambiante. Je partage ton avis sur les critiques de cette méthode. Pour moi que ce soit des PV ou du sable, on utilise le même principe, et il faut le comprendre pour le maîtriser. Et comme bien souvent, ce n'est pas une méthode miracle, mais un maillon d'une vaste chaîne biologique que l'on doit chercher à équilibrer et stabiliser en fonction de nos besoins. Par contre, pour en revenir à ma question, risque ou pas risque avec les biopellet ? Mon cas est-il isolé et lié à des conditions très particulières, ou est-ce que ça peut vraiment arriver en cas d'anaérobiose temporaire ? Car si ce n'est pas le cas, aucun intérêt que j'expérimente de nouvelles méthodes de les utiliser. Les réacteurs actuels, du commerce ou DIY, sont assez simples de conception, fiables et leur complexité dépend de la finesse des réglages que l'on souhaite. Inutile d'inventer autre chose si ça marche très bien comme ça ! à+ Pascal
  3. Eh oui... C'est encore plus vieux ça, j'ai fait les premières expérimentations en 2005 ! http://clubaqua.metz.free.fr/07_article/fiche_planta/fertilisation.html Là c'est le choc des climats avant celui des mentalités 😄
  4. Je suis près d'Aix les bains, à l'entrée des Bauges. N'hésite pas à venir me voir si tu passes dans le coin ! à+ Pascal
  5. Eh oui 😄 Et même Endlersman de ForumAqua, ce qui nous rajeunit encore moins 😋
  6. Bonjour Denis, très belle réalisation, je trouve le style industriel du plus bel effet. Par contre je t'avoue que j'ai du mal à imaginer suffisamment de rigidité sans contreventement. Ne peux-tu pas simplement fixer une plaque par derrière, avec une finition de la même couleur que le mur (genre une planche en bois couverte de dibond mat sur l'intérieur) ? Ne pourrais-tu pas visser avec des tire-fond les pieds dans les poutres horizontales, pour que la solidité de ta structure ne dépendent pas trop de la solidité de tes embouts ? Ce qui me fait peur avec ce principe de construction, c'est que tout le contreventement est assuré par les embouts et les 4 vis fixant les pieds à ses embouts. Si les soudures sont un peu faiblardes ou que le bois en sèchant travaille un peu, je pense que ça ne peut que perdre en rigidité avec le temps. Mais bon, rien ne vaut l'expérimentation, si actuellement c'est très costaud, et que d'ici à la mise en eau, après équilibre du bois avec l'humidité ambiante, ça n'a pas bougé, a priori pas de souci ! Beau projet en tout cas à+ Pascal
  7. Bonjour à tous, une petite idée me trotte dans la tête depuis pas mal de temps, et j'aurais aimé avoir l'avis de quelques pointures du récifal sur la question. Je suis assez modéré sur l'utilisation des RAB en récifal, car il est pour moi le choix délibéré de vouloir passer sur un système fortement oligotrophe et je pense qu'il faut une grande maîtrise et une grande technicité pour réussir à maintenir un aquarium stable dans ces conditions. Toujours est-il qu'il est salutaire pour bien des espèces de SPS, et bien plus économe en volume et facile à gérer (selon moi) pour des aquariums "intensifs" (beaucoup de coraux et poissons pour un volume donné" que la méthode Jaubert ou autres DSB (la finalité est la même, mais le rendement et la gestion sont complètement différents). Etant donné le risque de production de sulfures d'hydrogène des RAB, qui est lié à la privation d'oxygène, je me demandais s'il n'était pas possible de faire en sorte que les biopellets ne se retrouvent pas privés d'oxygène en cas de coupure de courant. N'est-il donc pas possible de mettre les biopellet dans un milieu brassé non clos, qui contrairement au RAB, resterait aérobie même en cas de coupure de courant ? Je pense à un large tube ouvert sur le dessus et assez large pour que les biopellet ne soient pas trop épais lorsqu'il s'arrête, ou directement un passage forcé de la descente de l'aquarium. Certains ont-il essayés ? Y a-t-il une impossibilité technique/biologique pour que ça fonctionne ? (pas assez d'agitation des biopellet, trop d'oxygène ?) Ou bien le simple fait de laisser les biopellet sans mouvement le temps de la coupure de courant, même hors de l'eau dans un tube non clos, présente-il encore un risque de production de sulfures ? Ce qui est certain c'est que j'ai pu expérimenter ce risque, puisqu'après avoir démonter l'aquarium d'un client qui avait un RAB, j'ai eu la désagréable surprise d'avoir une salle odeur quelques heures plus tard dans la pièce où j'avais négligeagement posé le seau qui contenait ce réacteur encore avec ses biopellet, bien mouillé mais toujours fermé. Merci par avance pour vos avis à+ Pascal
  8. Bonjour à tous, comme il est coutume sur les forums, un petit post de présentation suite à mon inscription. Je suis ce forum depuis des années de manière passive, par manque de temps, et connais quelques uns de ces membres (en écrivant ces lignes je me rends compte que ça remonte maintenant à un sacré nombre d'années 🙄). Ce post est d'ailleurs mon premier message sur un forum depuis un sacré bout de temps. J'espère réussir à m'y remettre avec modération. J'ai 33 ans, après avoir pas mal bougé je suis désormais en Savoie, et j'ai tout plaqué il y a deux ans pour me mettre à mon compte ... dans l'aquariophilie. Mais je ne suis pas là pour ça, c'est juste pour dire que je suis passionné au point d'en avoir fait mon métier, et pour l'instant mon seul regret, c'est de ne pas l'avoir fait plus tôt ! J'ai fait à peu près tous les types d'aquariums en eau douce, du bac amazonien au cichlidés africains, en passant par la repro de discus ou la sélection de vivipares, les bacs plantés, les crevettes, et j'en passe. J'ai commencé doucement l'eau de mer pendant mes études sous l'impulsion de passionnés du sud ouest dont certains liront probablement ces quelques lignes 😉 J'ai désormais plus d'expérience en récifal via les aquariums de mes clients que les miens. D'ailleurs actuellement je n'ai plus d'aquarium d'eau de mer à titre perso, le verre de mon futur aquarium est posé dans un coin depuis plus d'un an mais je n'ai toujours pas eu le temps de le construire... Je me rends compte à l'instant que je n'ai plus aucune photo dispo chez des hébergeurs d'images, et que mon site perso n'est plus dispo ! Il faut que je me remette à jour sur le web !!! Je pioche donc sur mon site pros les quelques photos qui concernent mes propres installations ou des installations que j'ai fait de A à Z chez des clients non aquariophiles (pas à jour, bien sûr) : Un peu plus de détails et de photos dès que j'ai le temps ou au fil des questions... à+ Endlersman
×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici