Aller au contenu

Denisio

Administrateur
  • Compteur de contenus

    11,518
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    262

Tout ce qui a été posté par Denisio

  1. Oui, la petite ligne sur le devis. Pas une ligne esthétique... je n'ose même pas imaginer le tarif Ce sera toutefois quelque chose que tu verras tous les jours, chaque année, de nombreuses années. Donc un "amortissement" à étaler sur une longue période qui relativise la douloureuse.
  2. Bonjour et bienvenu Corvo. Peut-être connais-tu déjà ce calculateur ? : https://www.cap-recifal.com/calculateurs/epaisseurs_vitrages.html/ Dimensions atypiques, je me demande bien pour quels animaux et quelle maintenance Si ce sont les bonnes dimensions, pour 3 m de long et 0.74 m de haut, de simples raidisseurs devront être larges, très larges : largeur 140 mm si l'épaisseur est de 30 mm. Ca laisse aucune place pour pénétrer dedans avec 0.35 m de large ! Des traverses seront peut-être préférables, peut-être 2 traverses. Alors, la section des traverses sera vite suffisante (100 mm ép 15 mm suffirait) mais il faut que la colle en bout tienne et que la surface soit suffisante pour limiter la contrainte. La surface de collage devrait donc avoisiner 200 mm x 30 mm à chaque bout de traverse. Tu peux donc utiliser 2 traverses de 200 x 30 mm (2 verres ép 15 mm intimement collés) ou bien 2 traverses de 200 x 15 mm en rajoutant une pièce de verre à chaque bout (4 pièces au total), de 200 x 100 ep 15 mm, également intimement collée.
  3. Le modèle Pro permet de définir une heure de début de distribution puis une plage horaire durant laquelle les distributions ont lieu (2h, 4h...). Ca ne semble pas le cas du modèle ancien. Dommage !
  4. Pas de difficulté pour faire découper le verre en biais ? Quelle technique ? Quel beau volume et surtout j'adore l'esthétique. J'en deviendrais jaloux avec mon projet qui traine et basé sur un concept traditionnel. Le choix du closed loop va améliorer encore l'impression finale. Pour mon prochain bac, dans 10 ans, je viendrai te voir
  5. C'st mini, et mimi. Sans prise de tête
  6. Oui, c'est énorme le taux de rejet est 86%. Je faisais allusion au fait que tu le trouvais très faible dans ton premier post. Une simple erreur d'interprétation ;) C'est d'autant plus incompréhensible que ton restricteur pour 50 gpd devrait débiter moins que celui qui devrait être installé. Avec le restricteur pour 50 GPD (modèle 500 -> 525 ml/mn) : - sur une membrane 50 GPD, le taux de conversion Tc devrait être 1/5 (taux de rejet 80%) - sur une membrane 100 GPD, le taux de conversion Tc devrait être 1/3 (taux de rejet 66%) Avec un restricteur pour 100 GPD (modèle 1000 -> 1021 ml/mn) : - sur une membrane 100 GPD, le taux de conversion Tc devrait être 1/5 (taux de rejet 80%) Question charbon, les problèmes de colmatage de la membrane sont habituellement rencontrés avec du charbon en granulés, pas avec le charbon en bloc que tu as choisi. La membrane est une Filmtec, pas une bas cout fabriquée dans un garage. Tu as bien au moins 3.4 bar comme recommandé dans la notice ? A part un problème de restricteur détérioré qui ne limiterait plus, je ne vois pas.
  7. Oui, coller une traverse contribue à alléger les contraintes. Le fait de la coller sur le raidisseur permet d'augmenter la surface de collage à la vitre, qui devient celle du raidisseur? ca contribue à diminuer les contraintes dans la colle. Un vieux verre est fatalement moins résistant que le même en sortie de production puisqu'on parle de "mémoire du verre". Il "enregistre" toute maltraitance antérieure (transport, chute, rayures..) qui le fragilisent d'autant plus. Ceci dit, il faut relativiser, s'il n'a pas été maltraité, il doit faire le job.
  8. Moi, je trouve au contraire le ratio rejet/propre plutôt très important. Nous nous comprenons, il est bien trop important. As-tu bien un restricteur 50 gpd au rejet ?
  9. N'en ayant pas, je n'ai aucune certitude. Si tu arrives à la connecter à l'alimentation, elle doit bien pouvoir fonctionner, mais à fond.
  10. Mon Digidoseur est le dernier modèle Digidoseur+++ Pro (noir, formes courbes). Par contre les notices, celles du dernier le Pro et celle de l'ancien V2 (forme carrée) sont toutes deux en téléchargement ici : https://neo3plus.com/fr/accueil/131-commande-de-pompes-doseuses-digidoserpro.html
  11. Je pense que les données du calculateur sont fiables, non pas parce que c'est ma conception, mais parce que j'ai pu corréler avec des cas de casse de raidisseurs (en fait 2 cas, mais la situation est rare) . Ils étaient au mini des recommandations, proche d'un coefficient de sécurité de 1. La contrainte de rupture du verre float est de l'ordre de 45 MPa. Le calculateur vise 7.6 MPa, ça représente donc un coef de sécurité de 6. C'est un standard pour les applications structurales. La largeur devient vite importante pour les aquariums de grande longueur ou si le verre est faible. C'est pourquoi on a avantage à prendre un raidisseur plus épais, voire à doubler 2 2 raidisseurs collés très serrés. Il faut savoir que la cuve étant correctement dimensionnée le décollage ou la casse du raidisseur ne signifie pas casse de la façade. Mais dans ce cas, le coef de sécurité toujours supérieur à 1 baisse dangereusement, elle fléchit énormément et il faut réparer sans tarder. Concernant ton raidisseur en épaisseur 8mm, il faudrait en effet une largeur 75 mm pour conserver une contrainte inférieure à 7.6 MPa (CS 6). Avec 50 mm la contrainte devient 17 MPa soit un coef de sécurité = 45 MPa / 17 MPa = 2.6. Avec une épaisseur 2x8mm le CS devient 5.3 ce qui est plus raisonnable. Pourquoi le fabricant a-t-il choisi (intentionnellement ou sans connaissance) ce faible CS ? Peut-être parce qu'il a peu de risque que le client se retourne contre lui et qu'en l'absence d'infos ou de méthode de calcul il se base sur une expérience, comme bien souvent. Les fabricants qui s'engagent notamment pour des applications spécifiques font vérifier par un BE. Que se passe t-il si le raidisseur, qu'il soit de 50 ou 75 mm, se décolle ? Tu peux vérifier en sélectionnant un maintien sur 3 appuis. La contrainte maxi devient 15 MPa, soit un CS de 3. Tu vois que la face ne cassera pas (sauf mauvais historique du verre) et tu peux réparer. Le CS est 6 quand il s'agit d'utilisation privée. Il augmente légèrement en cas de présence de public. Il prend en compte l'importance des effets d'une casse. Si la cuve est dans un local fermé sans grand risque pour l'utilisateur, le CS pourrait être choisi plus faible. Mais je ne saurais conseiller une valeur.
  12. C'est peut-être un tentacule en mission avancée. Un tentacule des force spéciales chargé d'explorer l'espace de manière préventive. Si la zone est minée ou occupée par l'ennemi, il avertira les copains tentacules. Michell, je n'osais pas la remarque. Maintenant que tu le dis, c'est probablement le signe de la jeunesse
  13. Super ! J'ai eu peur un instant que le pauvre mollusque allait rejoindre un lieu plus hostile 😊
  14. Disons que ce polype se nommerait tentacule 😏 Je pencherais pour un acte défensif/agressif. Mais c'est surprenant en l'absence de coraux proches. Je ma'que d'imagination 😕
  15. Arrrrf, du sable fin aurait peut être résolu le problème lié au gravier. Pas fan des pavés à boutures. Tu vas tout recouvrir de ces pavés ? Content de l'illumagiic ? En tous cas, le rendu de la photo est pas mal. Tu as du modifier la balance blancs/bleus pour la photo ?
  16. Concernant les coraux, veiller à ce que les PV colonisées d'acro ne s'entrechoquent pas au risque de retrouver des brisures. Je préleverais un maximum d'eau propre du bac initial par siphonage supérieur, avant toute intervention. Elle pourra rendre service à bien des égards. Les petits poissons (Fridmani...) ont la fâcheuse habitude de se coincer dans un trou et parfois tomber lors du portage de la PV. Faire attention de les localiser et transporter dans l'eau. Désolé, on ne peux en effet plus éditer un post après quelques heures.
  17. J'ai le digidoseut . Malheureusement actuellement en déplacement jusqu'à mercredi je ne peux mettre la main sur la notice. J'en posterai une copie. De tête, si c'est 24 distributions quotidiennes à partir de 8h00,il répartira bien 24 distributions de 8h00 à 8h00 le lendemain.
  18. Le mur en pierre meulière est porteur, certes. Il sait donc supporter des efforts verticaux. Je ne suis pas sûr qu'il résiste aussi bien à des efforts perpendiculaires au mur. Je doute donc de l'intérêt de ces tiges filetées. Comme Bubule, je pense qu'il est plus judicieux de répartir le poids sur la longueur. Ce serait préférable de s'appuyer sur plusieurs IPN (voir comment ils sont orientés et leurs intervalles). Dans cette hypothèse, le bac étant près du mur (donc pas au milieu des poutres) il y a des chances pour que ce soit jouable. J'ai vu pire , plus osé.
  19. OK, le problème existe donc dans le cas où il n'y a pas de régulation de courant. Mais je ne confonds pas avec les transistors. Aucun risque vu mon ignorance en électronique 😉
  20. Pourtant, il me semble que l'on peu griller une LED si on la met sous trop haute tension. Du coup je ne comprends plus. Il y a contradiction.
  21. Le peigne se dimensionne (largeur totale interdentured) en fonction du débit. Regarde l'article sur l'évacuation d'eau.
  22. J'aime bien l'analogie avec les restaus. Ça me parle. Merci 😊
  23. Whaouuuuu ! Merci pour cette réponse détaillée qui dépasse toutes mes attentes et qui clarifie tout. J'ai un peu de mal avec ces notions. Mais si je l'admet comme un postulat (ai-je le choix ? ) lié à la nature même d'une LED, je sais mieux interpreter la courbe caractéristique et j'ai la réponse à mes questions. Le seul moyen de pousser une LED est finalement d'augmenter l'intensité du courant (jusqu'à une certaine limite). J'imagine que pour réguler son éclairement, la modulation d'intensité n'est pas la solution la plus simple, d'où peut-être, le choix de hacher le signal (PWM)? Merci encore 😊
  24. Bonjour, La question est un peu technique et certainement déplacée. N'ayant pas trouvé de réponse ni sur le net, ni ailleurs, je m'en remets aux quelques spécialistes de la question. Supposons un circuit d'éclairage basé sur une alimentation AC-CC, des drivers/gradateurs LDD et des LED. L'alimentation transforme le courant en courant continu (dans mon cas 32 à 36 VCC), le driver LDD stabilise le courant à un certain ampérage (dans mon cas 1000 mA), les puces LED transforment le courant en lumière (dans mon cas des multichips Cree XPG3 et XTE avec 2 voies de 10 LED chacune). Dans cette chaine le rôle des LDD ne me parait pas clair. Certes ils permettent la gradation de la lumière, mais oublions cette fonction secondaire. Ils assurent la stabilisation du courant à une intensité définie et stable. Pour ce, ils corrigent légèrement la tension au niveau des LED qui peut varier du fait de la température etc. Mais puisque c'est l'alimentation qui délivre la tension désirée, comment les LDD savent à quelle valeur et dans quelles limites ils peuvent jouer sur cette tension. Ca tient de la divination, non ? Je sais que les LED doivent, pour éclairer, fonctionner sous une tension mini "forward voltage" (pour les LED Cree XPG3 blanches c'est 2.87V à 1A). C'est donc une valeur mini. Mais comment savoir la valeur idéale, supérieure bien sûr, pour régler la sortie de l'alimentation ? Supposons que les LED nécessitent pour bien fonctionner une tension de 3V. Qu'advient-il si cette tension est réglée au niveau de l'alimentation légèrement plus forte (3.2V, 3.5V voire plus) . Les LDD jouent-ils un rôle ? Merci, j'attends votre éclairage
  25. Une PV suffit à lancer leur apparition. Il suffit de mettre du phyto (celui des vitres suffit même) pour la développer, et ça va très vite. en quelques jours ont voit l'effet du nourrissage.
×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici