Aller au contenu

Denisio

Administrateur
  • Compteur de contenus

    11,172
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    232

Tout ce qui a été posté par Denisio

  1. Palao, merci pour ton retour sincère. C'est le premier témoignage fiable d'un utilisateur. Ce dissipateur circulaire à aiguille serait donc adapté à des puissances inférieures. Tu remets sérieusement mon choix en question. Tu utilises combien de MC 50W sur un dissipateur Led Goupbuy, de quelle longueur ?
  2. Une douzaine de MC ? Quelles sont leurs caractéristiques ?
  3. J'écris par contact, de préférence en anglais pour éviter que le traducteur rajoute aux quiproquos et je joins une image de ce que je souhaite. Pour les incliner d'un faible angle, je pense faire des trous de la taille du dissipateur et le caler en position. Je trouverai.
  4. En principe, la population de détritivores devrait être adaptée à la situation de l'écosystème (algues -> algivores ; sable -> limivores etc.). Cet écosystème évoluant en fonction des paramètres environnants (éclairage > algues ; nourrissage -> pollutions etc.), la population peut évoluer. Il est difficile de donner des recommandations sans fondement, d'autant plus que des aquariums peuvent aussi rester équilibrés sans apport particulier de détritivores, ceux introduits par inadvertance (vers, étoiles de mer, escargots, crabes…) faisant le taf. Pour traiter le sable, le choix dépendra de sa pollution, mais aussi de son épaisseur et de sa granulométrie). Dans l'implantation de tes détritivores il faudra aussi intégrer le fait qu'ils ne devront pas (trop) concurrencer d'autres animaux (Valenciennea, Synchiropus). Désolé, je suis incapable de donner une liste précise.
  5. Malcolm le jeune ta description des évènements révèle que tu privilégies assez les pistes chimiques (qui entrainent immanquablement un déséquilibre) et tu remets trop de paramètres en question (le RAC), ce qui ne peux que polluer tes décisions et donc, les résultats. Je te propose d'abandonner définitivement toute action chimique en recherchant une voie bio, et puis de ne plus inculper les équipements/méthodes lesquels par ailleurs ont prouvé leur efficacité, sans apparition de cyanos. Je me demande si ton bac dispose d'une chaine alimentaire continue. Je m'explique : l'apparition de cyano dénote toujours un dérèglement. Pour moi, le principal moyen de conserver un équilibre entre espèces est d'obtenir un biotope diversifié, depuis les bactéries jusqu'aux invertébrés et poissons, donc sans négliger la micro et meiofaune. Cette dernière est indispensable pour éliminer/transformer les déchets, potentiels polluants. Il faut bien l'admettre, l'apparition massive de cyano se produit bien souvent dans des bacs poussés dans des extrêmes, soit oligotrophes à la limite de la rupture et autant dans les bacs chargés en nutriments. Dans les deux cas le basculement est à craindre et les cyanos sont les premières à profiter de la situation. Personnellement, je fais partie de ceux qui pensent que les Aquaroches ou autres roches synthétiques similaires, n'équivalent pas les bonnes PVs, et qu'elles nécessitent plus que les PV un bon ensemencement et diversité pour pouvoir, dans un délai plus long qu'avec les PV, remplir leur rôle.
  6. la répartition calculée par le logiciel d'Hervé à hauteur 35 cm. Je ne souhaite pas éclairer les murs. Les 2 conditions qui me conduisent à choisir des optiques de 60 ° sont que je ne veux pas que les faisceaux se mélangent trop loin (sinon je serais parti sur une option LED 3W réparties), et puis je ne souhaite pas éclairer trop les vitres. Contrairement à la répartition ci-dessus, j'écarterai encore plus les MC vers l'extérieur pour les incliner un peu vers le centre, pour mieux éclairer la base des coraux, comme le montrent les traits rouges ci-dessous. Je trouve que dans cette configuration il y a pas mal de recoupements avec les 10 sources.
  7. Super Olivier, que de belles perspectives ! Cet aquarium a pourtant un gros défaut, mais çà, tu le sais déjà
  8. Tu me ferais douter C'est un peu pour toutes ces incertitudes que j'ai surdimensionné la rampe : 9 x 50 W aurait suffi et j'ai mis plus de blancs que ce que l'on voit habituellement dans la balance bleus/blancs. Pour ce qui est des bleus, c'est très difficile pour un humain de juger visuellement de leur efficacité puisqu'il les perçoit toujours avec une grosse perte de luminosité, même si leur flux reste performant. L'avantage du DIY est que la rampe peut toujours évoluer facilement dans un sens ou un autre. Ce qui me rassure est que la rampe de Chris64 réalisée avec le même type de MC est très performante. Les optiques d'Olivier sont également les mêmes. Me passer d'optique me parait difficile, l'angle d'origine environ 120° éclairerait les murs. L'avenir me dira...
  9. Oui, j'en ai vu sur Youtuibe Ce sont des vers spaghetti : Cirratulidae ou Eupolymnia ou Neoamphitrite ou plus souvent des Terebella ou des Terebellidae. De bons filtreurs ou plutôt de bons planctonivores microphages.
  10. Comme le dit Cardi, la baisse des nitrites est un prérequis pour peupler et a fortiori l'ammoniaque (l'ammoniac est un gaz ).
  11. Denisio

    Rampe led

    Je ne suis pas calé en rampes commerciales, mais il y a des marques qui reviennent assez souvent : Maxspect, Aqua illumination Hydra, Ecotech Marine Radion, Orphek, et puis aussi Illumagic
  12. Ah oui, la grenouille est perchée sur les hauteurs Dans l'agencement du décor, j'aime bien bloquer des PV en porte à faux, mais pas seulement en plateaux. Ca crée des plans dans l'espace et ça aère bien le décor. Le principe est d'ailleurs proposé par Aquaroche avec des pierres prêtes à bloquer.
  13. Oui, j'ai fini par trouver. Voir le topique ICI
  14. Un cadre métallique ou poutre sera moins encombrant. Mais ne laisse pas ta main comme ça. Si tout tombe tu deviens manchot.
  15. Bien, je ne sais pas. J'espère que la rampe répondra à mes objectifs Les LED customisées viendront de Yxo Yuxinou sur Ali express . Ils sont peu à proposer le sur-mesure avec des multichips multivoies. Après des discussions sans fin avec d'autres, des réponses incompréhensibles, j'ai enfin trouvé ce vendeur qui est à l'écoute, qui fait ce que l'on veut au même prix que son standard et il semble fiable. J'ai hésité avec des multichips de 20 leds de génération plus récente pouvant fonctionner sous 5W. Mais j'avais un peu peur de la surchauffe avec mes dissipateurs passifs, et puis deux fois plus chers. J'ai hésité aussi avec des COB alimentés directement en 220 V, le montage est simple mais le rendement est plus faible et je n'avais pas de solution pour dimmer 3 voies indépendamment en tension. Toute autre solution s'avérait plus chère et tout aussi compliquée, voire plus. Driver… ce mot est employé parfois de manière inappropriée. On est d'accord, un driver, c'est une alimentation qui régule soit une tension, soit un courant. Parfois il peut dimmer/varier/grader la sortie mais ce n'est pas toujours le cas. Mon cdc impose de pouvoir régler le flux de chaque multichips indépendamment des autres. Je ne pouvais donc pas passer par un driver dimmable commun à tous les canaux blancs des 10 leds et ainsi de suite pour les bleus et violets. Obligé d'utiliser des dimmer/gradateur LDD. Après, pourquoi deux : par sécurité. Pourquoi pas plus : parce que je n'en vois pas l'intérêt et c'est plus cher.
  16. Connais-tu la maintenance du bac d'où proviennent les PV. J'avais dans un coin du cerveau la même idée que Poisson-chat : ne sont-elles pas polluées à l'intérieur par des matières organiques (vers…) ? Auquel cas le cycle de démarrage pourrait être plus long.
  17. Bonjour, je propose de partager le fruit de mes cogitations d'une rampe LED, et pourquoi pas les remettre en question. Elles découlent de l'article de Chris64 et des conseils prodigués par Vinz qui a l'expérience de multichips customisées. La cuve : 1000 L, Long 180 x larg 90 x H 65 cm L'aquarium : sera orienté filtreurs (zoox et quelques azoox ; il hébergera aussi des coraux traditionnels SPS, LPS, Octo… Mon cahier des charges : Eclairement : pouvoir reproduire une ambiance de 3 à 20 m environ. L Modulable : éclairement adapté selon les espèces hébergées (quantité de lumière et spectre) ; Pratique : La rampe doit pouvoir se régler en hauteur et s'escamoter pour interventions. Maintenable : Je dois pouvoir remplacer n'importe quel composant par moi-même Esthétique : c'est très subjectif, disons que je souhaite éviter de voir des câbles et des chaines. Nuisance sonore : la plus faible possible Réutilisable : elle doit être adaptée à un autre type d'aquarium récifal (en cas d'arrêt...). Mes orientations : Type d'éclairage : spots orientables (pour ne pas éclairer la vitre, éclairer les coraux de côté, orienter vers une zone particulière. Sources de lumière : 10 LED multichips de 50W, 3 canaux (blancs / bleus / violets) pilotables individuellement Eclairement 20000 à 24000 lux en surface Pilotage : arduino Rampe : support maintenu par les pieds de l'aquarium, coulissant verticalement et rampe en bois/alu Mes choix (non définitifs) : Multichips sur mesure, donc chinoises. Pavés de 50 LED 45 mil soit 5 lignes de 10 leds. Pilotage de 3 voies voie 1 (blancs) : 2 lignes x 10 leds sont reliées avec blanc 6500 K ; Les blancs apportent l'éclairement (lumens) voie 2 (bleus) : 2 lignes x 10 leds sont reliées avec 6 blancs froids 10000 à 12000 K, 7 bleus froids 470 nm et 7 royal blue 450 nm. Bleus nécessaire pour reproduire la profondeur, sans aller au delà de la zone des 20 mètres, c'est à dire en proportion raisonable voie 3 : (violet) 1 ligne de 10 leds avec 4 bleus 440 nm, 3 violet 430 nm et 3 UV 410 nm. Je mets sciemment peu d'UV et de grande longueur d'onde. Les UV ne sont pas nécessaires à la croissance des zooxanthelles, pour autant ils agissent sur le développement de certains pigments. J'ai souhaite ici reproduire le résultat obtenu avec mes ancien HQI Coralvue 400 W 12000K, sachant que les UV de trop faible longueur d'onde issus de ces HQI sont mortels pour les coraux en l'absence de leur verre protecteur. Cet équilibre du spectre a été conçu à partir des outils RVRT d'Hervé, uniques et excellents pour se faire une idée. J'ai bien conscience qu'ils sont théoriques, basés sur une quantité limitée d'informations et que cela, rajouté à l'imprécision des données chinoises, je m'attends à quelques écarts. Pour ces raisons je tente d'obtenir mes objectifs de 20000 à 24000 lux en surface avec un fonctionnement à 80% des 3 voies. Et puis aussi de pouvoir moduler la température de couleur CCT (la profondeur sous l'eau) en conservant au moins 50% de la puissance des voies (pour obtenir un éclairement d'environ 10000 à 12000 lux au fond de la cuve, voire un peu moins si je dois reproduire une profondeur de 20 m. Dissipateurs Après hésitations, je pars sur les nouveaux dissipateurs en aluminium fritté (moulé à froid) avec aiguilles (pin heatsink) de diamètre 133 mm H 70 mm. Leur mode de fabrication permet d'utiliser un aluminium plus conducteur et les échangeurs en forme d'aiguilles ne sont pas un frein à la circulation de l'air (pour autant qu'il y en ait un minimum). Plus chers que des ventirads, il ont l'avantage d'être inaudibles. Je rajouterai probablement un seul ventilateur dans la rampe, sélectionné pour son faible bruit, pour assurer le courant d'air minimal. D'après mes lectures, ce type de dissipateur présente de réels atouts et ce modèle parait adapté à des puissances de l'ordre de 50W, voire un peu plus. Les lentilles feront diamètre 67 ou 78 pour loger les multichips, fixées par une bague vendue en kit. Je choisis des lentilles 60° au lieu de 90° pour assurer l'éclairement prévu (lux) avec les 10 MC (9 auraient suffi) et pour focaliser mon éclairage dans des zones précises (un objectif du cahier des charges). Alimentation : par sécurité, les 10 MC seront montées sur deux lignes différentes, soit deux alimentations chacune pour 5 MC (montées sur deux lignes différentes du tableau électrique du local technique). Chaque LED fonctionnera avec un courant de 350 mA sous 2.9V pour délivrer une puissance de 1W. Chaque ligne de 10 led sera donc sous 29V. Comme il est d'usage de prévoir 10% de plus, les alimentations devront fournir au moins 32 V. Chaque ligne de 10 leds sera sous 350 mA. Les LDD (gradateur ou dimer) délivreront un courant de 350 mA pour la voie violet, 700 mA pour les2 lignes en parallèles des voies blancs et bleus. Soit 1.75 A pour chaque multichip et 9.75 A pour 5 multichips. Chaque alimentation fournira au moins 8.75 A sous 32V mini. Par exemple Meanwell NES 350 36 qui fournit 350W sous 36V soit 9.7 A. Pilotage : par Arduino , avec extension pour piloter les 30 sorties PWM. Restera à réaliser une App pour régler sur Android. Le cout de la partie électrique pour la rampe 500W (réels) devrait avoisiner 650 à 700 € 2 alimentations à 20 € (si chinoises) : 40 € 10 MC 50W à 22 € : 220 € 10 kits lentilles + fixations à 8.50 € : 85 € 10 dissipateurs passif à aiguille à 20 € : 200 € 10 LDD à 5.50 € : 55 € Clone d'Arduino Mega : 8 € Shield I2C 16 sorties PWM : 2 € Pate thermique : 6 € Câbles, gaines, borniers, boitier : 20 € écran LCD... : prix suivant modèle
  18. Christophe, je vais me lancer dans la réalisation de ma rampe pour 1000L 180 x 90 x65 cm. Je vais ouvrir un topique pour ne pas polluer celui d'Olivier. Je pourrai évoquer les fruits de ma cogitation et discuter de tes choix.
  19. Il s'agit de quel densimètre ? Si c'est un aréomètre type JBL, le choix est bon. Les PV sont de quelle source : magasin, particulier ? Quel lieu géographique d'origine ?
  20. Hello Romain, je vois que tu reviens au récifal et que tu n'as rien oublié Thomas, as-tu lu cet article ? Il définit bien quels doivent être les taux de NH3, NO2... au démarrage du bac.
  21. Denisio

    Eau du Puit

    Bien reçu le projet d'article. Merci Michel Pas sûr que 5mn suffisent, il faudra un peu plus, après les soudures des supports du fishroom, les peintures plafond, mur et sol, l'électricité... L'osmoseur retire tout ce qu'indique Michel. Par contre il filtre à 95%. Il peut potentiellement laisser passer 5% de quelque chose dans tout ça.
  22. Si tu es bricoleur avec les mêmes tares que moi en électricité et électronique, franchement ça vaut le coup de se mettre à l'Arduino. Quand on débarque, c'est hard et il faut s'accrocher les premiers jours. Après, c'est un jeu. De mon côté je piloterai ma future rampe par Arduino. Ca peut rester très simple. Je vais aussi concevoir quelques automatismes habituels. Au final je m'intéresserai de près au projet Aquabouns.
  23. Denisio

    Eau du Puit

    Comme répondu, tu peux faire tous les tests que tu peux, tu risques de passer à côté de l'élément en surdose. Test ICP impératif puis tu avises. Mais comme le dit Michell, il ne s'agit là que d'un bilan chimique. Quid de l'état bactérien ? Dans le doute, je m'abstiendrais ou alors j'osmoserais l'eau du puit. Et pourquoi pas refroidir le bac avec, avec un échangeur.
  24. En effet, difficile de répondre tant ces cas particuliers sont pris en compte différemment selon les assurances. Chez Generali, pas besoin de signaler qu'on a un aquarium pour que les dégâts des eaux soient assurés. Mais l'aquarium et son contenu ne sont pas garantis. Ca c'est pour les eaux, pour les dégâts électriques… ca tombe bien mon assureur passe semaine prochaine, je lui poserai la question. Mais je m'attends à la réponse qu'ils t'on faite.
  25. Et plus tu passes sur Cap mieux on se porte
×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici