Aller au contenu

Bubule

Membre
  • Compteur de contenus

    2,139
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    39

Bubule a gagné pour la dernière fois le 12 décembre

Bubule a eu le contenu le plus aimé !

6 abonnés

À propos de Bubule

  • Rang
    Grand contributeur
  • Date de naissance 11/18/1919

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Localisation :
    Château-Thierry ou presque

Converted

  • Date de mise en eau
    20/6/2002
  • Volume net en litres
    450 (150 x 50 x 60)
  • Type
    Récifal
  • Maintenance
    Berlinois
  • Traitement eau d'apport
    Eau de pluie osmosée + résine
  • Traitement eau du bac
    Dtk SC2060 à la place d'un BBK mini200 à la place d'un H&S150F2001
  • Brassage
    1 nano 9045 + 1 Stream 6095 sur oscillateurs + MJ1000 aléatoire
  • Eclairage
    LED Alpheus Radiometrix 245W
  • Supplémentation
    Balling

Visiteurs récents du profil

1,019 visualisations du profil
  1. Bonjour, Le Levamisol a une action délétère sur les vers. Tu es en Jaubert ? Qu'en sera-t-il des vers qui peuplent le sable de ton bac ? Le traitement dure quelques heures. Sans doute une seconde vague quelques jours plus tard. Aura-t-il le temps de pénétrer toute la couche de sable ? Les effets sur les autres animaux sont essentiellement dus à la toxine que libèrent les planaires en mourant. Cette toxine bloque (ou limite) l'échange gazeux au niveau des branchies des poissons. C'est la raison pour laquelle il est conseillé de fortement aérer le bac avant et pendant le traitement. Le charbon extrait ensuite le produit actif et la toxine. Tu ne devrais pas avoir de perte sur les coraux. Extraire les poissons et autres invertébrés me semble une sage solution. Par contre pour sortir les occupants, tu risques de devoir démonter ton décor.... et le stocker pendant la pêche (piscine gonflable, poubelle, ...) Pourquoi mettre des PV dans le bac hôpital ? Peut-être que de simples cachettes suffiraient, tels que des morceaux de tubes, des pots de fleurs, ... Comme le font les détaillants dans leurs bacs de vente.
  2. Bonjour, Ton témoignage est intéressant. Mais il me fait réagir parce qu'il m'est parfois arrivé de mettre certains effets sur le dos de l'eau de pluie osmosée. A tord !! Que tu ais des Po4 dans la cuve, cela peut s'expliquer par la percolation de végétaux et autres impuretés organiques et minérales dans la cuve. Dans ma nouvelle installation, la cuve de stockage n'est plus isolée de la lumière. Et j'ai maintenant un développement d'algues dans la cuve. Celles-ci se développent en présence de nutriments (Po4) qu'elles consomment, et d'UV. Si des végétaux se développent, c'est bien que l'eau de pluie 'stockée' contient des Po4. Il serait d'ailleurs intéressant de les extraire, comme un filtre à algues. En entrée de groupe de filtration, le TDS-mêtre indique des valeurs comprises entre 8 à 30 ppm sur l'eau de pluie, en fonction de la concentration, car je recycle l'eau de rejet de l'osmoseur dans la cuve. Et parfois 40 ppm lorsque la sécheresse champenoise a trop duré, et qu'il me faut de l'eau. L'eau est toujours à 0 ppm en sortie de l'osmoseur, et celle-ci passe ensuite dans une cartouche de résine. Il ne doit vraiment pas rester grand chose en Po4 dans l'eau que j'utilise pour l'osmolation et les changements d'eau. En tous cas moins que si j’utilisais de l'eau de conduite osmosée. (Je suis maintenant tenté d'installer un conductimètre (µS) plus précis) Chez moi, il est plus que probable que les Po4 du bac étaient issus d'une sédimentation non extraite. Avais-tu vérifié ce qu'il y avait en sortie d'osmoseur ? Avais-tu une dernière filtration après osmose ? Cela va à contre sens avec le raisonnement précédent. Pour qu'il y ait plus de développement d'algues dans le bac (ou sur les vitres), c'est que tu as plus de nutriments... J'ai également eu des nécroses répétées qui m'obligeaient à changer toute l'eau du bac tous les 2 ans. Au final, c'était l'absence de microéléments qui en était la cause. Depuis l'apport régulier d'oligoéléments, tout est plus stable (croissance, couleurs). Et les algues repoussent sur les vitres ... Après plus de 10 ans d'utilisation de l'eau de pluie, je n'envisage pas de revenir à l'eau de conduite...
  3. Bonjour Ce modèle semble d'un bon rapport qualité prix. 3 cartouches démontables dont 2 charbon, un support... Il faudrait remplacer la cartouche charbon post osmose par une cati ani. Et lui adjoindre un système de mesure pour valider son bon fonctionnement. Un manomètre pourrait être utile pour vérifier la pression d'entrée. Qu'elle soit au moins à 2 bars. Le modèle de membrane (Vontron) ne m'est pas connu. Il faudrait vérifier qu'elle ait un bon rendement...
  4. Le rendement est également meilleur avec des cartouches à faible débit (50Gl). Ces 50Gl sont largement suffisants pour un aquarium de 600 litres. La plupart des fournisseurs proposent des ensembles pré-montés en 75Gl. On trouve peu ou pas d'ensemble en 50Gl. A noter que le restricteur est calibré pour le volume nominal de la cartouche. Si bien que si tu fais remplacer la 75Gl par une 50Gl, il faut en simultané faire remplacer le restricteur. J'avais également envisagé d'adjoindre un UV dans le circuit. Mais en amont de la cartouche d'osmose. L'eau que nous traitons n'est pas chlorée, et j'avais une odeur nauséabonde (proche de celle de la vase d'étangs) dans les cartouches de préfiltration. Le responsable d'Optima ne m'avait pas encouragé à l'incorporer, et j'ai finalement renoncé à l'adjoindre. Mon groupe tourne depuis quelques années sans, et rien ne laisse penser que les cartouches soient endommagées. Dans ton cas, si tu as une pression suffisante (tu dois bien avoir un mano sur ton surpresseur pour le vérifier), je me contenterais de : - 2 préfiltres transparents (2µm). Dont un charbon actif. - Une cartouche démontable avec membrane 50Gl + restricteur adapté. - Une cartouche de résine cati ani. - Un Jeu de raccords, tubes, T et vanne de rinçage. Pour la mesure, ce qui est important pour vérifier que les cartouches soient toujours efficaces : Les conductimètres en µS sont plus précis que les TDS-metre en ppm, mais je n'en connais pas qui s'installent directement sur les lignes... Tu devrais appeler un des fournisseur. Si il est sérieux, il te proposera un ensemble adapté à ton besoin. Edit : Ça existe ! Voir ici le PSC-60. Près de 150€ tout de même ... Edit 2 : version HM DM-2EC pour moins de 50 €
  5. Bonjour, et bienvenu sur Cap Récifal J'imagine que ton eau arrive sous pression. Si oui, quelle pression ? Peut-être peux-tu te passer d'une pompe booster. La préfiltration que tu disposes en 20 et 10 µm est très utile pour limiter les colmatages. Il te manque une cartouche de 2 ou 5 µm 'sédiments' avant l'étage d'osmose. Dans le cas où il te faudrait raccorder le système au robinet lorsque les cuves seront vides, ajoutes une cartouche de charbon actif pour protéger la cartouche d'osmose, . (La cartouche de charbon actif reste toujours en ligne dans mon installation.) Par précaution, j'ajoute également une cartouche de résine cati/ani en sortie d'osmoseur. Enfin, un système de mesure est très utile pour vérifier l'état de pollution de l'eau en amont et en aval du groupe de filtration. Je trouve la plupart des éléments dans cette boutique ainsi que des bons conseils. Neo3+ fait également quelques accessoires. Parfois, l'achat d'un groupe complet dans lequel on modifie quelques cartouches est plus économique que des cartouches au détail. Préfères les cartouches 10" dévissables transparentes. Elles permettent de vérifier et remplacer les cartouches lorsque nécessaire.
  6. Bonjour, D'une manière plus étayée que mon précédent message... Un taux de Po4 de 0.6 mg/l n'est pas mortel en soit. Nous sommes plusieurs ici à avoir eu des taux plus élevés pendant de longues périodes, sans noter une mortalité ou absence de croissance ou de couleurs malgré ces taux. Cela ne veut en aucun cas dire que c'est un état normal, et il est souhaitable pour nos hôtes de faire le nécessaire pour les baisser. Un taux élevé est le signe d'un problème. Dans mon cas, la présence de sédiments emmagasinés au fil des années dans des zones non accessibles en était la cause la plus probable. Le déménagement du bac (et donc son nettoyage), sans aucun remplacement ou ajout de PV, a suffit à diviser par 3 les taux en quelques semaines, No3 y compris, sans aucune autre action. Le retour à des taux bien plus acceptables de Po4 (proche des 0.1 mg/L, ce qui n'est pas le Graal pour la plupart) s'est fait ensuite par ajouts de résines, en passif. Les PV avaient vécues dans un environnement fort chargé pendant de nombreux mois (peut-être comme les tiennes), et pourtant elles ont été capables de reprendre leur cycle en peu de temps (quelques mois). La raison de cette baisse est peut-être une consommation par les coraux. Je ne peux l'affirmer, mais le résultat est toujours là. Dans ton cas, qui est un démarrage, si le reste de l'installation est correct (écumage, qté de PV, brassage, ...) et qu'il n'y a pas d'apport extérieur (eau osmosée de mauvaise qualité, apport de nourriture), je resterais serein. Ces taux devraient naturellement baisser. Élaguer les algues est un bon moyen d'export, puisque les algues en sont consommatrices (comme les zooxanthelles) La surveillance de ce paramètre de manière hebdomadaire devrait déjà montrer la tendance. Ensuite, si la tendance n'est plus à la baisse, une action sera à envisager. Mais j'aurais attendu pour voir. La paille de fer est un moyen, mais l'inconvénient, outre celui expliqué par Capei, c'est que les Po4 ont précipité. Et où ?? Que vont-ils devenir ?
  7. Bonjour, et bienvenu Ben, Tout ce qui est anormal est normal durant la phase de démarrage. Enfin c'est ce que je constate depuis pas mal d'années maintenant à la vue de chaque bac qui démarre. Si tu es certain que l'eau que tu introduis (osmolation, changements d'eau lorsque tu les feras) est à '0' au TDS-mètre. Tu verras les taux baisser d'eux-même d'ici quelques semaines. Tout à fait Patiencccccssssssss !
  8. Pas fan de ces bancs qui finissent à deux individus. Peut-être simplement commencer par des couples. Chromis et Anthias (j'ai les deux paires ). Voir un couple de P. fridmani.
  9. Bonjour, Ahhhhh pas bon çà ! Hors exception, les capteurs ne sont pas faits pour passer du courant. C'est la raison pour laquelle il se colle mais ne se décolle pas. Il te faut impérativement le relayer. Soit un relais, soit une carte de commande (Arduino, Pic, ...). Et même avec une carte, qui permettrait d'adjoindre des tempos, il faudrait relayer. Attention, si la tension qui alimente le relais (et passe par le capteur) est continue, il te faudra mettre aux bornes de la bobine du relais une diode de roue libre.
  10. J'essaie de comprendre comment ils arrivent à concentrer leurs solutions, sans trouver de piste à la lecture de leurs articles. Peut-être peux-tu poser la question à Tridacna, voir ce qu'il en pense
  11. Très jolie réalisation !! Je ne pense pas que tu auras de micro-déclenchement, car les capteurs TOR ont par nature une hystérésis. Il y aura naturellement du délai entre la mise en route et l’arrêt. Par contre, es-tu certain que l'endroit où sera installé ton filtre soit à niveau constant ? Même après coupure d'électricité ? Si comme moi, tout le niveau de la cuve technique monte sur arrêt de la pompe principale, tu as intérêt à temporiser la remise en route des automatismes (filtre, écumeur, ...). Pas certain qu'une mesure de luminosité soit plus pertinente qu'une mesure de niveau par contact direct. Si c'est dans un volume fermé, quid des ouvertures de portes ? Une mesure de niveau par électrode ou ultrason serait plus envisageable, mais à mon avis plus fragile qu'un capteur TOR du type que celui utilisé.
  12. Bonjour, As-tu envisagé la solution RAH(RD) ? Madame serait-elle opposée à toucher de la chaux ? (Cela implique également que tu aies un bon agitateur, une bonne pompe péristaltique et deux mesures pH de qualité). Dans la formulation Balling standard, la solution 2 est à saturation. Il n'est malheureusement pas possible de la concentrer. On s'en rend bien compte lorsqu'il faut diluer cette satanée poudre. J'utilise le Balling (standard) depuis des années. Le passage à une installation plus importante d'ici quelques mois, me pousse à m'intéresser à d'autres principes de supplémentation. Pourquoi pas un RAC... Ou à retourner vers le RAHRD...
  13. Hello, Pour isoler le bois de l'humidité, j'utilise une astuce qui évite de sortir les vernis, apprêts, et autres produits pouvant relarguer des polluants par la suite. C'est le film adhésif. Il existe chez Venilia (pub gratuite) du film transparent qui se colle bien sur le bois et résiste au temps. J'avais revêtu tout l'intérieur de mon meuble avec ce film, et il ne bouge toujours pas après 17 ans. En plus ça se lave super facilement d'un coup d'éponge ! Francky les bons tuyaux
  14. L' idée Soit 4 planches collées. Soit un bloc rainuré + 1 planche de fermeture
  15. Autre idée Plutôt qu'un assemblage de deux matériaux qui reprend les efforts via cet assemblage. Tu peux peut-être envisager un cadre métallique complet. C'est à dire avec les pieds métalliques qui descendent jusqu'au sol. Ces pieds avec une section suffisante pour résister à la charge. Des platines soudées en bout de ces pieds, fixées au sol pour en empêcher le glissement/écartement. Puis un simple parement en bois réalisé avec deux demi-coquilles assemblées par vissage ou collage. Des équerres soudées dans les angles pour te rassurer pourraient être cachées par le parement. Les verres ou autre n'étant là que pour l'esthétique...
×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici