Aller au contenu

Tournesol

Membre
  • Compteur de contenus

    26
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Tournesol

  • Rang
    Membre

Converted

  • Date de mise en eau
    22/7/2003
  • Volume net en litres
    700
  • Supplémentation
    RAC neo3plus MULTIRAC+++ v2 XL, RAH+++neo3plus XL

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. cest vrai mais si je prends un tuyau de 6mm mes asperseurs n'auront plus assez de debit. si je dérive une partie de l'eau seulement j'aurais moins d'echanges. Je suis dans une configuration particulière où l'eau n'est pas perdue et où un gros volume passe donc je pense qu'un tuyau de 13 est plus adapté. je compte mettre une vanne 3 voies En hiver l'eau part direct dans mon système d'arrosage en été elle traverse une spire de 13mm dans la décante qui est à 8m du distributeur d arrosage avant de gagner celui-ci. Comme après le bac principal est dans le salon rafraichi par le puis canadien ca devrait le faire et je garde l'air frais pour le salon Qu'en penses tu ? (au depart je comptais dériver de l'air du puis canadien pour rafraichir la decante)
  2. cest génial ton truc ! Pour certaine configuration, c'est comme le fil a couper le beurre. Jai un grand jardin avec un arrosage automatique qui consomme des litres et des litres . si je fais passer toute cette eau dans la technique dans un tuyau plus gros roulé en serpentin . actuellement arrosage sur 10 zones 30mnn par zone donc 5 heures de circulation deau toujours le soir au moment critique pour le bac, Je récupère plein de frigories Je ne dépense strictement rien et je pense que le jardin ne souffrira pas de recevoir de l'eau un peu plus tempérée.
  3. PS: ça y est je suis gueri! j'ai regardé des videos d'OPTR sur Vimeo, emerveillé et sans souffrir ! Tu n'aurais pas un conseil de N° pour un bac de mous/ DSB .. Enfin les conseils des pro pour un bac simple! C'est qu'il y en a un paquet !
  4. C'est vrai que cette idée me plaisait beaucoup, sans doute 😉 parce quelle me rappelle ma jeunesse et toutes ses bubulles .. mais confrontant mon intuition aux votres ... Elle me plait seulement un peu maintenant 😂😂😂 Finalement je pensais zéro pompes de brassage puis des bulleurs et 2 pompes ... peut être y aura t-il moins de bulleurs finalement !! Ceci dit ça ne coûte pas grand chose Ca dépendra des conso respectives Pompes à air Pompe brassage . A la fin il restera peut être juste un bulleur pour me convaincre que je n'avais pas tort 😂
  5. Je comprends bien tes réticences ... mais 😉 ! * J'ai un travail prenant et souvent je rentre épuisé .. et ça ne s'arrange pas avec les années... maintenant parfois c'est "presque mort" 😉 (6h >21h non stop sans manger avant hier)!! Toute tache imposée sera souvent repoussée! Combien d'entre vous respectent vraiment leurs intentions de changement d'eau ? * Évidemment Il y a des précipitations dans un DSB mais si le bac est très stable pas de raisons qu'il n'y ai de relargage brutaux. D'ailleurs Alain (un nom predisposé chez les aquariophiles Je veux dire Nitrobacter) siphone et nettoie ses DSB par petites tranches si j'ai bien compris. mais si j'avais ses connaissances j'ajouterai sans doute des trucs! Je suis bien conscient qu'il finira par y avoir des interventions mais je te promets que je n'ai quasi pas touché ni au décors ni aux refuge ni à rien pendant 8 ans .. et 8ans*365j*7litres=20440 litres et que le bac commencait à peine a decliné et n'a pas eu de maladie.. 20000 litres ça coute cher, mais ça enlève quand même des polluants et ça remets les oligo du début très régulierement sans risque de surdosage. Il y a quand même des échanges et des équilibres qui s'établissent entre les dépots dans le sable et l'eau. Les précipités de cochonneries peuvent être assez importants sans relarguage si on ne fait aucun changement brutaux . D'ou les changements d'eau réguliers (2fois par jour) * Les tests j'en ai fait une boite! en 8 ans juste le temps de me convaincre qu'ils n'étaient pas fiables, et que la nature gérerait mieux les éventuels problèmes sur un bac sain, si je me gardais d'y ajouter pas mes propres erreurs! J'aurais été intéressé par une évaluation grossière mais pas capable d'avoir suffisamment confiance pour faire des interventions. * Un RAC c'est beaucoup plus compliqué et c'est forcement automatisé .. Reglage CO2 Controle du PH etc. Quand au PHmetre ce n'est pas si fiable ca doit se réetalonner. Mon système de changement d'eau je ne me rappelle pas d'y avoir touché en 8 ans de fonctionnement sauf pour l'arréter en cas de départ en vacances (arrêt de la vidange automatique) et une fois pour changer le relai de bascule EauDouce/Eauosmosée que j'ai doublé ensuite. et la mini pompe de brassage de la saumure ( Mis trop de sel brassait quasi de la purée de sel! Je vidais directement le sel du seau dans ce bac de saumure) De toute façon la seule conséquence était alors une osmolation d'eau osmosée classique. * Pendant 8 ans j'ai changé pas loin de 1 % du bac quotidiennement sans presque jamais avoir eu aucune panne Le système reposait sur - un Osmoseur avec un petit ballon de mise en pression. - un robinet de chasse d"eau qui n'a jamais été change ... c'est le calcaire qui bloque nos robinets au bout de 5 à 10 ans et ici pas de calcaire! De toute façon il y avait Un trop plein sur la réserve d'eau osmosée (si le robinet avait fuit aucun soucis sauf pour le portefeuille) - un bac indépendant qui contenait la saumure brassée par une petite pompe 15minute plusieurs fois par jour. Celle ci tombait en panne parfois (rarement) à De toute façon aucune influence si panne de brassage, ça marche quand même Seul le sel fait des paquets non dissous en bas. - Un densimètre en verre bien visible dans le refuge à hauteur des yeux bien éclairé Pour m'ouvrir les yeux si celui de l'IKS avait déliré ! - Un densimètre sur l'IKS qui est un matériel très fiable qui basculait les osmolations de l'eau osmosée (via RAH), à la saumure (en direct) en fonction de la densitée. (jamais changé contraitement au sondes de PH) - Un osmolateur sur l'IKS doublé par 2 flotteurs donc arrêt des osmolations possible, mais débordement presque impossible (3 dispositifs d'arrêt) Comme c'est l'osmolation ultrason qui prime les flotteurs ne travaillent jamais et sont restés comme neufs! (c'est vrai que j'ai ajouté les flotteurs devant une décante vide une fois!! Un escargot sur la sonde je crois) - Une petite pompe de vidange dont le temps de fonctionnement déterminait la quantitée d'eau à vider vers l'égout . Panne d'IKS ou Panne de courant = Plus de vidange c'est pourtant le seul maillon faible donc javais ajouté aussi une alarme basse dans la décante avec envoi automatique de SMS (étonnant à l'époque Option de l'IKS) ! PENDANT LES VACANCES Pompe de vidange coupé = plus de changement automatique Robinet de fabrication d'eau osmosé coupé on osmolait alors sur la reserve seulement Mais après les quelques modifs de securité je n'ai jamais eu de panne. Quelle panne suggères tu sur ce système .. Evidement impossible ne veut rien dire tous les aquariophiles le savent! mais on peut aussi recevoir une météorite qui traverse le toit et frappe le bac 😉 et puis 8 ans sans soucis et presque sans maintenance, ca fait un bail quand même ! * Pour la philosophie génerale Le DSB Le gros refuge les PV partout dans le bac mais aussi dans la décante le refuge. Le refuge et le bac grouillaient vraiment ophyures vers de toutes taille Etoile acantaster blanche ? (trou de mémoire!) Je pense que tout ca peut gerer pas mal de choses. * Je constatais surtout qu'après la phase de démarrage nos bacs étaient souvent magnifiques entre 1 et 5 - 6 Ans puis déclinaient ensuite. Plutôt que d'ajouter plein de trucs qu'on ne sait pas doser, je tentais d'extraire des polluants non gérés par des changements d'eau importants (les aqua publics font souvent des changements d'eau massifs...) Ceci dit j'ai démenagé après 9 ans et le bac baissait un peu j'aurais sans doute fait une refection complète si je n'avais pas déménagé. * Changement d'eau permanents = Stabilité du Bac sinon on repousse et on change beaucoup d'un coup * Changements automatisés= changement toujours faits comme prévu. Voilà. A la retraite j'aurais sans doute plaisir à bidouiller chaque jour comme d'autres jardinent et enlèvent les roses fanées du jour .. Mes rosiers sont magnifiques ... une fois tous les 15 jours !! quand je les ai nettoyés mais globalement ils sont tristounets souvent avec leurs roses fanées! Mon Bac vivait tout seul ou presque et était beau (pour moi) tout le temps. Evidemment il n'avait pas beaucoup de SPS; mais des histoires et des découvertes oui chaque jour 😉 Je vois souvent des videos de bac extraordinaires qui n'ont rien à voir, mais je sais ce qu' il y a derrière comme Connaissances/Talent/Travail/Temps/sacrifices, et ce n'est pas pour moi. Avec 2 fois plus d'eau j'espère tenir encore plus longtemps.. Non je blague c'est le Bac qui me dira s'il faut faire une refection!
  6. Comme il est peu probable d'avoir la panne Edf en même temps qu'une panne sur les panneaux solaires , pour la journée il y aura toujours de quoi brasser.. reste la nuit Ca m’intéresse beaucoup ton expérience, tu tiens donc 72h avec un bac récifal de 750l? Quelle est la taille de ta batterie et combien de frigo congelos, appareils dessus en sus du bac ? J'avais l'impression que pour protéger un Bac le coût risquait d'être rédhibitoire
  7. Pour ma part la seule chose dont je puisse témoigner c'est que le puis provençal ça marche ! Avant hier toute la journée 40° dehors et 26° au maxi le soir dedans! Et la maison n'est pas au top pour l'isolation (Génération an 2000 Parpaing Polystyrène et ponts thermiques probables car ferraille partout pour le parasismique.) Le puis canadien par contre lui est au top 2m de profondeur (longueur de la pelle mécanique) 2 tubes de 30 cm parallèles de 35 m puis encore 10m à 1m de profondeur. Comme le sol est une espèce de poudre sèche (on peut laisser un tuyau d'arrosage ouvert à fond, On ne verra jamais de flaque!) .. j'avais ajouté un tuyau microporeux en me disant qu'une terre humidifiée est meilleure conductrice et que ça fera coller la terre au tuyau .. et ça marche car en envoyant un peu d'eau dans ce tuyau la maison est plus fraiche pendant quelques jours Je ne le fais que si canicule.
  8. J'espère qu'on aura droit a un suivi en règle 😉 Sinon j'avais vu tes dissipateurs Ils me plaisent bien et ils marchent presque sans énergie même s'il faut à mon avis prévoir une mini ventilation vers les pins.
  9. Non évidement le brassage auquel je pense est nul par rapport à celui des pompes modernes.. Le but est juste d'obtenir un truc qui assure le minimum vital avec le moins d'énergie possible en cas de coupure de courant. Ceci dans le but de tenir assez longtemps en cas de panne réseau. Avec le système de brassage moderne c'est quand même l’écumeur qui assure une bonne partie de l’oxygénation. (y a til des récifalistes sans écumeur ? Pour le cycle de l'azote on peu s'en sortir avec le DSB et les PV mais pour l'O2..) En cas de panne ma recirculation entre refuge / technique et bac consommera trop. C'est pour ça que j'avais envie d'avoir vos impressions de faisabilité sur un brassage temporaire juste à l'air (Bac et refuge). Intuitivement je pense que ça peut le faire mais les intuitions des fois ... Je crois plus aux intuitions collectives ;-) Sinon évidemment pompes de brassage classiques.
  10. Merci pour vos réponses, De toute façon je veux prendre mon temps et puisque le bac est tristement vide Je peux faire des essais sans animaux pour commencer... Merci à Ostrakow d'avoir rebranché mes neurones c'était bien de Lee Chin Eng que je parlais. Intuitivement je pense (mais je préfère me baser sur des essais..) * Que le systeme de Lee Chin Eng risque de mal marcher sur nos bacs actuels qui sont peu profonds (pour la lumière) car les grosses bulles plates mettent du temps à se former en remontant dans la colonne d'eau et risque donc de n'être efficaces qu'en atteignant la surface! * Que seules des pompes peuvent brasser correctement de l'eau pour des SPS mais ces coraux ne sont pas trop au programme, évidemment mon projet n'est valide que pour des LPS, des mous et des poissons (mais pas trop!) * Que des diffuseurs en revanche provoquent de belles colonnes d'eau ascendantes et font exploser la surface de contact donc l'oxygénation. et puis en arrière pensée je me dis que si la panne électrique dure j'ai une chance d’arrêter temporairement la recirculation avec le refuge l'écumeur etc (malheureusement ma technique est loin je crois que j'ai plus de 30m de tuyaux ;-( c'est énergivore ce transfert ...) si j'arrête écumeur et transfert, mais que je lance plein de diffuseurs ,(Bac et refuge), Plus peut être quelques pompes minimalistes j'espère pouvoir obtenir que les animaux passent le cap avec de l'inconfort mais pas de perte.. Sinon il faut garder les pompes de remontée et de transfert les pompes de l'écumeur, les pompes de brassage ... et le temps de survie s'écroule. Avec un gros diffuseur tous les 50cm je pense (j'espère!) qu'au lieu des courants rotatoires on obtiendrait des courants ascendants et descendants alternés et surtout en même temps une augmentation des échanges 02/C02 et en surface a peu près la même chose qu'avec des pompes (les couches superficielles plus oxygénées descendent vers le bas) Dans mon second aquarium marin (il y a 40 ans ...) j'ai maintenu quelques mois un corail mou, unique! un seul au milieu du bac et beaucoup de poissons juste avec des diffuseurs!! Les jeunes vont rigoler! Mon vrai rêve c'est surtout quand je pense au 64kw/h de la voiture électrique (de quoi tenir des jours pour un bac).. En cas de panne, le matin je piquerais la twingo essence de ma femme pour aller au boulot et je laisse la mienne ... aux poissons !! En attendant la V2G (dans 2 ou 3 ans?) il me faut trouver des solutions de survie. Sinon il n'y a personne qui ai mesuré la conso globale de son Bac ?? Vous avez trop peur ;-) et puis j'ai cherché un peu .. mais j'ai surtout des articles qui datent un peu et les LED ça change!! J'éclaire toute ma maison et mes gîtes pour 8 à 10 fois moins d'électricité en 7 ans. C'est quoi le meilleur pour vous actuellement pour nos bacs recifaux (si possible en auto fabrication Le bac en surface fait en gros 2,3m par 1m) Mes HQI (rouillés!) Je les jettent? Mes T5 je les gardent en complément ? Je pensais Eclairage modeste avec T5 et quelques spots avec des LEDs récentes ??
  11. Bonjour à tous, ça y est je suis cuit, et recuit ... j'ai commencé à regarder cap récifal qui n'existait même pas quand j'ai crashé mon bac ... et je sens bien que je suis à nouveau complétement acro! 7 ans sans bac pour moi, c'est trop dur !!! et ce grand bac de 1300l qui m'attend et me fait baisser les yeux 10 fois par jour depuis ces années... (l'ancien bac est installé en décante/refuge de 750l à la cave et tout ça est plein d'eau stagnante ... sans rien de vivant) Je commence à regarder ce site et je sens bien que je vais replonger 😉 Ils sont trop beaux vos bacs! et puis je suis un peu rassuré de retrouver les copains d'OP: Denisio Dompail Dlteck2000 Capei Ne manque que Blups dont les posts semblent dater un peu et Pascalbout qui avait déja abandonné en 2012. J'ai bien un peu honte pour Dlteck2000 à qui j'ai fait perdre beaucoup de temps pour rien ...et je le remercie encore de m'avoir gardé mes poissons pendant des semaines.. en perdant les possibilités de mise en quarantaine pour son propre bac... J'ai apprécié mais je n'ai pas su en profiter ;-( Non ne cherche pas, je suis caché sous la table ! J'avais juste oublié dans mon déménagement que dans la haute Provence on est presque jamais sans soleil, mais parfois jusque 24h sans electricité! Un projet de déménagement un peu trop ambitieux, Enfants thesards à nourrir... avant les poissons quand même! Pouvoir d'achat en berne .. La honte d'avoir perdu des animaux qui m'avaient tant émerveillés pendant presque 9 ans... Bref je baissais la tête devant le bac en regardant mes pieds. Mais il est bien là ce grand bac dans mon salon, il me fait de l'oeil, il commence à me pardonner ;-( La roue à tourné Ouf! Les enfants qui commencent à bien voler tout seuls, Une activité professionnelle qui explose, (un peu trop!); Les 3 gites terminés plein de touristes attirés par le Verdon, nos montagnes, notre Lac et nos champs de lavandes et qui viennent gentiment dépenser leurs sous chez moi!... et cette maison magnifique et immense dont je commence vraiment à profiter. Les panneaux solaires me fournissent déjà autant d'eau brulante que nécessaire (nos hôtes ne sont pas économes!) et récemment un bon filon pour avoir des kits Photovoltaiques à 1700 euros 3kWc me font penser que je vais pouvoir refaire un bac sans trop heurter mes convictions écologiques. Enfin un toit immense pour en installer plus que nécessaire si le budget suit, mais commande à faire en une seule fois et à bien dimensionner ce qui n'est pas simple. Finalement le seul moyen de retirer ce pincement au coeur devant le bac, c'est de le remplir!! Alors je vais le préparer ce nouveau Bac et lui laisser une empreinte carbone minimaliste et une sécurité maximale. Ca va être long mais j'y arriverai, et je pense que vos conseils seront précieux ! En attendant de pouvoir brancher la voiture électrique en secours pour la maison (ça viendra vite c'est la V2G), Il me faut sécuriser ce bac et là j'ai besoin de vous car l'eau a coulé sous les ponts et je ne suis plus dans le coup! Mon Projet: Rester sur la même philosophie que le premier bac qui m'avait donné tant de bonheur https://www.cap-recifal.com/articles.html/recif-en-vue/le-récif-de-tournesol-r10/ Assez proche de ce que prévoit Capei finalement. Un DSB avec juste un écumeur , un RAH et beaucoup de changement d'eau complètement automatisés. Aucun Ajout en dehors de la nourriture copieusement distribuée. Un Bac relativement autonome (Aucune liberté dans les horaires et l'intensité de mon travail ... Il doit se débrouiller quand je suis surbooké!) Un système de maintenance avec un mode secours qui marche assez longtemps sans électricité. Une grande prudence dans le choix des coraux (Mous et LPS surtout) Les Solutions envisagées: 1) Le meilleur moyen pour tenir un bac en vie un bon moment sans électricité me semble être le bon vieux diffuseur à air à mettre sous les PV. Je crois que c'est un vieux maitre chinois qui avait étudié cela, sans même mettre des diffuseurs, en échappement libre, il provoquait de grande bulles plates qui oxygénaient et brassaient le bac un minimum... Vu la taille du bac il faudra en mettre plusieurs et idem dans la/les décantes Il y a des pompes à air qui marchent en 12V et donc sur des batteries Quand le courant est là Les batteries peuvent faire des économies en distribuant le soir et la nuit le surplus de courant produit le jour par les panneaux solaires, sinon sans courant, on vit dans le noir, mais le bac lui est brassé/oxygéné! Un petit groupe électrogène est envisageable mais je ne suis pas convaincu car il n'apporte rien au quotidien quand le courant est présent, et puis depuis que j'ai une voiture full électrique (que du bonheur!) je ne supporte plus l'odeur du gasoil!. Surtout que depuis ces dernières années il faut être honnête les coupures n'ont pas dépassé 3heures et se raréfient.. Les batteries au contraire pourraient être rentabilisées en distribuant le soir le surplus des panneaux photovoltaïque . Si je suis absent elle ne seraient donc utilisées que pour le secours du bac. Une batterie pour faire marcher les pompes à air 12h ne devraient pas être très chère. Brasser 2000l avec des pompes ca consomme plus, et je perdrais en autonomie sans courant. J'envisageais aussi, pour en vérifier le bon fonctionnement, de déclencher, en sus des pompes, ce brassage par air tous les soirs un petit peu . Q1 Vous en pensez quoi? Diffuseurs ou pas? 2) Finalement l’éclairage est un poste de consommation électrique important surtout en journée La nuit on peut couper en partie le brassage et ne consommer que très peu. Donc si on a des panneaux photovoltaïques le jour on ne consomme presque pas (empreinte carbone) Mais c'est dur à dimensionner sans avoir la conso! Q2 Certains d'entre vous ont ils mesuré la conso globale de leur bac la nuit/le jour et pouvez vous me donner une estimation à la louche ?? Voilà les deux premières questions (plus que 998 !) pour ce projet, je vous remercie par avance de vos réponses Oups !! Je réedite mais ne trouve pas la solution premier post et pas dans le bon chapitre!! Pas trouvé comment passer le sujet de "poisons" à "bac et technique"
  12. 2003-2012, histoire d'un vieux bac de l'eau, du sel … et rien d'autre !! 1. Il est moche mon vieux bac ? L'aquarium en 2003Photo : Stéphane OLLIER Je ne sais pas, parce que je l'aime. « C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante ». Mon bac est donc unique au monde ! Alors, je vous laisse juges. Si je vous en parle c'est parce qu'une activité professionnelle un peu excessive m'a éloigné des forums aquariophiles pendant plusieurs années. En clair, je ne suis plus dans le coup et j'ai besoin de vos conseils pour le nouveau. Ce que je cherche dans un aquarium n'a pas changé, alors je vous raconte mon vieux bac pour que vos avis me permettent de peaufiner le suivant. Grâce à Deltek2000, que je ne remercierais jamais assez, je recommence à rêver aquario. Depuis des mois, je regarde mon aquarium avec tristesse en me demandant ce qu'il va devenir en déménageant, mais maintenant je retrouve le plaisir de cogiter sur un bac tout neuf, et dès que j'aurai un moment, je viendrai vous demander votre avis pour éviter les grosses bourdes. Si je vous en parle, c'est aussi parce que, sincèrement, j'aurais aimé trouver à mes débuts un bac qui correspondent à MES attentes, et qu'il m'a fallu longtemps pour sortir d'une technicité qui ne me convenait pas et trouver une maintenance adaptée. Il n'y a pas un bac pareil. La philosophie du mien est un peu différente de ce que j'ai pu lire sur les forums simplement parce qu'elle est adaptée à MON mode de vie. 2. Objectifs Désir de sécurité maximale pour les animaux. Si possible pas de maladie, pas de galère. Pas envie de toucher au bac tout le temps. Plutôt envie de le laisser vivre et de voir ce que la nature fait. De toute façon, un distrait qui bidouille, c'est dangereux ! Absences répétées, vacances avec les enfants. Maintenance minimaliste et un peu aléatoire, mais sans risque inacceptable pour les animaux. Je ne supporte pas l'idée que mes poissons aient faim … mais en même temps je suis convaincu que nourrir beaucoup permet la biodiversité. Pas de problème pour m'interdire les espèces fragiles ou exigeantes. Évidemment, avec ça ne comptez pas garder des SPS fragiles et ultra-colorés, mais du plaisir par compte oui vous en aurez, et des couleurs aussi malgré tout ! 3. Les résultats Je les estimais jusqu'à présent satisfaisants pour moi, j'en acceptais les limites mais je viens de subir mon premier crash alors que le bac a presque 9 ans (en Octobre 2012) et là, forcément, je suis un peu malheureux et pas très fier ! 4. Les erreurs, les échecs Le seul vrai pépin rencontré n'a rien à voir avec les solutions choisies, mais plutôt avec le fait que mes neurones collent de plus en plus … Les distraits ont-ils le droit d'avoir un bac ? C'est un autre débat. Une vanne déplacée, plus de retour entre la technique et le bac, donc plus d'oxygène juste en partant au travail. A mon retour tous les gros poissons ont la tête plantée dans le sable. Les petits flottent, déjà morts, mes anthias, mes viridis et mes dimidiatus (tiens, on m'avait dit que ça ne vivait que 4 ou 5 ans, je pense qu'ils en avaient bien 7), bref la cata et le désespoir. Un seul chirurgien est finalement mort : le japonicus. Les ocellaris et le chelmon pipaient de l'air en surface, ils vont bien. Restent donc les clowns, deux hepatus, un desjardinii, un chelmon, un flav et un lituratus à qui j'espère offrir une belle vieillesse sans nouvelle bêtise et un logement plus grand. La lumière : changements insuffisants, il ne faut pas attendre en regardant les coraux pour savoir si les ampoules ont dépassé leur date de péremption. Les rares Acropora (choisis pour leur résistance), surtout dans un bac probablement riche en nitrates ne l'ont pas supporté. Pourtant je n'avais que des espèces solides. Bref, maintenant je fais sonner le portable pour les changements d'ampoules. 5. Les réussites L'aquarium en 2005Photo : Stéphane OLLIER 8 ans sans algues ni maladie, encore maintenant et malgré 10 cm de sable jamais changé, jamais « tempêté », jamais nettoyé. Le dessus du sable est presque clair. Depuis 6 mois il y a pas mal d'algues, qui plaisent bien d'ailleurs à mes deux Oursins. Ceux-là ont bien supporté l'anoxie ! Mais je n'ai pas encore vu un corail en souffrir, Juste une branche de gorgone qui est recouverte d'algues, mais comme j'en ai une vrai forêt, ce n'est pas grave (je donne de la gorgone à tous ceux qui veulent venir à Luzarche le mercredi). Jamais une maladie, ou seulement 48h et guérison spontanée. Pas de perte recensée sur les poissons avant l'accident, seulement quelques pertes par «prédation naturelle» et un échec lors de l'introduction de kauderni. Une ophiure apparue seule au début dans le bac a fini par faire 60cm, je l'ai laissée. Mais elle se servait en attrapant des poissons. J'ai donc dû intervenir après l'avoir vu chasser (un Cryptocentrus cinctus roulé dans un gros nœud de pattes). Avant je ne comprenais pas ! Le calme, la paix, pas de baston entre les poissons très bien nourris. Ce n'est pas le grand amour entre les deux gros hepatus mais je ne vois jamais un coup de queue et ils mangent côte à côte. Ils ont juste partagé le bac en deux moitiés. Des naissances tous les jours, des bebêtes qui grouillent partout, des pontes une à deux fois par mois. Des reproductions, de mous bien sûr, mais aussi d'Euphyllia qui lâchent comme de grosses gouttes de corail dont la base dure et lourde va se planter dans le sable. Reproduction sexuée de Tubastrea, avec même des implantations à distance dans la décante située dans le garage. Le grand cycle de la vie avec les excréments et les polluants, captés par la surverse, qui tombent dans le refuge où des mysis se multiplient et reviennent par gravité nourrir les poissons dans le bac ! Tout ça juste en regardant... ça me plait bien ça ! Avec l'apparition d'algues, j'ai l'impression que j'ai atteint les limites du non-interventionnisme. Ca tombe bien je déménage dans deux mois et je vais leur offrir un grand logement tout neuf. La pousse des coraux et gorgones est très lente mais régulière et ils semblent bien en forme. Le calcium ne doit pas être bien haut. Pas de soucis non plus en dehors des dégâts sur chute en vacances. Et mon beau Sarcophyton qui fait maintenant la tête et régresse. Les Euphyllia en dur vont bien. 6. L'installation 6.1. Le bac Le bac mesure 185 x 60 x 65 cm et est d'une contenance de 700 litres. Le meuble et la galerie d'éclairage sont réalisés maison. L'éclairage est composé de deux HQI de 150 w en 10000 kelvin et d'un HQI de 250 w en 14000 kelvin placé au centre de la rampe. Le brassage est constitué de deux pompes Tunze Stream. La climatisation est assurée par une série de ventilos de PC (12 V) afin de chasser l'air au-dessous des HQI et augmenter l'évaporation. Un gros ventilateur est ajouté au-dessus de la décantation en période de canicule. Le décor du bac est central, ce qui permet de le regarder sur 3 faces 6.2. La technique Illustrations : Stéphane OLLIER La zone technique est déportée dans le garage à 3 bons mètres du bac. L'eau circule par un système de tuyauterie passant en dessous par le vide sanitaire pour remonter ensuite vers la décante et la technique. La partie technique est composée de deux bacs de 200 l chacun, l'un au-dessus de l'autre, dans un meuble simplifié. Le premier, posé sur un support plus haut que le bac principal, contient le refuge avec un retour par simple gravité vers le bac technique. Cette partie technique est compartimentée en 6 volumes : 6.3. Bac supérieur Bac supérieur avec refugePhoto : Stéphane OLLIER - Volume 1 : une petite réserve d'eau osmosée. - Volume 2 : un compartiment polyvalent, qui en général sert à préparer l'eau de mer pour les changements d'eau. Déconnecté du circuit principal, il se transforme facilement en bac hôpital ou, lors des vacances, en volumineuse réserve d'eau osmosée. - Le refuge proprement dit est constitué d'une cuve de 200 litres. Une pompe maxi-jet d'aquarium system y assure un léger brassage. Il est composé de pierres vivantes et d'algues diverses. L'éclairage est assuré par un HQI. Bac 6.4. Bac inférieur - Volume 4 : ce premier compartiment récupère les déchets les plus grossiers et permet éventuellement de mettre du perlon dans la passoire en plastique ou des produits anti-phosphate en dessous. - Volume 5 : la partie à niveau fixe, qui sert de décantation, peut contenir un ou deux écumeurs, un futur DAS éventuel, etc. - Volume 6 : la partie à niveau variable qui contient la/les pompe(s) de remontée et les capteurs de l'osmolateur. Un réacteur à hydroxyde est chargé des apports en calcium. 7. La méthode de maintenance En résumé : DE L'EAU, DU SEL ET PAS TROP D'INTERVENTIONS. Vue d'ensemble en 2006Photo : Stéphane OLLIER Toute la technique est doublée. Les pannes n'ont jamais eu de conséquence. Changements d'eau importants et automatisés (20 kg de sel par mois) soit 0,5 % deux fois par jour. Jamais d'ajout de quoi que ce soit (exclusivement du sel et de l'eau). Remplissage automatique de la réserve d'eau osmosée en pression avec un flotteur de WC. Refroidissement par gros ventilo sur décante déclenchée par l'IKS. Volume d'eau assez important, à la louche presque 700 l pour le bac, 120 l pour le refuge, 150 l pour la décante, 100 l pour la réserve de saumure (je pense que cette méthode est vouée à la cata dans la durée, sur un mini-volume). Un écumeur vidé 6 fois par an, pas de RAC, plus de RAH (Il est là mais plus rechargé en hydroxyde). Jamais de test, je ne connais aucun paramètre sauf ceux affichés sur l'IKS. Jamais de réfection de bac, quasi pas d'intervention sur les coraux (c'est vrai que le brun gagne !), jamais de siphonnage ni de nettoyage de la décante du refuge ou du bac. Trois copieuses distributions automatiques de mélange de granulés. Une distribution de trois à quatre cubes de congelés chaque jour quand je suis là, 2 fois par semaine quand je suis absent. En pratique : Je balance 3 ou 4 grands pots de sel dans la réserve de saumure dès que le densimètre de cette réserve descend (pas de mesure, pas de fréquence précise). Je nettoie les vitres du bac quotidiennement en le regardant. Je remplis les distributeurs automatiques de nourriture environ 1 fois par mois lorsque je ne vois plus de granulés tomber. Les poissons savent très bien me le faire remarquer. Je donne le congelé chaque jour. Je nettoie (rarement) l'écumeur. Je change les ampoules … pas assez souvent. Je regarde le bac et le refuge (j'aime bien les petites bêtes...), et c'est tout ! Tranches de vie entre 2007 et 2008Photo : Stéphane OLLIER 8. Comment ça marche Il y a beaucoup de PV dans le bac, mais la décante et le refuge en sont pleins également. Pas de coraux trop exigeants. Par contre, avant l'accident, les anthias et le japonicus, plutôt réputés sensibles, n'ont jamais été malades. Les poissons semblent bien supporter la méthode. Je pense donc que le taux de nitrates est raisonnable. En revanche, mon sable doit être bourré de phosphates précipités. Le bac, ses PV et la grande biodiversité se sont adaptés aux surplus de nourriture et maintiennent des paramètres STABLES. Les polluants sont malgré tout évacués grâce aux volumineux changements d'eau, changements d'eau importants et très réguliers puisque c'est l'IKS qui le fait. Il vide 0.5% d'eau 2 fois par jour et en fonction de la densité ajoute de l'eau pure ou de la saumure (une petite pompe brasse celle-ci). Quand je m'absente, je débranche la pompe de vidange car j'ai déjà eu une panne qui a vidé la décante ! Le système est doublé en cas de débordement mais pas pour une vidange qui délire ! Il n'y a donc plus de changement d'eau quand je pars pendant une à trois semaines. 2012, évidemment, le bac a vieilli, mais moi aussi !Photo : Stéphane OLLIER 9. Mon prochain bac Il sera encore plus naturel : refroidi par l'air frais d'un puits canadien et la ventilation d'un grand refuge (le 700 l actuel), chauffé par l'eau d'un panneau solaire, éclairé en T5 et LED pour limiter la consommation et l'empreinte carbone. J'essaierai peut-être un petit spot LED pour mettre deux ou trois SPS basiques mais je garde mes mous et mes Euphyllia qui accepteront ma réduction d'empreinte carbone sans rechigner … Je vous soumettrai plus tard mes idées pour le nouveau bac, seule sa taille est fixée : 1 x 2.30 m, coincé entre deux colonnes. Il ne sera pas très haut pour un éclairage modeste en cohérence avec le reste. Un bac tout simple, qui ne permet pas les SPS très colorés mais qui, en revanche, autorise une certaine liberté et donne beaucoup de plaisir. Stéphane OLLIER (Tournesol) Article publié par Cap Récifal le 01 juillet 2012 avec l'aimable autorisation de l'auteur. Sujet de discussion sur le forum.
  13. et ben dis donc !!! Quand je pense que je donnais quelques conseils aux photographes débutants .... Il va falloir que je prenne des cours quand je vois vos images! Magnifique ;-) J'avais reconnu la patte de Cornu des que j'ai découvert ce nouveau site mais je vois qu'il n'est pas le seul à nous faire des merveilles. Il faut absolument que je retrouve un peu de temps pour venir voir vos oeuvres de temps en temps...
×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici