Aller au contenu
  • Ballade à Océanopolis


    Bubule
    • C’est lors de nos dernières vacances estivales et après avoir découvert les merveilleux paysages de la pointe de Bretagne que nous avons effectué un petit détour du côté de Brest afin d’y visiter son aquarium : Océanopolis...

    ... car il n’était pas question de quitter cette région située à presque 700 kilomètres de la nôtre sans y avoir fait un petit détour…  Alors voici un petit compte-rendu avec images.

    Très facile d’accès par la route tant le fléchage est bien fait depuis le centre-ville, ses parkings attenants (et gratuits) semblent bien proportionnés au regard du nombre important de visiteurs que nous avons côtoyés pendant notre visite en cette pleine saison. Quant aux plaisanciers venus par la mer, tout au bout de la rade de Brest, le port du moulin blanc borde l’aquarium. Difficile de faire plus près !

     
    1.jpg
    Brest et Océanopolis.
    2.jpg
    Vue satellite.
    41.jpg
    Vue du port du Moulin Blanc

     

    3.jpg

    D’un volume imposant, cet aquarium est constitué de plusieurs complexes dédiés aux différents biotopes : Le tempéré, le polaire et le tropical. Nous souhaitons tout d’abord commencer notre visite par le pavillon tempéré afin de monter progressivement en puissance vers le pôle qui devrait le plus nous en mettre plein les yeux. Mais nous avons dû rater quelques fléchages car nous avons bien du mal à trouver son entrée.

    Nous nous retrouvons rapidement devant quelques bassins extérieurs devant lesquels nous resterons quelques minutes à contempler une paire de loutres en plein batifolage. Toujours aussi amusantes à regarder !

    4.jpg
    5.jpg
    Le balet des loutres.

     

    À côté, une paire d’otaries faisaient de même. Nous nous trouvions à la sortie du pavillon polaire… Toujours est-il que je ne regretterai pas cette erreur puisqu’à notre retour sur le lieu quelques heures plus tard au moment de notre sortie, les loutres s’étaient réfugiées dans leurs abris pour dormir.

    Nous retournons finalement au pavillon tempéré après ce léger égarement. Le feuillet fourni à l’entrée était pourtant bien explicite. Ce pavillon consacre une bonne partie de sa surface aux biotopes locaux. Il dispose de quelques bassins ouverts sur l’extérieur tel celui des phoques de Bretagne (hé oui, nous aussi nous avons été surpris, il existe bien une colonie au large des côtes Finistériennes). On peut donc s’adonner à la contemplation de ces animaux tant par le dessous que par le dessus. Dessus par lequel nous pourrons assister à une séance de nourrissage et de soins. Ces animaux joueurs aux expressions… espiègles, sont toujours un régal à observer.

    6.jpg
    7.jpg
    8.jpg
    Les phoques gris de Bretagne

     

    9.jpg
    Bac tactile.

    Outre les nombreuses espèces présentes, quelques points atypiques sont à noter, tel un aquarium de faible hauteur, ouvert au toucher, amusant point de découvertes pour les enfants.

    On peut également y découvrir un petit caisson étanche maintenu à une pression de l’ordre de 200 bars afin de maintenir quelques crustacés vivants à 2000m de profondeur. Ou encore un aquarium qui pourrait plaire aux fans des fortes épaisseurs de sable : Un bac de maintenance de langoustines, où l’on peut facilement les voir vivre et évoluer à l’intérieur de leurs galeries, dans le même esprit que les bacs en verre abritant des fourmis.

     

    Quelques bacs retiendront particulièrement notre attention :

    10.jpg
    Bac nurserie à raies.
    11.jpg
    Ballet de méduses. La couleur d’éclairage et le faible courant en rendent l’observation presque hypnotisante.

     

    À côté des nombreux bacs présentés, des panneaux explicatifs sont là pour expliquer correctement les éléments à découvrir. L’aquarium est également doté de quelques salles ou auditoriums où des films tournent en boucles pour expliquer plus en détails la vie des animaux présentés. Ces films de courtes durées sont plutôt bien faits, car ils maintiennent rapidement l’attention.

    12.jpg
    Manchots.

    Nous quittons ce pavillon pour nous diriger vers le pavillon polaire. Nous gardons le pavillon tropical pour la fin. La visite commence par la visualisation d’un petit film sur écran "grand large" qui nous met bien dans l’ambiance des grands froids. La projection se termine par l’ouverture d’un rideau sur le bassin aux manchots. La glace de la banquise est là, juste derrière la vitre, alors que nous sommes en petite tenue estivale. Quel contraste !

    Nous assistons au nourrissage de la colonie constituée de trois espèces de l’antarctique, dont des manchots royaux. Superbes ! La condensation sur les parois vitrées et le manque de lumière ambiance grottes, ne favorisent pas les prises de vues… Et çà nage vite ces petites bêtes…

     
    13.jpg
    14.jpg
    15.jpg
    Manchots en action.

     

    16.jpg

    Nous sommes surveillés pendant notre visite… par un ours polaire … Naturalisé ! D’autres peluches grandeur nature garnissent un espace qui représente la vie du grand nord, avec ses Inuits. On pourra également y contempler un bassin d’environ 1000m² avec sa banquise, où s’ébrouent quelques phoques. D’autres aquariums de dimensions plus standards garnissent le pavillon afin de nous faire découvrir les biotopes des mers froides. Brrrr !

    Il est temps pour nous d’aller nous réchauffer et nous orienter vers le pavillon le plus attendu (pour moi en tous cas) : le tropical. L’entrée nous met tout de suite dans l’ambiance du lagon avec un plan d’eau de plusieurs mètres carrés de faible hauteur, visible par le dessus.

    17.jpg
    18.jpg
    Le lagon.

    Nous pénétrons ensuite dans un ascenseur aux parois vitrées qui nous laisse doucement glisser le long du bassin à requins (1000m3). Quelques points de vue sont aménagés autour. Ils nous permettent de nous immerger au milieu de ces animaux marins grandioses et redoutables qui cohabitent ici au milieu de bancs de poissons baladeurs paisibles. Une réelle impression de sérénité !

    19.jpg
    Requin.
    20.jpg
    Poisson-scie.
    21.jpg
    Banc
    22.jpg
    Requins.
    23.jpg
    Nez à nez ! Qui observe qui ?

     

    Nous voyons parfois sur Cap Récifal des bacs aux dimensions de rêve… Et bien là, il y a de quoi tomber le cul par terre. Imaginez une façade de 13 mètres de long sur presque 1,5 mètres de haut ! Rien que des coraux sur un tombant prenant toute la surface visible.

    24.jpg

     

    25.jpg
    Pygoplites diacanthus.

    Ce tableau magnifique habité par une multitude de poissons coralliens. Certains vivants en couple tel ce couple de Pygoplites diacanthus.

     

    Des Montipora qui dépassent les 50cm côtoient des Accropora de volumes similaires. Une quantité phénoménale de genres et d’espèces de toutes tailles et couleurs. Pas vraiment de couleurs extravagantes qui en mettent plein la vue, peut-être d’ailleurs du fait de la hauteur de ce bac que l’on admire d’un peu plus bas que nos bacs de salons, mais une impression d’homogénéité. De vraie nature.

     
    26.jpg
    27.jpg
    28.jpg

     

    Et ce n’était que la mise en bouche !

    Un bon nombre de bacs aux dimensions plus standards, agrémentent le parcours. Ces bacs ont tous une spécificité. Ils me donnent l’impression d’avoir été créés et maintenus par des récifalistes comme nous, juste d’un niveau à la hauteur du lieu.

    29.jpg
    30.jpg
    Des bacs écotypiques, habités de leur faune : poissons, coraux, bénitiers...
    31.jpg
    32.jpg
    Quelques petits bacs spécifiques avec des animaux un peu plus solitaires comme cette murène, ou bien dédiés aux gorgones.

     

    Un bac doté d’une caméra fortement zoomable (presque macro), que le spectateur peut déplacer à sa guise lui permet de mieux découvrir les polypes et les couleurs des coraux par le dessus. L’image de la caméra est projetée sur la vitre de fond, mais également sur grand écran au-dessus du bac.

     

    33.jpg

     

     

    Puis le clou du spectacle : Un bac récifal écotypique de l’océan Indien d’un volume de 300 000L, où semblent vivre en parfaite harmonie une multitude de poissons et de bancs !

    34.jpg
    35.jpg
    Bac écotypique de l'Océan Indien.

     

    Devant un tel spectacle, mon esprit était plus enclin à rêver devant cette immensité, qu’à regarder derrière le viseur de mon appareil photo. Je pense que vous me pardonnerez la faible quantité de vues de ce magnifique aquarium ! À voir de ses propres yeux !!

    La sortie de ce pavillon s’effectue en traversant une jolie serre tropicale avec une mangrove plantée de ses palétuviers.

    Cette visite s’achève en quelques heures avec l’impression de n’avoir vu qu’un partiel de ce qu’il y avait à voir, tant les bacs regorgent de vies et de choses dont certaines ne se laissent découvrir qu’avec un minimum d’attention, comme par exemple les tortues des Caraïbes que nous n’avons pu observer.

    Globalement, cet aquarium m’aura laissé une impression de propreté et de volonté de faire découvrir la beauté et la fragilité d’un monde marin dont la pérennité ne dépend que de nous.

    Beaucoup de panneaux explicatifs sont positionnés tout au long du parcours. Également des jeux de découvertes permettent de mieux comprendre le milieu marin. Mais par manque de temps, il nous est impossible de tous les lire. On ressent également l’attention permanente que doivent porter les équipes de soigneurs tant tous les animaux m’apparaissent en bonne santé.

    Un aquarium à revoir donc. Ce sera une bonne raison pour retourner dans cette superbe région. Côté technique, peu de choses sont visibles. On ne distingue pratiquement aucune pompe ou sortie d’eau, aucun écumeur ou boitier d’éclairage. Seules quelques boites à vagues sont trahies par la présence de remous en surface bien reconnaissables. Toutefois, sur le parcours, un hublot nous permettra de visualiser un petit morceau d’un des systèmes d’épuration. Un panneau explicatif y est associé.

    36.jpg
    37.jpg
    Un apercu de la partie technique.

     

    Voilà un petit résumé de notre visite. Le but était de vous donner l’envie d’y faire un tour (ou détour). J’espère avoir réussi ! Le conseil que je peux vous donner, c’est de prévoir la journée entière afin de mieux profiter de son potentiel de découvertes. De retourner à plusieurs reprises sur certains bacs afin de les redécouvrir tant d’une heure à l’autre le spectacle peut être différent.

    Et pour ceux qui souhaitent découvrir les alentours...

    38.jpg
    L'Ile vierge.
    39.jpg
    Paysage côtier.
    40.jpg
    Pointe de Pen Hir.

     

    ...il y a juste en face quelques paysages magnifiques avec des plages du côté des pointes.

    Franck PONGNAN

     

    Article publié par Cap Récifal le 13 décembre 2013 avec l'aimable autorisation de l'auteur.
    Sauf précision, les photos sont la propriété de l'auteur.

     

    Sujet de discussion sur le forum.



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Invité
    Cet élément ne peut plus recevoir de commentaires supplémentaires.

×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici