Aller au contenu

Pilotage de course : ICP, produits Tridacna et calculateur ?


Messages recommandés

Bonjour à tous,

J'ouvre ce nouveau post car la question s'est un peu déplacée par rapport à ma précédente interrogation sur une maintenance basée sur ICP avec complémentation selon les résultats. Initialement, la question était de pouvoir se passer des changements d'eau, mais je n'y arrive pas, donc je resterai de base sur 10% par semaine, ce qui permet de ne paqs trop dériver non plus (je pense).

Donc pour mémoire, je me posais la question de "confier" une remise à plat des paramètres de mes bacs à AMS / Rudy Mathy (Recifal Must, RM). Pour ceux qui ne connaissent pas, le principe est de réaliser des ICP mensuels, de communiquer les résultats à AMS ou RM, qui ensuite calcule les compléments à apporter avec les produits etc.
Aujourd'hui, la question est davantage de réguler certaines carences, pour éviter les coups de mou de certains de mes pensionnaires (Gonioporas, Euphyllias, ...) notamment en Strontium, en Manganèse etc.

Bref, en rediscutant avec RM sur une éventuellement mise en place de ce pilotage éléments par éléments, je réalise qu'en fait, mes ICP (sans être fabuleux) sont corrects et ne demandent pas 25€ de produits par mois : les oligos et minéraux Tridacna, avec le calculateur (que je viens de découvrir !), devraient faire le job, non ?
J'avais déjà fait une tentative, mais sans avoir vu qu'il y avait un calculateur, et j'ai bien galéré pour croiser les résultats de l'ICP avec les concentrations des produits Tridacna pour trouver quels volumes ajouter... Si le calculateur est fiable, alors pas besoin de AMS ou de Rudy, et de leurs produits à x € alors que les fioles Tridacna coûtent 10 fois moins...

Et je sollicite votre avis : on est d'accord que mathématiquement parlant, les formules du calculateur sur le site Tridacna sont OK ? (en faisant bien attention à la correspondance des unités, évidemment, quand on saisit les résultats des ICP)

calculateur oligo tridacna-1(2).xls

Modifié par Virginie
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 9 heures, Virginie a dit :

une maintenance basée sur ICP avec complémentation selon les résultats. Initialement, la question était de pouvoir se passer des changements d'eau, mais je n'y arrive pas, donc je resterai de base sur 10% par semaine

Il serait illusoire de penser qu'un changement d'eau partiel remet tous les curseurs dans les normes si l'apport par changement d'eau de de x% est inférieur à la consommation des habitants. Une supplémentation s'impose donc, fonction de la consommation. C'est ce que nous faisons pour les éléments maitres (Ca, KH, Mg), dès lors que le bac est garni de calcificateurs, où la consommation excède clairement l'apport par les changements d'eau. Pourquoi en serait-il autrement pour les éléments traces ?

 

Par contre, il faut se rappeler que l'extraction des sédiments dans certains endroits du bac, s'effectue par un siphonnage régulier. Ce qui génère normalement un changement d'eau dans la foulée. Avec renouvellement des éléments à hauteur du pourcentage du changement d'eau (à la condition que le sel employé contienne la bonne proportion d'éléments). Pour un FO, cela peut certainement convenir. Pour un bac chargé de coraux, c'est peu probable.

J'ai déjà eu des départs de nécroses sur mon bac (voir le sujet du bac à Bubule) où seuls des apports massifs d'oligos permettaient d'enrayer les nécroses, malgré des changements d'eau de l'ordre de 20% tous les deux mois.

Remarques intéressantes d'Olivier ici.

Cela abonde avec ce que tu envisages de mettre en place.

 

Il y a 9 heures, Virginie a dit :

on est d'accord que mathématiquement parlant, les formules du calculateur sur le site Tridacna sont OK ? (en faisant bien attention à la correspondance des unités, évidemment, quand on saisit les résultats des ICP)

Je ne l'ai jamais utilisé. D'autres ici peut-être...

En tous cas, la base de calcul semble fiable.

20240425_112050.jpg.7eb59b956c72e7d787dc8b4681de7033.jpg

Modifié par Bubule
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai rajouté hier le début d'une remise à niveau de strontium : un Gonio (encore un !) faisait la tête depuis 3 jours : il est pleinement ouvert maintenant.
Je vais essayer d'être plus régulière dans mes envois pour ICP, pour voir si des tendances se dessinent. A priori, sur les 7-8 oligo en carence, la moitié était déjà en carence à l'ICP précédent. Par contre, quelques autres en carence la fois d'avant sont cette fois-ci en excès. Pour le manganèse, je comprends, j'ai fini par doser au pif... mais pour les autres en excès, je ne sais pas trop d'où ça peut venir, sauf à accuser un phyto que je redonne.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Publié (modifié)

Peut-être. Mais se pose la question pratique de préparer d'un bloc 600L de flotte à la bonne densité, bonne température et de chopper les poissons... Economique financièrement, mais en terme de stress, à moins d'un grooooos souci que seul un changement d'eau de 100% peut régler (ou d'une envie de refaire complètement la déco du bac), c'est coûteux.
Ou alors il y a une organisation qui facilite ce genre de grandes manoeuvres ?

Après, le coût des produits Tridacna, c'est vraiment pas grand chose (comparé à d'autres postes de dépenses).
S'ajoutent en effet le coût des ICP, mais je me dis qu'au bout d'un moment, on doit pouvoir percevoir des régularités en terme de consommation / excédents et que les ICP peuvent s'espacer ensuite.

Modifié par Virginie
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui, tu vois juste. À mon avis...

Pour les poissons, il n'est pas nécessaire de les sortir. Ils s'accommodent des quelques centimètres d'eau que l'on n'arrive pas à siphonner. Et cela ne dure que quelques secondes, si l'eau du changement se trouve à proximité. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis en pleine réflexion sur le sujet, car avec un bac de 3000L, la supplémentation avec les produits "de marque" (type Aqua F, Fauna M, RM, ...) coûte un bras. Ce qui me gène avec ces produits, c'est le manque de transparence des fabricants qui n'indiquent pas la composition de leur produits, alors que ce sont tout bêtement des produits chimiques de base (Iodure de potassium, chlorure de calcium, ....) en qualité pharmaceutique dilués dans de l'eau déminéralisée. Au final, on paye très cher au kilo cette supplémentation.

J'ai récemment testé Tridac... après avoir bien échangé au téléphone avec Jean Fritsch (quelqu'un de très disponible et de très pédagogue). Son calculateur semble fiable, et les produits sont intelligemment conditionnés (conditionnés à sec, à nous de rajouter l'eau pour en faire une solution). C'est une entreprise un peu "Old School" (donc pas de communication à outrance sur les réseaux sociaux comme certains) mais très compétente. Je recommande !

En parallèle, je vais regarder comment me fournir directement en produit chimique de base pour me faire moi-même mes propres solutions de supplémentation (j'ai initialement une formation de chimiste), mais ça sera quand j'aurai du temps !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour le changement d'eau, je fais 300L par mois, j'utilise pour ça une cuve alimentaire avec une pompe de brassage intégrée, pas de chauffage (car pièce climatisée), un remplissage du bac par pompage. La vidange se fait avec une évacuation directe à l'égout.

Je pense bientôt modifier ce système pour le même sur pompe doseuse pour lisser le changement d'eau sur un mois, et surtout l'automatiser !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis d'accord avec toi sur les produits de marque et l'absence de transparence et/ou de souplesse : on peut avoir besoin de Strontium, mais pas de Barium, et du coup, des solutions qui mélangent tout ne sont pas adaptées.

@Florent31Est-ce que ta formation en Chimie te permettrait de répondre à une question que je me pose ? On voit chez les marques que les solutions regroupent plusieurs oligos, mais en séparent d'autres = j'en ai déduit qu'il devait y avoir des réactions entre éléments, soit non-souhaitées car aboutissant à des composés inintéressants, soit toxiques. Est-ce que tu en saurais davantage ? Quels oligos ne pas mettre ensemble ? Ou c'est juste commercial et ça permet de vendre plus de produits ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 5 heures, Virginie a dit :


@Florent31Est-ce que ta formation en Chimie te permettrait de répondre à une question que je me pose ? On voit chez les marques que les solutions regroupent plusieurs oligos, mais en séparent d'autres = j'en ai déduit qu'il devait y avoir des réactions entre éléments, soit non-souhaitées car aboutissant à des composés inintéressants, soit toxiques. Est-ce que tu en saurais davantage ? Quels oligos ne pas mettre ensemble ? Ou c'est juste commercial et ça permet de vendre plus de produits ?

Je n'ai qu'une licence de chimie... et ça remonte à bientôt 30 ans !... Mon niveau me permet sans difficulté de maitriser tout ce qui est gestion des quantités et des dilutions. En revanche, je ne suis pas rentré dans le détail des interactions possibles entre les différents réactifs, mais je suppose qu'il y a des risques de création de sous-produits indésirables ou inutiles. Par exemple, chez AF, les oligos sont regroupés en 4 familles : baryum + strontium (ions +), les métaux (ions +), les halogènes (ions -) et le potassium (ions +). Sans trop chercher, on peut se douter qu'en mélangeant en concentration élevée les métaux et les halogènes, on risque de former des précipités de chlorure de quelque chose.

Il y a donc pour moi une réelle nécessité de séparer les différents produits sous forme concentrée

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour

Vous ne verrez jamais des communications à outrances sur les forums et les réseaux sociaux de la part des Produits Tridacna.

Pour répondre à Virginie, je propose une gamme d'oligos séparé en 3 flacons, car  certains métaux  en contact avec des halogènes il y aura des précipitations et un changement de couleur de la solution.

Ceux qui proposent des solutions du type "all in one"  je me pose des questions ou bien ces oligos ne sont pas compris dans les solutions proposées ou à des doses tellement infimes qu'il n'y aura pas de réactions de précipitation

donc c'est purement commercial.

Sur mon site, en ce qui concerne les éléments traces à apporter pour combler un déficit suite à une analyse ICP

tout est bien expliqué sur le site et les substances utilisées avec des volumes adaptés au besoin  des aquariophiles sont des produits chimiques de qualité labo PA (pour analyses) 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci, Jean ! A ma première commande sur votre site, je n'ai pas trouvé le calculateur, et j'ai passé une grosse après-midi à essayer de trouver quelle dose de produits mettre en fonction des résultats de mes ICP, ça m'avait bien stressée (car je suis une littéraire à la base, qu'a fait "Terminale C" certes, et qui roulait bien en Physique, moins en Chimie et pas vraiment en Maths... donc dès qu'il faut calculer, je vérifie tout 10 fois...).
La tentation de confier "tout ça" à AMS ou RM du coup a été très forte ! Mais en ayant trouvé le calculateur, ça devrait le faire !

Il me reste à passer le cap du bailing pur, je n'ai pas encore tout cerné.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour, si je puis me permettre 

Je m'explique sur ma façon de voir les problèmes de culture du corail.

La grande erreur souvent faite ; est de penser qu'il faut absolument ajouter des éléments. A l'inverse il est bon de se demander avant toute action de se demander ce qui peux déranger le corail, le nuire, le stresser. 

Dans un bac il y a un rapport entre la quantité de roches et de coraux vivants. 

100 kg de roches et 20 kg de corail est un bac récif simple 

100 kg de roches et 100 kg de corail est un bac récifal de qualité

100 kg de roches et 200 kg de corail est un bac "eau de corail" 

Vous pouvez demander la suite si cela vous intéresse 

Armand 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Le 4/27/2024 à 3:19 PM, pseudomonas a dit :

La grande erreur souvent faite ; est de penser qu'il faut absolument ajouter des éléments. A l'inverse il est bon de se demander avant toute action de se demander ce qui peux déranger le corail, le nuire, le stresser. 

Mais ne peut-on pas considérer les tests ICP comme une analyse fiable de ce que contient l'eau du bac ? Le but est de savoir si on est loin des valeurs standards de l'eau de mer, si il manque des éléments, ou au contraire trop de certains, pour tenter de s'en rapprocher au plus près ?

 

Le 4/27/2024 à 3:19 PM, pseudomonas a dit :

Dans un bac il y a un rapport entre la quantité de roches et de coraux vivants. 

C'est quelque chose que je ne connais pas (manque de lectures, nouveauté, expérience différente, ...). Quel est-il ?

Le 4/27/2024 à 3:19 PM, pseudomonas a dit :

.... est un bac "eau de corail" 

Qu'est-ce que tu appelles eau de corail ? Une eau pleine de toxines ?

 

Le 4/27/2024 à 3:19 PM, pseudomonas a dit :

Vous pouvez demander la suite si cela vous intéresse 

Oui, cela éclairera sans doute d'autres chemins que celui que j'ai emprunté jusqu'à présent. ;)

 

Modifié par Bubule
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Dans les années 1990/2000/2010 il n'y avait pas de tests ICP.

Pour les minéraux et oligos, la compréhension a toujours été ; la chaine des oligos n'est pas rompue donc il n'y a pas de danger. Les ajouts se faisaient avec des produits standards, ceux qui "boustait" leur bac obtenaient des coraux marronnases ! 

Prendre en compte le fait d'avoir réussi à cultiver une quantité conséquente de coraux en bonne santé et des couleurs vives, indique le bon chemin. (photo de 1993 bac de Steve Tyree ) Régis ne changeait plus d'eau de son bac ; il considérait anormal de jeter une eau qui lui a demandé beaucoup d'efforts a obtenir. 

Lorsque je dit une "eau de corail" c'est dû aux interactions et aux grandes tolérances que les coraux se supportent dans un espace restreint. Il me semble que les coraux ne dilapident pas leurs pouvoir urticants. Les animaux au venin mortel ne dépensent pas leur capital vital inutilement. A l'opposé les coraux sont "heureux de vivre" ; en groupes, en colonies, en harmonie c'est l'émulation collective. La Vie Brillante ! 

Une grande concentration de corail dans l'aqua, absorbe des éléments qui leur est nécessaire, ce n'est pas des besoins énormes, mais tant de polypes ouverts, l'avantage est de capter ce qu'il leur convient dans une eau bien épurée. Sur le récif l'eau est très pure et ne contient que peu d'éléments. Dans un bac bien géré, ils sont habitués a très peu de charge organique et cela est bénéfique pour leur santé. 

Souvent le diagnostic est erroné et le chemin est sans issue. Ce qui dérange le corail est souvent un stress oxydatif. En temps normal l'organisme réagit et régule le dérangement. Des animaux affaiblis ne se rétablissent que difficilement. J'ai toujours maintenu des masses filtrantes (céramiques microporeuses, bioballes) pour une grande quantité de bonnes  bactéries qui peuvent contrer les agressions diverses. Les mousses bleue ne produise pas de NO3 ou PO4 comme dit certaines vieilles croyances. (photos de la cuve a décantation actuelle) 

A suivre ...

4287_177_537-steve-tyree-aquarium.jpg

DSCI0298.JPG

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Méthode Balling 

Lorsque l'on ajoute des produits, il va falloir patienter un certain temps pour en percevoir les effets réels. De 2 à 3 semaines sont nécessaires pour évaluer le ou les changements ou pas. Toutes modifications incessantes sont néfastes pour la culture du corail qui demande une grande stabilité à long terme. 

Une personne demande a un très certain Alain (nitrobacter) pourquoi si peu de AA ? Réponse " les tissus des coraux sont tellement fins que cela suffit, nul besoin de plus". Je pense souvent à la nature ogresse des humains. 

Pour les besoin en macros et oligos, il y a la méthode de Régis avec apports de carbonates/chlorures/sulfates et une adition mesurée d'oligos éléments. Les proportions sont mesurées en masse molaire (je n'y comprend rien) et transcrites en poids précis. Là, j'ai encore mes feuilles du club récifal de Metz. Vous pouvez utiliser le calculateur "augmenter KH et CA" sur Cap récifal bien sur ! En cas de nécessité je peux vous adresser les poids de chaque produits selon le volume du bac, tout est dispo chez Tridacna. 

La méthode Balling proposée par Tridacna est fiable et simple. Le kit initial (j'ai en stock) pour 3X5 litres de solutions est composé de 420g de bicarbonates de sodium, de 370g de chlorures de calcium, de 130g de NaCI (sel sans sel de cuisine/sodium). Les oligos éléments a mélanger ; solution B (j'ai en stock) les 3 flacons de 250 ml. Les prix sont très honnêtes. 

En 2004 j'ajoutais du bicarbonate de sodium alimentaire pour faire remonter le KH. Au club récifal, j'en ai parlé au prof, il m'a affirmé que ce n'était pas la bonne méthode "cela modifie la balance ionique et il ne faut rien, mais rien mettre dans le bac, aucune intervention maladroite". 

L'usage des pompes doseuses est à surveiller de près ; les tubes en néoprène des têtes sont souvent usés et il est bon de faire des essais avec une bouteille d'eau osmosée, l'appareil réglé a 60 ml en 4 ou 12 distributions/jour versé dans un verre gradué. Pour les pompes a bas prix il est bon de vérifier également. 

La suite est l'utilisation des probiotiques. 

méthode Régis 1.jpg

méthode Régis 2.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 4/25/2024 à 7:29 AM, Virginie a dit :



Donc pour mémoire, je me posais la question de "confier" une remise à plat des paramètres de mes bacs à AMS / Rudy Mathy (Recifal Must, RM). 
Virginie, très mauvaise idée de confier sa maintenance à un personnage qui se veut énigmatique. Qui ne passe sur les groupes sociaux que pour faire sa promo. Qui répond rarement aux questions, sinon au téléphone loin de toute contradiction, les évite le plus souvent ou répond à côté, ou avec de rares arguments qui tiennent plutôt de l'affirmation. Et je n'évoque pas les liquides mystères, transparents, sans étiquette ni mode d'emploi qu'il faut quémander au téléphone.
J'ai cru comprendre que tu n'étais pas du genre à agir sans comprendre le pourquoi.  Bref, tu l'as compris, je ne partage pas du tout cette approche contraire à ce qui nous anime.

... les oligos et minéraux Tridacna, ...devraient faire le job, non ?
Tout à fait. Je me fournis aussi essentiellement chez Tridacna. Même si le délai est parfois long (il faut s'y prendre à l'avance), c'est la garantie d'obtenir un produit de qualité, au meilleur tarif.

...avec le calculateur (que je viens de découvrir !), devraient faire le job, non ?
J'imagine que oui.
Pour info, je mets à disposition ici
Calculateur Supplémentation - Reeflexions un calculateur à télécharger qui permet de calculer, selon son volume et la formule chimique (% de produit actif), sa concentration et sa dilution, la quantité à incorporer pour relever une valeur, pour la supplémenter régulièrement... et plus. Les calculs tiennent compte de la masse molaire de l'élément considéré, traduit en poids.

... Si le calculateur est fiable, alors pas besoin de AMS ou de Rudy, et de leurs produits à x € alors que les fioles Tridacna coûtent 10 fois moins...
Je te garantis qu'avec ce calculateur tu n'aurais besoin de personne pour être autonome. D'ailleurs, on peut discuter des problèmes que tu pourrais rencontrer à son utilisation. Un bon moyen de le rendre plus juste et plus digeste.
 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 4/26/2024 à 9:28 AM, Florent31 a dit :

Je suis en pleine réflexion sur le sujet, car avec un bac de 3000L, la supplémentation avec les produits "de marque" (type Aqua F, Fauna M, RM, ...) coûte un bras. Ce qui me gène avec ces produits, c'est le manque de transparence des fabricants qui n'indiquent pas la composition de leur produits, alors que ce sont tout bêtement des produits chimiques de base (Iodure de potassium, chlorure de calcium, ....) en qualité pharmaceutique dilués dans de l'eau déminéralisée. Au final, on paye très cher au kilo cette supplémentation.

J'ai récemment testé Tridac... après avoir bien échangé au téléphone avec Jean Fritsch (quelqu'un de très disponible et de très pédagogue). Son calculateur semble fiable, et les produits sont intelligemment conditionnés (conditionnés à sec, à nous de rajouter l'eau pour en faire une solution). C'est une entreprise un peu "Old School" (donc pas de communication à outrance sur les réseaux sociaux comme certains) mais très compétente. Je recommande !

En parallèle, je vais regarder comment me fournir directement en produit chimique de base pour me faire moi-même mes propres solutions de supplémentation (j'ai initialement une formation de chimiste), mais ça sera quand j'aurai du temps !

C'est une bonne voie. Avec un volume important, qui suppose des changements d'eau très étalés, voire plus du tout, il est bien plus économique de partir sur des produits ajoutés individuellement. D'autant plus que toutes les méthodes proposées, destinées à faciliter la supplémentation se basent sur des consommations moyennes. Elles induisent forcément une dérive.

Pour la sécurité, il y a les produits Tridacna (Jean-Luc 😉) de qualité labo, ATI et je pense aussi Turtle system depuis peu. Après on peu trouver des produits de qualité plutôt alimentaire, sur le net (Mondroguiste.com, ou Etsy.com), en privilégiant ceux qui fournissent des fiches techniques avec concentrations et traces.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 7 heures, pseudomonas a dit :

Sur le récif l'eau est très pure et ne contient que peu d'éléments.
Je crains de ne pas avoir bien compris... il me semble que sur les récifs, la composition de l'eau de mer est connue,  avec de nombreux éléments (plus de 70) depuis ceux à très fortes concentrations jusqu'à l'état de traces.

Souvent le diagnostic est erroné et le chemin est sans issue. Ce qui dérange le corail est souvent un stress oxydatif.
J'imagine que tu évoques la photooxydation. Alors, je ne partage pas vraiment. Les stress peuvent être très nombreux : chimiques (iode, cuivre...), biologiques (parasites, et agressions biochimiques de type allélopatihe...) et puis physiques (brassage, sédiments...). Le stress oxydatif n'est qu'un stress parmi d'autres. Le plus souvent il n'est d'ailleurs pas à l'origine du problème mais se superpose à d'autres pour affaiblir le corail. par exemple, un corail affecté par un excès de poisons supporte moins la radiation lumineuse.  Le fait de réduire la lumière peut aider le corail à récupérer. Ceci, bien que la lumière (qui n'avait pas évolué depuis le moment ou le corail était en pleine forme) ne soit pas à l'origine du stress oxydatif.  

A suivre ...

Le mieux serait d'ouvrir un autre post pour évoquer tous ces aspect (Photooxydation...). Pour ne pas polluer le topic initial de Virginie.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 19 heures, Denisio a dit :

Pour améliorer la compréhension du Balling (n'apportera rien pour celle du bailing ;) ) :

 

J'arrive pas, je ne suis pas assez à l'aise en Chimie pour avoir une vraie compréhension de cet article... Trop de termes que je ne différencie pas suffisamment (calcium et calcaire : pour moi, c'est "presque" pareil, mais je n'ai pas d'idée claire du "presque" ni de ce que ça implique / hydrogénates de... c'est quand y'a des H dans la molécule, mais ce que ça implique ? aucune idée ! etc etc). et si je veux différencier, je passe trop de temps à chercher les définitions, à les comprendre, et quand je relis, je me rends compte que ce n'est pas plus clair... 'Bref', je vieillis...

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 4 heures, Virginie a dit :

J'arrive pas, je ne suis pas assez à l'aise en Chimie pour avoir une vraie compréhension de cet article... Trop de termes que je ne différencie pas suffisamment (calcium et calcaire : pour moi, c'est "presque" pareil, mais je n'ai pas d'idée claire du "presque" ni de ce que ça implique / hydrogénates de... c'est quand y'a des H dans la molécule, mais ce que ça implique ? aucune idée ! etc etc). et si je veux différencier, je passe trop de temps à chercher les définitions, à les comprendre, et quand je relis, je me rends compte que ce n'est pas plus clair... 'Bref', je vieillis...

 

Juste pour te convaincre que tu ne vieillis pas. 

Le calcaire c'est CaCO3, c'est à dire qu'il contient du calcium Ca et des carbonates CO3.

Oui, le carbone inorganique (l'organique c'est quand il est lié à la vie, la constitution des organismes) prend plusieurs formes selon ses combinaisons avec H+. Tu vois (schéma) qu'au pH de l'eau de mer, il y a essentiellement de l'hydrogénocarbonate (anciennement bicarbonate). 

Ce que ça implique entre bicarbonate et carbonate... Le pH c'est -logH, ce moins signifie que le pH de l'eau augmente quand H (qui fait l'acidité) diminue. C'est justement ce que fait le carbonate (vert) en prenant un H à l'eau de mer (H2O) quand il se transforme en hydrogénocarbonate. Ce qu'il faut retenir

  • L'hydrogénocarbonate est directement assimilable sans impacter le pH.
  • Le carbonate permet d'obtenir de l'hydrogénocarbonate, ET en réduisant le pH (l'acidité) de l'eau. Coup double. C'est ce que l'on recherche en récifal.

8_etatcid.png?_gl=1*yqsz0k*_ga*MTY2OTMwO

Mais je vois déjà poindre ta question "pourquoi proposer de l'hydrogénocarbonate pour obtenir finalement du carbonate (le carbonate du CaCO3 du squelette) ?
Parce que génétiquement, depuis que le corail s'est habitué aux conditions marines riches en bicarbonate, c'est ce qu'il assimile. Et ça tombe super bien de manière simplifiée, quand le bicarbonate HCO3 se combine naturellement avec le calcium Ca, il forme du calcaire CaCO3 et libère un H qu'il rend à l'eau de mer (HCO3 + Ca -> CaCO3 + H).  C'est ce que j'ai détaillé dans l'article  Croissance du corail - Reeflexions paragraphe 5.2.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines plus tard...

Salut à tous,

Ca fait 10 jours que le petit bac a basculé sur le balling Tridacna, les 3 solutions + les oligos associés.
J'ai 1 demande de confirmation et 2 questions.

Pour confirmation : si je mets 30 ml/j d'une des solutions, je mets aussi 30 ml/j de chacune des autres, on est bien d'accord ?

1ere question : mon KH s'effondre, passant de 8,3 à 6,6 en 10 jours, le Ca monte (de 410 à 460), le Mag reste à peu près stable : qu'est-ce que ça veut dire ? Faut que je diminue (toutes les doses) ?

2ème question : la notice indique de distribuer la solution 2 d'abord, au début de l'éclairage, la solution 3 ensuite, et de finir par la 1 en fin de journée / début de soirée, pour éviter les précipitations.
=> Avec une pompe doseuse "intelligente" qui espace de 15 minutes les distributions de chaque tête, est-ce indispensable de respecter la notice, en donnant toute la dose "2"  sur x heures (puis toute la dose 3, puis toute la 1), ou bien je peux laisser faire la pompe doseuse et donner un peu de chaque toute la journée ?
J'ai l'impression que la méthode de la notice va charger l'eau dans un sens, puis dans un autre etc, alors qu'une répartition plus mixte me semble de nature à offrir une plus grande stabilité.
Vous feriez quoi ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Les pompes doseuses délivrent les solutions avec un écart de temps suffisant pour éviter un mauvais mélange . Personne de ma connaissance n'a choisi un horaire particulier, on choisi de distribuer 30ml des 3 solutions; soit une ou deux fois par jour. Le KH a 6,6 c'est excellent sur le récif a Maurice en journée Régis  a mesuré 6,7 DKH. Un CA de 460 mg n'est pas un problème, j'ai actuellement 490 de CA et les coraux pousses très bien. (et pas de précipitation).

Pour les nom des acros ; je les appelles comme les fleurs ; fleurs bleues, fleurs violettes ect .... J'ai cessé de me prendre la tête sur une recherche aussi difficile. 

Bien a Vous 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
 Share

×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici