Aller au contenu

Projet bac Péhell


Péhell
 Share

Messages recommandés

Bonjour à tous.

Quelques nouvelles du bac après un temps certain sans en avoir donné . Lors de mon dernier message le bac venait d'être transféré. Aujourd'hui il compte un peu plus d'un an et demi. Forcément des choses se sont passées (attention gros pavé à lire - photos à la fin pour les paresseux) :

Retour sur "l'objet" tout d'abord : avec maintenant un peu de recul, je dois dire que je suis assez content de la façon dont le bac à été pensé. Avoir une zone technique à hauteur et tout le nécessaire aux changements d'eau disponible à proximité (zone de préparation, rejet) est un vrai bonheur. Côté salon le bac est totalement silencieux et s'intègre parfaitement à la pièce en le séparant de la cuisine. Les trois faces visibles offrent autant de décors différents et je trouve cela particulièrement plaisant. La cuve posèe 10cm plus haut que sur mon précédent bac permet une observation bien plus confortable. Bien sûr il me faut désormais un tabouret pour intervenir à l'intérieur, le (petit) revers de la médaille, mais clairement sans regrets.

Au niveau de la population ensuite : ajout de boutures pour remplir un peu - ce grand bac faisait vide à l'époque - et de poissons : un hepatus, 7 pseudanthias squamipinnis femelles, un couple de valenciennea strigata, un macropharyngodon ornatus, et un synchiropus splendidus.
Le couple de valenciennea n'a malheureusement pas pu être maintenu. Au bout d'environ 6 mois j'ai d'abord perdu un premier poisson alors qu'il paraissait parfaitement en forme. Peut être coincé sous une pierre, peut-être agressé par un plus gros, je ne saurais jamais. L'état du second s'est ensuite rapidement dégradé avec un amaigrissement soudain puis est apparu une déformation de sa colonne, comme s'il avait une scoliose. Je jurerais presque qu'il s'est laissé mourir après la perte de son acolyte. Bref, trois mois après je le perdais aussi. Mauvaise expérience...
Perte également d'une anthias assez rapidement. Le groupe est aujourd'hui constitué de six éléments dont un qui est devenu mâle, soit un mâle et 5 femelles. Le groupe paraît stable et toutes ont bien grandies. Je nourris 3 fois par jour sur distributeur. Les poissons du transfert sont toujours là. Le flav à particulièrement grandi dans son nouvel espace alors que sa taille était stable depuis des années dans le bac précédent. Il est mon compagnon de route depuis si longtemps que je ne me rappelle même plus quand je l'ai acheté, à l'époque 50€ était suffisant pour envisager d'en maintenir un...

Six ou sept kilos de roches inertes ont été ajouté dans le but d'offrir davantage de places disponibles aux coraux.
La gorgone pousse très vite et à dû être taillée plusieurs fois.
Les rhodactis mènent aussi une véritable invasion et je me bat régulièrement (le mot est faible) pour les cantonner à quelques emplacement à l'écart des autres pièces.
Les autres coraux poussent gentiment même si par rapport à mon premier bac la pousse est clairement plus lente. Les choix que j'ai fait de maintenir une température plus basse (25-26°C actuellement contre 27,5°C sur l'ancien) et de "bombarder" un peu moins sur l'éclairage n'y sont probablement pas étrangers. Qu'importe : je contient ainsi un peu ma consommation énergétique et malgré tout les couleurs sont là et les coraux paraissent en forme. Le temps fera les grosses colonies.

La population est plutôt orientée SPS (mes favoris) mais les LPS se tiennent bien également avec 4 sortes d'euphyllia, un magnifique corail cerveau, un acantastrea et des caulastrea. Tous bien gonflés et qui poussent. Tous les coraux du bac sont partis du stade de micro-boutures.

Côté paramètres, je suis longtemps resté sur un zéro pointé (photomètre) nitrates et phosphates malgré l'ajout de pas mal de poissons (voir plus haut). Je me suis alors mis à augmenter assez fortement les nourrissages, jusqu'au jour où les phosphates se sont brusquement mis à monter en flèche et à atteindre un 0,40 que je n'ai pas vu venir... Avec plus de changements d'eau, la mise en place d'un reacteur à chaetomorpha et un peu de résine anti-phosphate, j'ai finalement réussi à atteindre une relative stabilité et des niveaux de nutriments autour 0,05 de PO4 et 6-7 de NO3 tout en conservant des nourrissages abondant pour les poissons et les coraux. J'y étais encore la semaine dernière. Plusieurs gros clochages successifs du sable ont fait légèrement remonter les PO4 à 0,15 ce week-end mais je suis sur le coup...

Alors tout va bien?

Oui et non : car si les poissons vont bien, si les paramètres sont bons, et si les coraux poussent et sont colorés, j'ai malgré tout encore un truc gênant à gérer depuis quelques mois : les planaires! Ah les sales bêtes! J'en vois partout!
Je n'ai pas les notions de biologie pour identifier formellement l'espèce présente dans mon bac, mais ils ressemblent à ceux qu'on décrit sous l'appelation "red bug". Ils ne semblent pas s'installer sur les coraux ni leur nuire, leurs terrains de prédilection sont plutôt le sable, les vitres et les pierres les plus basses. Sans action de ma part, ils deviennent rapidement envahissant (qu'est-ce que c'est moche).
Je contient actuellement leur population en les siphonnant très régulièrement et en clochant le sable mais le combat me paraît impossible à gagner seul. Mes aides de camp : le mandarin et le labre, n'ont pas l'air d'y toucher.

Alors qu'est-ce que j'envisage? Le combat pourrait évoluer selon trois stratégies :
1) ne rien faire de particulier et continuer les siphonnages réguliers: option que je poursuis depuis leur apparition puisqu'après tout l'impact ne semble être qu'esthétique... Le problème ici est que le moindre relâchement me ramène à une explosion de la population.
2) ajout d'un nouvel auxiliaire avec pourquoi pas un Chelmon dont j'ai toujours gardé la nostalgie depuis que j'ai perdu le mien. La lutte biologique reste malgré tout incertaine et ne serait-ce pas le poisson de trop dans mon volume? Plus petit l'hexateania ou un autre mandarin d'une espèce différente (synchiropus occelatus) seraient d'autres options mais je ne me sens pas d'attirance pour ces poissons...
3) traiter l'ensemble du bac avec un produit dédié. Option de bourrin s'il en est - avec tout les risques qui vont avec. D'un point de vue, il s'agirait de l'approche dont la probabilité de réussite est la plus grande, d'un autre c'est aussi la seule qui pourrait présenter un vrai risque... Bref, j'y pense, mais la réticence est grande. Ce n'est pas ma "culture récifale".

Drôle de passion que nous avons à sans cesse se créer, même involontairement, de nouveaux soucis avec lequels composer... J'essaye de toujours faire de mon mieux. Pour le bien-être des animaux et pour le plaisir des yeux :

 

20240708_131308.jpg

20240708_131259.jpg

20240708_130801.jpg

20240708_130735.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai connu une invasion identique à la tienne. La même souche, les mêmes effets.

Les vagues de multiplications suivies de siphonnages s'enchaînaient. Les essais de prédateurs avec pleins d'espoirs ... illusoires. Le traitement chimique au levamisol, suivi d'un compte-rendu sur RG, idem (Tiens, je viens de voir qu'il a laissé l'objet de mon bannissement dans le CR (j'avais cité Tridacna... il y a 20 ans..)).

Au final, aucun remède n'a fonctionné. 

Les années ont passé, et puis progressivement la colonie s'est réduite, presque toute seule, puis a totalement disparu. les derniers temps, je ne manquais pas de siphonner les quelques planaires que je voyais çà ou là, mais leur disparition s'est plutôt réalisée toute seule, les pseudo-prédateurs n'étant plus là. Cela a mis quelques années. Hormis l'aspect esthétique, ils n'ont jamais fait de dégâts. Sauf indirectement les prédateurs (nudibranche Chelidonura varians) qui sont rapidement morts après introduction. 

Je te souhaite que leur disparition soit plus rapide que chez moi. J'ai un moment cru que je devrais éternellement vivre avec. Il y a bien des années maintenant. Ce n'est plus qu'un mauvais souvenir.

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne connais pas spécialement ces planaires mais moi au début j en avais un peu puis est arrivé un petit labre a six bandes, le nombre a réduit mais rien de flagrant puis un couple de picturatus et la en 1 mois je n en voyait plus et je n en ai jamais revu.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Emmanuel, je ne connaissais pas le fil vers lequel tu m'envoie. Merci.

De mes observations, j'ai tendance à croire que les planaires présents dans mon bac sont inesthétiques mais sans danger pour ses habitants. Ce postulat et le témoignage de Bubulle avec un traitement infructueux et une victoire finalement acquise sur la durée m'eloignent d'autant plus du Levamisol.

À bien y réfléchir je crois qu'on en revient toujours aux siphonnages réguliers :
Si on dispose d'un prédateur qui en soit friant (reste à le trouver) : arriver à ramener la population à un niveau suffisamment faible pour que la vitesse de prédation soit supérieure à celle de reproduction sera malgré tout nécessaire à l'éradication. Après tout il n'est pas impossible que mon labre et le mandarin y touchent mais que la population soit telle que les résultats ne soient pas visibles... Les deux sont gras comme des pâtés.

Et sur l'autre versant qui serait celui d'envisager un traitement, limiter au maximum la population serait quoi qu'il arrive un pré-requis pour que les choses se passent au mieux.

Bref, je pense que ma feuille de route va être dans les mois à venir de continuer de les siphonner au maximum... 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
 Share


×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici