Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Piquepique

Sauver une gorgone? (Anthogorgia sp.?)

Messages recommandés

Bonjour,

 

il arrive, parfois, d'avoir des mauvaises surprises lors d'achats sur internet...

C'est ce qui vient de m'arriver avec une commande dans un mag encore inconnu.

Le gérant, devant la photo que je lui ai envoyée quelques minutes après réception du paquet, m'a immédiatement remboursé l'animal dont il est question ici.

 

Voilà... une partie de la commande était une bouture de gorgone, vendue sous le nom de "gorgone bleue" (sic), et que je suppose être une Anthogorgia sp.

Elle est malheureusement dans un état pitoyable (d'où le remboursement à ma demande).

Jugez plutôt...

post-344-0-51266000-1424170769_thumb.jpg

 

Est-il possible de requinquer un animal dans cet état?!...

Déjà que cette gorgone n'est pas réputée facile, je pense que ça va être dur dur... mais pourquoi ne pas essayer...

Il reste quelques polypes, et un peu de tissu...

J'hésite à couper les parties mortes... ou bien dois-je plutôt les conserver, en vue d'une éventuelle reconquête de celles-ci par le tissu?

 

Question alimentation, le bac est nourri plusieurs fois par jour avec du Reef-Paste d'Ocean Nutrition, et le SeaFan et DendroSystem de Fauna Marin, donc à priori une petite chance...

 

Les quelques polypes qui subsistent viennent de s'ouvrir à l'instant...

La petite vit encore...

 

Des conseils?

Merci par avance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hello piquepique,

J ai la même dans mon bac et je pense que je suis entrain de réussir a la retaper. J ai commencé par lui trouvé un endroit peu ou pas éclairer et qui soit dans le courrant. Ensuite je balance un peu de papone dans le bac et si les polype s'ouvrent bien comme il faut je laisse faire. Je constate depuis peu que ma gorgone re colonise les parties ou le tissus avait disparu donc à ta place je ne couperais pas les parties mortes.

 

Un très bon article dont je me suis inspiré pondu par denisio sur les octos pour la plupart non symbiotique pourra t'aider.

 

Mon revendeur en a aussi une qu il nourrit avec un mix de poudre pour sps, lps, micro faune, phyto, zoo, la total quoi, de chez tropic Marin qui semble aussi fonctionner. Pour lui tant que la gorgone et des polype qui s'ouvrent tu peux la sauver.....

 

Ceci dit ça reste une très belle gorgone et avec les polype ouvert c'est du plus belle effet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hello piquepique,

J ai la même dans mon bac et je pense que je suis entrain de réussir a la retaper. J ai commencé par lui trouvé un endroit peu ou pas éclairer et qui soit dans le courrant. Ensuite je balance un peu de papone dans le bac et si les polype s'ouvrent bien comme il faut je laisse faire. Je constate depuis peu que ma gorgone re colonise les parties ou le tissus avait disparu donc à ta place je ne couperais pas les parties mortes.

 

Un très bon article dont je me suis inspiré pondu par denisio sur les octos pour la plupart non symbiotique pourra t'aider.

 

Mon revendeur en a aussi une qu il nourrit avec un mix de poudre pour sps, lps, micro faune, phyto, zoo, la total quoi, de chez tropic Marin qui semble aussi fonctionner. Pour lui tant que la gorgone et des polype qui s'ouvrent tu peux la sauver.....

 

Ceci dit ça reste une très belle gorgone et avec les polype ouvert c'est du plus belle effet

 

 

Merci pour le "très bon article "Tomtom :)

 

Je suis très surpris que tu constates une recolonisation d'une Anthogorgia (ou Acanthogorgia dont la difficulté est similaire). Non pas que je ne te crois pas, mais ce serait le premier témoignage sur une telle gorgone. Il faudrait que tu puisses t'en assurer au moyen de photos sur des zones reconquises. Opération pas facile à mener sur une longue période.

 

Katharina Fabricius évoque ces gorgones difficiles, voire impossibles, dans un petit témoignage Ecology and nutrition of azooxanthellate octocorals. Ces espèces ont une croissance très lente en milieu naturel, ce qui les rend sensibles bien qu'elles ne soient pas protégées par des quotas.

 

Le spécimen de Piquepique montre à quel point ils sont voués à la mort quand il ne sont pas vendus immédiatement. Je ne parierais pas sur le rétablissement de ta gorgone Philippe, en espérant perdre sur ce coup là. J'ai deux spécimens d'Anthogorgia, positionnés au même emplacement, dont je peux comparer le comportement. Le premier en provenance d'Italie, en meilleur état que celui de la photo, mais bien moins beau que la photo alléchante du site VPC. Je n'ai obtenu uen ouverture des polypes qu'après une semaine mais jamais un grand épanouissement. Je constate plutôt une régression des polypes sur les branches ; une phase malheureusement classique dans le dépérissement. L'autre spécimen était en meilleur état et j'observe l'ouverture régulière des polypes. C'est dire que ce type de gorgone azoox à petits polypes, si il n'est pas au mieux de sa forme à l'arrivée a peu de chance de se remettre.

 

J'ai beaucoup de mal à observer ce qu'elles captent. Comme décrit dans Octocoralliaires 4, elles aiment les courants moyens de l'ordre de 8 cm/s. Selon cet article, elles capturent des nauplii d'artémia (proies utilisées pour l'étude mais ce n'est pas bien sur leur régime habituel) dans une large gamme de courant, de très faible à 24 cm/s mais le rendement est le plus important entre 6 et 10 cm/s. Il me semble aussi qu'il leur faut une lumière pas trop forte, pas trop blanche ou indirecte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut,

 

L'article cité pas Denis donne quelques pistes. Je suis un peu étonné de la taille des proies distribuées. Ils utilisent un filet à plancton de 200µm pour filtrer les nauplii qui n'ont au maximum 24H. Par contre, ils ne donnent aucune indication sur le type d'artémia utilisé. L'espèce pour moi est importante. La majorité des nauplii d'Artemia salina ont une taille de 400/450µm ce qui serait pour moi trop élevé. Il vaut mieux utiliser Artemia persimilis qui est beaucoup plus petite mais hélas peu riche. Sinon ce rabattre sur franciscana qui semble être le meilleur choix en terme de taille/qualité si on récupère seulement les nauplii de 24 H.

 

Un autre point important que montre les auteurs c'est la satiété. Il faut un certains temps pour que la gorgone après la capture digère la proie : ils ne distribuent que 2800 naupli et observe une satiété pour des individus de 15 cm. En une heure la majorité des proies a été capturés.

 

Enfin, ils précisent qu'il faut que la proie touche l'animal pour être capturé d'ou l'importance de la localisation et du flux nécessaire.

 

En gros, ce que je ferais, c'est m'orienter vers des Artemia franciscana, à faire toutes les 24H dans deux bouteilles. Mettre la bouture dans un pondoir, ou un petit bac dans l'aquarium ou une cloche en plastique au dessus (bouteille plastique percée de petits trous avec alimentation par le goulot) pour m'astreindre de la vitesse d’écoulement. Laisser l'animal au moins une heure comme cela et répéter l'opération toutes les 6 heures.

 

olivier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et ces gorgones (et quantité d'autres azoox) ne s'intéresseraient pas aussi au phytoplancton ?

 

Normalement, leur nourriture est essentiellement du phyto, cela semble admis. Mais j'ai cherché des infos sérieuses, spécifiquement sur ces genres (Antho et Acantho) et je n'ai rien trouvé. J'ai été surpris que le protocole se base sur la capture de zoo, relativement gros, à la limite de ce qui est sensé être accepté pour ce type d'animaux (leurs polypes sont plus petits que ceux de Diodogorgia) . Peut-être parce que c'est plus facile à mesurer. Mais peut-on alors estimer que cette étude est fiable ? En tous cas c'est une des rares études librement disponible fournissant des données chiffrées et en cela, elle est hyper intéressante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'une manière générale, si les "conditions sont réunies", polypes ouverts, vitesse du courant favorable, taille des proies acceptable, etc, il semble bien que la plupart des azoox capturent "tout ce qui passe"... Le fait qu'ils ne le rejettent pas et l'ingèrent vraiment est effectivement une autre affaire.

Mais considérant que le phytoplancton est quotidiennement la proie, plus en surface, de "nuages de zooplancton" remontant de nuit de zones plus profondes (et redescendant le jour), le fait d'ingérer également du zooplancton "gorgé de phytoplancton" ne revient-il pas un peu au même directement et indirectement ?

Ou autrement dit, n'ont-ils pas besoin des deux (et aussi de pseudoplancton ?) plutôt que d'une alimentation strictement animale ou strictement végétale ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hello Denisio,

 

Effectivement je ne possède pas de photo du avant après. Mais c est ce que je vais faire des ce soir afin de pouvoir confirmer ce que j avance. En tout cas mon épouse et moi avons trouvé qu'elle se porte nettement mieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hello Denisio,

 

... En tout cas mon épouse et moi avons trouvé qu'elle se porte nettement mieux.

 

Le constat des femmes est parfois déterminant. Comme je le disais dans un précédent topique, je n'ai pas besoin de dire à la mienne, quand je change la poche de charbon ou de zéolithe... elle le constate toute seule, à la transparence de l'eau.

 

Je trouve aussi que le jus de Papone est plutôt efficace comme appétant. J'ai mixé ma Paponne très très fine. Elle est exclusivement réservée aux azoox, de telle sorte qu'il n'y a pratiquement pas de particule grossière. L'essentiel est sous forme de jus et les particules peuvent être acceptées par de nombreux polypes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • Récemment ici   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêt et réaliser des mesures pour améliorer votre expérience sur le site. Pour en savoir plus et gérer vos paramètres, cliquez ici